3 (+1) alternatives à Amazon pour publier et vendre votre ebook

Alternatives Amazon
– Des alternatives de choix pour augmenter vos gains et limiter vos risques –

Vous le savez certainement : Amazon est la plateforme de vente d’ebooks la plus utilisée au monde.

Et loin devant la concurrence.

En 2013, Amazon et sa boutique Kindle était le premier lieu d’achat d’ebooks pour 67 % des Américains et 72,4 % des Anglais. En France, l’on peut imaginer des chiffres similaires.

C’est dire à quel point Amazon est incontournable si vous souhaitez publier votre livre en version numérique.

Mais attention, les choses évoluent vite. Et les leaders d’aujourd’hui ne seront pas ceux de demain.

 

« Ne mettez pas tous les œufs dans le même panier ! »

 

Nous en avons déjà discuté : ne mettez pas tous les œufs dans le même panier ! C’est bien trop risqué.

Et même si aujourd’hui 70 % des ventes d’ebooks se font sur Amazon, pourquoi vous priver des 30 % restants ? Ce serait bien dommage, non ? Surtout que demain ces 30 % deviendront peut-être 50 % selon l’évolution du marché.

Et puis, certains auteurs rencontrent le succès sur d’autres plateformes comme celle d’Apple, alors que leurs ventes ne décollent pas sur Amazon. Comme quoi, votre public ne se trouve pas toujours là où vous l’imaginez. Il arrive que la « sauce » et l’« effet buzz » prennent sur une plateforme et pas sur une autre. Les mystères de l’édition et du marketing !

Mais alors, où d’autre publier votre ebook ?

Aujourd’hui, il existe des dizaines de plateformes de publication d’ebooks.

Mais soyons réalistes : il n’est pas concevable de publier votre ebook sur toutes ces plateformes. Cela vous prendrait bien trop de temps, sans parler de la gestion ensuite. En plus, si c’est pour ne vendre qu’un seul exemplaire par mois sur chacune d’entre elles, je doute de la rentabilité de votre investissement !

 

« Voici ce que vous devez faire :
priorisez les plateformes les plus utilisées
par les acheteurs. »

 

Non, voici ce que vous devez faire : priorisez les plateformes les plus utilisées par les acheteurs. Celles qui ont le plus d’audience et génèrent 98 % de votre potentiel total de vente.

En France, c’est très simple. En plus d’Amazon, il n’y en a que 3 qui sortent du lot :

  • Kobo (Fnac)
  • Apple iBookstore
  • Google Livres

Les ventes issues des autres solutions (Barnes & Nobles, Chapitre.com, Decitre Interactive, Lulu…) sont bien trop marginales.

La publication sur la plateforme Kobo vous permet de référencer votre ebook dans le catalogue de la Fnac, deuxième plus grand marché en ligne de livres en France. Cette plateforme est assez simple d’utilisation.

En ce qui concerne l’Apple iBookstore, je vais être clair : c’est la croix et la bannière. Si vous souhaitez publier directement votre ebook dans la bibliothèque de la marque à la pomme, vous allez rencontrer obstacle sur obstacle. Heureusement, une parade existe : passer par un intermédiaire. Par exemple, la solution Smashwords vous permet de placer votre livre dans le catalogue d’Apple en évitant tous les inconvénients d’une publication directe.

Au sujet de Google Livres, c’est d’une simplicité extrême : quelques minutes suffisent pour créer votre compte et publier votre ebook. Si Apple pouvait en prendre de la graine…

 

« Créez votre propre plateforme
pour booster la vente de votre ebook. »

 

Il y a encore une autre alternative pour vendre (et bien vendre) votre ebook : créez votre propre plateforme.

En effet, créer vous-même une page de vente a 3 principaux avantages, et pas des moindres :

  1. Vous personnalisez votre page de vente. À l’inverse des plateformes comme Amazon et compagnie, créer votre propre site pour commercialiser votre livre vous rend libre d’indiquer tout ce que vous souhaitez. Aucune contrainte de longueur, de mise en page et une totale liberté graphique.
    Vous pouvez aussi utiliser des outils pratiques comme un formulaire de contact ou un système de capture d’emails. Ce dernier vous permet de communiquer avec votre public-cible et faire la promotion de votre livre.
    Et grâce à des solutions comme PayPal, vous pouvez automatiser tout le processus de vente et envoyer directement votre ebook à vos clients sans plus rien devoir faire.
  2. (Presque) Tous les bénéfices sont pour vous. Quand vous passez par les plateformes traditionnelles, elles prélèvent des commissions de 30 à 70 % sur chacune de vos ventes. Mais si vous vendez votre ebook sur votre propre vitrine, ces frais disparaissent. Et tous les bénéfices vous reviennent.
    Enfin, presque tous : il y a toujours quelques petits pour cent « ponctionnés » par PayPal ou quelques euros à débourser chaque mois pour payer le nom de domaine et l’hébergement de votre site.
    Mais bon, ces frais restent très modestes par rapport à tous les avantages que vous offre une page de vente personnalisée.
  3. Dernier avantage Ô combien séduisant : vous pouvez référencer avec efficacité votre livre sur Google. Et ça, c’est un énorme atout ! Grâce à ce gain de visibilité, votre public-cible trouve beaucoup plus facilement votre livre sur Internet.
    En finalité, cela augmente vos ventes.

