Maintenant, c’est à vous de jouer

Champagne
« Ce champagne n’est pas là par hasard »

Je ne voulais pas laisser Le Serment du Passeur vivre sa vie sans vous faire un dernier clin d’œil. Pourquoi je vous dis ça ? Vous allez comprendre tout de suite.

Pour fêter la sortie de ce premier roman, j’ai décidé d’organiser un jeu-concours en vous offrant 3 surprises.

La première d’entre elles est une bouteille de Champagne Mumm cordon rouge + l’envoi d’un exemplaire broché et dédicacé du Serment du Passeur. Je n’ai pas choisi le « Champagne Mumm » par hasard. Non, ce champagne joue un petit rôle dans l’un des chapitres de ce livre et vous le constaterez vous-même dans une scène bien… particulière. Je ne pouvais donc pas laisser passer l’occasion de vous faire profiter d’une bouteille de cet excellent champagne.

La deuxième et troisième surprise seront l’envoi d’un exemplaire broché et dédicacé de mon roman. D’ailleurs, puisque je vous parle de la version brochée, celle-ci est d’ores et déjà disponible, tout comme la version numérique.

 

Comment participer à ce jeu-concours ?

 

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Vous en prendrez bien une petite part

« On ne cherche pas le bonheur, on le crée »
« On ne cherche pas le bonheur, on le crée »

Je me réjouis toujours quand les gens que je connais, même un peu, réalisent leur rêve. Oui, cela me met en joie, me donne la pêche et me confirme que, qui que nous soyons, nous pouvons tous soulever des montagnes et tutoyer les étoiles.

Ce qui d’abord me touche quand j’observe, lis ou entends ceux qui donnent des ailes à leur rêve, c’est, tout simplement, leur bonheur. Et leur bonheur, ils nous en offrent souvent une petite part en nous souhaitant de vivre la même chose. C’est si bon de voir cette vie soudain en robe de fête. Ça fait peut-être un peu bête de dire ça, un peu nunuche comme disent certains et pourtant, ce morceau de bonheur que l’on nous offre est précieux et fait du bien. Oui, beaucoup de bien. En tout cas, à moi ça me fait du bien. Et à vous ?

D’ailleurs, entre nous, le bonheur n’est pas là pour faire du mal n’est-ce pas ? Il y a assez du malheur pour ça. Enfin, logiquement.

 

De la force, du désir
et des étoiles dans votre vie

 

« La désespérance c'est trop à la mode »
« La désespérance c’est trop à la mode »

[Cliquez ici pour lire la suite…]

L’indispensable cadeau

ecrire duras
« Ecrire, ça va très loin… »

Oui, on peut dire ça ainsi, l’indispensable cadeau. On peut le dire aussi de mille autres façons. L’important, c’est la démarche, l’envie de partager avec vous quelque chose qui touche votre besoin d’écrire, votre rage parfois de hurler noir sur blanc. Parce que ce blog, on y parle aussi d’écriture, de livres. Sinon il n’a pas lieu d’exister. Nous sommes d’accord, non ? C’est vrai, si c’est pour vous parler du diabète de mon chat ou vous raconter la mort de mon poisson rouge, vous vous en foutez complètement et vous aurez raison. Ce blog ne sert pas à ça. Ce n’est pas un fourre-tout. Ni un bureau des larmes.

Non, ce blog essaie, entre autres, de faire découvrir, de donner de la vie. Et aujourd’hui, cela m’est venu d’un coup en marchant sur un petit sentier, j’ai eu envie de vous parler du livre Ecrire de Marguerite Duras. Un écrivain dont j’ai oublié le nom disait que n’importe quel auteur, oui n’importe lequel, devait non seulement lire ce livre mais l’avoir à portée de main 365 jours par an.

 

Ce livre est un ami pour les auteurs

 

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Ce petit mot avec sa tête de gentil

"Quand les mots trépignent d'impatience, on ouvre la porte et ils se ruent au dehors, épris de liberté"
« Quand les mots trépignent d’impatience, on ouvre la porte et ils se ruent au dehors, épris de liberté »

J’aime ce mot pour ce qu’il contient de chaleur et de respect, mais pas seulement. Je l’aime aussi car, à mon humble avis, je trouve que sur nos écrans de communication, il a tendance à se faire de plus en plus rare. Il a pris du plomb dans l’aile, se cache comme un oiseau blessé, et tombe peu à peu dans l’oubli. Tout juste si, pour certains, il n’est pas démodé, ringard, un peu niais avec sa tête de gentil. Alors, ce mot qui a froid, qui perd des forces, qui vit de plus en plus une traversée du désert, je l’aime et vous l’envoie, chers auteurs, avec gratitude. Ce mot, c’est MERCI. Et encore MERCI.

Oui, merci pour vos nombreux messages personnels de félicitations reçus à l’occasion de mon prix au Salon du Livre. Cela m’a touché, mis du soleil plein la tête, ça oui, je vous assure.

 

« Je sais que vous n’abandonnerez pas »

 

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Solène Bakowski, Prix spécial du jury Amazon 2015 [Interview]

solene bakowski
– Solène Bakowski, Prix spécial du jury Amazon 2015 avec Un Sac

Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Solène Bakowski.

En octobre, Solène remportait le Prix Spécial Amazon 2015 avec son roman Un Sac. Depuis, 10 000 lecteurs se sont laissés séduire par cette histoire poignante. Et ce n’est que le début de l’aventure…

Je laisse la parole à Solène.

 

Fred : Bonjour Solène, et bienvenue sur le blog Ecrire et s’enrichir.

Solène : Bonjour Frédéric. Et merci beaucoup de ton invitation. C’est pour moi un vrai plaisir d’être sur ton blog. J’en profite pour te féliciter de ta récente victoire au speed-dating d’Amazon.

 

Fred : Merci !

Peux-tu rapidement te présenter et nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Solène : Bien sûr ! J’ai 34 ans, je vis à Paris avec mon mari et ma fille. Je suis professeur des écoles, mais actuellement détachée auprès d’une association dont le but est de réfléchir à l’amélioration du système éducatif avec tous les acteurs concernés. Ce détachement s’achèvera au 31 août pour me permettre de me consacrer pleinement à mes activités d’écriture. C’est donc une nouvelle vie qui commence. Je l’appréhende un peu, je l’avoue, même si je l’appelle de toutes mes forces.

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Cédric Charles Antoine, l’auteur à succès aux 4 nouvelles publications par an [Interview]

Cedric Charles Antoine
– Cédric Charles Antoine, auteur à succès –

Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Cédric Charles Antoine, auteur à succès de la collection Lordkasten (5 thrillers, 1 roman historique) avec déjà 15.000 exemplaires vendus.

Je laisse la parole à Cédric Charles.

 

Fred : Bonjour Cédric Charles Antoine et bienvenue sur le blog Ecrire et s’enrichir. Pour commencer, peux-tu te présenter et nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Cédric Charles : J’ai créé en décembre 2014 la collection Lordkarsen afin de diffuser et de promouvoir mes romans de façon professionnelle avec la promesse de publier une nouvelle fiction chaque trimestre. Aujourd’hui, j’en ai fait mon unique activité.

Je suis né dans la campagne du Haut-Anjou, au cœur d’une vieille bâtisse familiale entourée de bois et de prairies. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours été quelqu’un de très solitaire et de rebelle. Mon imaginaire s’est forgé dans les greniers, les bois, les cabanes, là où le monde n’avait pas d’emprise sur moi, développant ainsi toute ma créativité. Quelques décennies plus tard, quand j’ai quitté le milieu des affaires, un vide est apparu et je l’ai comblé par un besoin incontrôlable d’écrire et de raconter des histoires. La plume est devenue le prolongement de ma pensée du moment, sans barrière, sans règle, juste l’envie d’exprimer ma créativité dans un univers parallèle et sans frontière. Et depuis 18 mois, j’écris tous les jours… La création de mes scénarios commence toujours par la réalisation de planches à dessin, de croquis sous forme de mapping afin de visualiser les contours du sujet. L’image est un moyen efficace pour fixer le récit, c’est un peu comme une bande dessinée…

[Cliquez ici pour lire la suite…]

« Le Serment du Passeur » élu lauréat par le jury Amazon-Kindle

Prix speed dating 2016Je vous l’annonce avec une grande émotion :

« Le Serment du Passeur », élu lauréat du « speed-dating »
par le jury Amazon-Kindle au Salon du Livre 2016

Cet événement littéraire s’est déroulé jeudi 17 mars au Salon du livre de Paris. C’est à cette prestigieuse occasion que j’ai présenté mon premier roman, un thriller psychologique.

Je remercie chaleureusement les membres du jury pour cette récompense et leur confiance. Je félicite Chris Simon et Charly Barbier, les deux autres auteurs nominés. Et bravo pour leur détermination aux nombreux autres auteurs qui ont participé à cette sélection.

Je pense aussi à tous ceux qui ont participé à ce projet. Je leur dédie cette récompense.

Lors de ce Salon, j’ai eu la chance de rencontrer sur le stand Amazon/Kindle des personnes enthousiastes et passionnées. Les échanges ont été savoureux, magnifiques. À tous, un grand merci pour ces moments authentiques. Je ne les oublierai pas.

Avec « Le Serment du Passeur », je vous promets, le temps d’une histoire, de vous emmener loin, très loin. Cette histoire va vous bousculer, vous dérouter, vous déranger peut-être. Tant mieux. Un livre, il faut aussi que ça cogne, que ça hurle, que ça se mette en danger. Et bien sûr que ça caresse, que ça tutoie la beauté, que ça s’installe dans le cœur. Vous verrez, je vous invite à vivre tout cela au cours de ce « voyage » sidérant, hors norme.

Cette récompense au Salon du livre est une première étape.

Prochainement, les lecteurs vont découvrir ce roman que j’ai écrit avec mon ventre et cette petite voix nichée au fond de mes oreilles cassées qui me dit depuis longtemps déjà : « Vas-y, va au bout de ton rêve, soulève les montagnes et fais de ta vie une belle histoire ». Je crois que c’est assez bien parti…

J’avais annoncé une date de publication le 15 mai 2016. Cette date sera un peu avancée, je vous la communiquerai dès que possible.