 

Me concernant, je publie mes nouveaux ebooks sur Amazon, Kobo, l’iBookstore et Google Play. Et pour mes livres dont les retombées financières sont les plus importantes, je crée aussi une page de vente. Surtout qu’aujourd’hui, c’est très facile à faire.

Il arrive que cette page génère jusqu’à 50 % des ventes totales du livre. Pour les 50 % restants, en arrondissant, les deux tiers des ventes se réalisent chez Amazon et un tiers chez la Fnac.

 

Et vous, avez-vous déjà testé ces différentes solutions pour publier et vendre vos ebooks ? Avec quels résultats ? Partagez vos expériences dans les commentaires ci-dessous.

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Merci pour ces nouveaux conseils, Fred.

    Mais quand vous parlez de créer une page de vente, vous utilisez quel support de départ ? Un blog ? Votre site ?
    Ou c’est moi qui n’ai pas bien capté… J’avoue être une quiche en informatique…

    Une autre question, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin… Si vous créez une page de vente, vous êtes donc obligé de gérer un stock de livres ou vous pouvez également passer par une impression « à la demande » ?

    Parce que pour le moment, je me pose beaucoup de questions et je me renseigne à gauche et à droite… Et imprimer 1000 livres, ça reste un sacré budget que je n’ai pas. Donc, je pensais me tourner vers la solution « à la demande » d’Amaz.. Mais je suppose que ça oblige de passer par leur intermédiaire. À moins qu’il existe d’autres solutions d’impression à la demande ?

    • a écrit

      Bonsoir Geneviève,

      « Mais quand vous parlez de créer une page de vente, vous utilisez quel support de départ ? Un blog ? Votre site ? »
      Je recommence à zéro, et je crée un « mini-site » web composé d’une seule page.
      Voyez comme exemple la page de vente que j’avais crée il y a quelques années déjà pour mon livre de recettes de randonnée : http://51recettesderandonnee.fr/

      « J’avoue être une quiche en informatique… »
      Tout le monde l’a été un jour ou l’autre 😉

      « Si vous créez une page de vente, vous êtes donc obligé de gérer un stock de livres ou vous pouvez également passer par une impression « à la demande » ? »
      Ça dépend. Si vous vendez votre livre uniquement en version numérique, il n’y a aucun stock à gérer. Par contre, si vous vendez votre livre en version papier, en effet, je vous recommande vivement de vous constituer un stock.
      Vous pourriez toujours rediriger vos visiteurs vers une plateforme d’impression à la demande comme Amazon/CreateSpace, mais en faisant cela, vous risquez fortement de perdre vos potentiels clients. En effet, vous devez les « ferrer » dès qu’ils arrivent sur votre page de vente et leur faciliter la tâche. Sinon, en les redirigeant à droite à gauche et en leur donnant le temps de réfléchir, ils risquent de remettre leur achat à plus tard (c’est à dire jamais) voire d’abandonner.
      Par contre, rien ne vous empêche d’utiliser un site d’impression à la demande pour vous constituer votre propre stock. Mais cela risque de vous coûter un peu plus cher qu’en passant par un imprimeur traditionnel. Et encore, tout dépend des caractéristiques de votre livre et du nombre de livres que vous commandez.

      « Et imprimer 1000 livres, ça reste un sacré budget que je n’ai pas. »
      Généralement, j’imprime mes livres par lot de 300 exemplaires. Ce qui fait environ 1.000 euros d’investissement. Et quand ce lot est épuisé, j’en commande un nouveau toujours de 300 exemplaires, qui est déjà financé par les bénéfices des ventes du premier lot.

      « Donc, je pensais me tourner vers la solution « à la demande » d’Amaz.. Mais je suppose que ça oblige de passer par leur intermédiaire. À moins qu’il existe d’autres solutions d’impression à la demande ? »
      En effet, vous devez alors passer par Amazon. Je ne connais pas de solution d’impression à la demande permettant de lancer des ordres d’impression sans passer par un site intermédiaire.