Sachez que je suis très heureux de vous embarquer dans mon univers, dans cette histoire où tout est vrai, où tout est faux, où tout est toujours sous le formidable contrôle de la vie et de l’imagination.

À bientôt.

 

« Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu »

Victor Hugo
– « Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu », Victor Hugo –

J’aime beaucoup cette phrase de Victor Hugo. Et à quelques encablures de la fin du Serment du passeur, elle résonne haut et fort.

Oui, il est là cet inconnu qui se dresse devant chacun de nous quand on a tout donné dans l’âpre bataille avec les mots. Vous voyez ce que je veux dire, bien sûr. Vous aussi, vous le connaissez cet inconnu qui nous nargue, nous prend de haut, nous fait mijoter dans le jus de la patience. Cet inconnu qui voudrait qu’on ait peur, que l’on se ronge les ongles.

On est là vous et moi, auteurs essorés, les yeux cernés, rougis par les veilles, le cerveau en marmelade à force d’avoir trituré les phrases et haché les idées. On est là, hébétés, absents du monde, dans un état second pour ne pas dire troisième ou plus devant notre diamant de 200 pages. Devant ce livre écrit avec le ventre. Devant ces pages enfin noircies pour qui on s’est drapé dans les insomnies, pour qui on a vécu dans une immense et belle solitude qui nous a mordus, griffés, giflés parfois mais aussi donnés tant d’amour, de ferveur, de larmes de joie devant le texte en train de naître, de sortir de sa nuit.

On est là, tous pareils, devant cet inconnu que l’on a la chance de trouver sur notre route. Oui, c’est une chance de sortir d’un nouveau cocon et de voir de la vie qui a plus d’un tour dans son sac. De la vie qui surprend, déroute et nous réinvente. Tout ça, ça empêche d’être vieux trop vite.

 

« J’ai mis mon cœur tremblant sur la table
et il a dansé pendant 4 mois »

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Mon premier roman : j’ai un serment à vous faire

Frédéric Clémentz
« Il faut que ce soit périlleux un livre, que ça se mette en danger »

Le dimanche 15 mai, vous allez embarquer, ou non, pour un voyage de folie. Oui, le mot prend ici tout son sens. Une vraie folie. Un déménagement de la tête. Je vous en fais le serment. Et comme beaucoup ici déjà le savent, je n’ai qu’une parole.

Pourquoi je vous dis ça ? Parce que j’ai voulu que ce premier roman soit comme un vertige. Un tourbillon où le mensonge et la vérité se donnent la main tout en se trompant l’un l’autre. Un vrai marché de dupes. Une dinguerie. Une tuerie.

J’ai aussi voulu que ce livre soit une confession. La mise à nu d’un homme porté par une force, une voix, une lumière. Cet homme, je vous le dis, ce n’est pas moi. Ce serait trop facile, trop commun. Et pas très passionnant. Dans ce grand bassin de pages où les vies pataugent, vous allez deviner des choses terribles. Suffocantes. Puis en douter pour les croire à nouveau. Et finalement, vous allez vous enfoncer encore et encore dans les marais de l’incertitude.

Vous égarer va devenir une manie, une habitude, un fonctionnement. Vous aurez besoin de ce trouble. Besoin de vous perdre. De sentir vos certitudes vaciller. Vous aurez besoin de ce danger qui vous tend les bras, comme une passion qui soudain débarque et prend tout, absolument tout.

Qui ment ? Qui dit vrai ? Vous allez comprendre et, bien sûr, ne plus rien comprendre. Vous sauterez à pieds joints dans les secrets. Les vrais et les faux. Vous verrez, ce sera comme les grands et fabuleux jeux de piste de notre enfance. Avec des indices insensés, des coups tordus, des arnaques, des chausse-trappes, des impasses, des fantômes qui jouent aux vivants et inversement.

[Cliquez ici pour lire la suite…]

Le livre que devrait lire chaque Indé pour réussir [Interview Élizabeth Sutton]

Elizabeth Sutton
– Élizabeth Sutton en pleine séance de dédicaces –

Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Élizabeth Sutton, co-auteure du livre « Publier son livre à l’ère numérique – Autoédition, maisons d’édition, solutions hybrides : Le guide de l’auteur-entrepreneur » paru le 7 janvier.

Ce livre est destiné, en priorité, aux auteurs indépendants qui ont un vrai projet d’édition, des objectifs ciblés et, bien sûr, le désir d’être lus par le plus grand nombre.

Je laisse la parole à Élizabeth.

 

Fred : Bonjour Élizabeth et bienvenue sur le blog « Écrire et s’enrichir ».

Élizabeth: Bonjour Fred, merci de m’accueillir sur ton blog, source d’inspiration et d’échanges pour de nombreux auteurs.

 

Fred : Peux-tu nous dire qui tu es, ton parcours, et quel est ton métier ?

[Cliquez ici pour lire la suite…]