      Bonne soirée,
      Fred 🙂

  2. a écrit

    Coucou Fred,

    Juste une petite question, je suppose que pour pouvoir s’inscrire sur les
    autres plateformes, il ne faut pas être inscrit à kdp select, car je crois
    que si on est inscrit, on doit l’exclusivité à Amazon ?

    Merci pour ta réponse
    Biz

    • a écrit

      Hello Marie-Do 😉

      « Juste une petite question, je suppose que pour pouvoir s’inscrire sur les
      autres plateformes, il ne faut pas être inscrit à kdp select, car je crois
      que si on est inscrit, on doit l’exclusivité à Amazon ? »
      Exactement ! Il faudra d’abord te désinscrire de KDP Select ou attendre que les 3 mois soient passés pour ensuite publier ton ebook sur d’autres plateformes. C’est tout l’inconvénient de KDP Select. D’ailleurs, je ne trouve plus grand avantage à utiliser cette « offre » d’Amazon.

      A très bientôt,
      Fred 🙂

      • a écrit

        Salut Marie-Do, salut Fred,
        Moi j’ai remis quelques uns de mes livres dans le programme KDP Select pour le mois de mars, soit disant le mois de l’autoédition chez Amazon, histoire de voir (de toute façon, je n’en vends pas sur les autres plateformes). Mais effectivement, je ne vois pas de différence sur les ventes, alors je les retirerai de KDP Select dans 2 mois et demi.
        A+
        Jérémie

  3. Patrick Moindrault a écrit

    Bonsoir à toutes et tous.

    Juste pour l’anecdote, je vais vous raconter une petite curiosité vécue avec Kobo.

    Un jour, une lectrice avec une vieille brouette en guise d’ordinateur, avait eu cette idée, géniale ou saugrenue – à vous de décider – d’acheter mon livre. Bien entendu, avec son antédiluvienne machine, le téléchargement s’est planté lamentablement. Malgré tous ses efforts, elle n’est arrivée à strictement rien, tant et si bien que le système a annulé la transaction… et remboursé la brave Dame de ses quelques euros. En ce qui me concerne, ce qui était gagné restait gagné. Comme ma bien curieuse lectrice avait vraiment envie de lire le bouquin – les goûts et les couleurs ça ne se discute pas, paraît-il – elle s’est rendue à la Fnac la plus proche pour pouvoir obtenir son livre, tant désiré (là, je suppose !)

    Finalement, à l’aide des vendeurs, elle a pu effectuer correctement le téléchargement sur sa liseuse – elle ne savait pas qu’elle pouvait le faire sans passer par son ordinateur à bout de souffle – et ainsi occuper quelques soirées en ma compagnie, en tout bien tout honneur, et naturellement par procuration !

    Voilà donc comment, avec des lecteurs mal équipés mais persévérants, on peut vendre le même livre deux fois.

    Patrick.

  4. a écrit

    Merci pour tous ces nouveaux points de vente car je m’apprête justement à publier mon premier ebook… Cela tombe donc à pic ! Il s’agit d’un guide à usage des parents pour qu’ils sachent comment aider leur tête blonde à réussir à l’école.
    Sinon, j’ai créé un site de vente en ligne pour vendre mes livres (papiers et ebook) mais il ne marche pas très bien. Je crois que le référencement n’est pas optimum. Je le laisse en charge à mon hébergeur car je suis moi-même nulle là dedans et je n’ai pas le temps. Du coup bah… je vends pas grand chose avec ce site… Si tu avais des conseils pour optimiser le référencement, je serais preneuse ! 😉

    • a écrit

      Bonjour Marjolaine,

      Quand on tape votre nom dans google, votre blog apparaît en 4 ème position ce qui n’est déjà pas si mal. Pour le site de votre éditeur, qui si je comprends est aussi votre site, il n’apparaît pas sur la 1 ère page. Mais c’est assez logique, puisque la recherche est faite sur votre nom. Quand on tape « edition goutte d’étoiles » on retrouve votre blog en 1 ère position et votre site « édition » en 2 ème. On ne pourrait pas faire mieux. 🙂 Un moyen ‘facile’ pour faire augmenter le lien entre votre nom et votre site de vente est de taper votre nom dans la recherche google et de à chaque fois aller chercher le lien vers votre de site de vente. Ce lien se trouve actuellement sur la deuxième page des résultats de recherche de Google, en position 6. (Je pense). J’ai moi-même cliqué sur ce lien. Si vous répétez l’opération une dizaine de fois, ces quelques clics par jour vont automatiquement faire remonter le site de vente (Edition goutte d’étoiles) vers la première page des résultats de la recherche. C’est magique! Éventuellement demandez à vos amis de faire de même, ça ira encore plus vite et sur quelques jours vous pourrez voir le résultat.

      Bonne journée.

    • a écrit

      Hello Marjolaine,

      Félicitations pour ton 1er ebook ! Ça se fête ! 🙂

      « j’ai créé un site de vente en ligne pour vendre mes livres (papiers et ebook) mais il ne marche pas très bien. Je crois que le référencement n’est pas optimum. »
      Eh oui, tu donnes toi-même une des raisons principales de ton problème : le référencement.
      Tu dois déterminer quels sont les mots-clés qu’utilise ton public pour faire une recherche Google en rapport avec le sujet de ton livre, et bien te positionner dessus.
      Après, il faut savoir que le référencement est aussi une question de patience. Et plus tes mots-clés sont recherchés, plus il y a de la concurrence.
      Mais le référencement ne fait pas tout. Ton site doit également être attractif. As-tu bien optimisé son URL, son titre, sa présentation, sa description… ?
      Fais-tu suffisamment de promotion autour de ton blog, notamment sur les réseaux sociaux ?
      Ton site est-il optimisé pour un affichage sur mobile ?
      Son temps d’affichage est-il rapide ?

      Tout cela, ton hébergeur ne peut pas le faire. C’est surtout à toi de t’en occuper. Et cela demande un minimum de temps, et donc une certaine organisation…

      A bientôt,
      Fred 😉

      • a écrit

        Pour ce qui est de la promo sur mon blog et sur facebook, je n’arrête pas. Mais je dois être très mauvaise communicante car ça n’impacte pas les ventes… Pour ce qui est de la présentation et de la description, j’ai fait au mieux mais là encore, ce n’est pas ma tasse de thé. Quant à l’URL, j’ai acheté un nom de domaine. Que faire de plus ?

        • a écrit

          Bonsoir Marjolaine,

          Faire le promo blog/Facebook, c’est très bien. Même indispensable.
          Après, tout dépend comment c’est fait.
          Je ne sais pas comment tu t’y prends, mais peut-être que ton approche avec ton public-cible doit être ajustée.
          Dans la vente et la publicité, la communication doit être très travaillée et répondre à des codes stricts.
          Ou l’on obtient l’effet inverse à celui espéré.

          Tu sais, le titre d’un livre, le sous titre, la description, la page de vente… tout cela est du domaine du copywriting.
          Le copywriting, c’est l’art de vendre avec les mots. On n’est plus dans la littérature.
          Et écrire pour vendre, ça ne s’improvise pas.

          Que faire de plus ?
          Il y a des dizaines d’autres stratégies marketing à mettre en place.
          Mais je n’ai pas la place de toutes les expliquer dans ce commentaire 😉

          A bientôt chez les Indéfficaces,
          Fred

  5. a écrit

    Bonjour Fred,
    Concernant ces formats, Kindle, Kobo, Apple iBookstore et Google livres, s’agit-il de formats ouverts ? Car je crois (si j’ai bien compris tes autres articles que si le format est ouvert, pas de pagination, sinon oui ?
    Dernière question, comment fais-tu pour éditer un livre dans ces formats ?

    • a écrit

      Bonsoir Marjolaine,

      Oui, il me semble que pour toutes ces plateformes de publication, tu dois télécharger un format ouvert (mobi pour Kindle ou ePub).
      Et donc, en effet, tu ne dois pas utiliser la pagination.

      Pour générer un fichier mobi à partir de mon document Word (.doc), j’utilise le logiciel KinstantFormatter. C’est payant mais très abordable (environ 25 euros pour 1.000 formatages).

      Pour générer un ePub, idem, j’utilise ce logiciel, ou encore cet outil gratuit : http://ebook.online-convert.com/fr/convertir-en-epub

      Bon courage !
      Fred 😉

  6. a écrit

    Merci beaucoup. Pour le formatage, j’ai aussi entendu parler du logiciel gratuit calibre. Mais il paraît qu’il y a beaucoup de problèmes avec. Qu’en penses-tu ?

    • a écrit

      Bonsoir Marjolaine,

      Au début, j’ai commencé avec Calibre.
      Mais je me suis vite arraché les cheveux.
      Et comme il ne m’en reste plus beaucoup, j’ai du prendre une décision : trouver une alternative à Calibre.
      J’ai trouvé mon bonheur avec le logiciel payant Kinstant Formatter (27 USD/1.000 formatages/an).

      A bientôt,
      Fred

  7. paolo a écrit

    bonjour,
    je regarde smashwords pour y mettre mon ebook et ainsi contourner les difficultés ibook store, mais tout est en anglais. il suffit de valider la publication et n’importe quel utilisateur mac pourra le télécharger sur ibook ??

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *