3 astuces pour trouver des milliers de lecteurs sur Twitter (et augmenter vos ventes)

Twitter lecteurs livre
– Twitter, un vivier de lecteurs –

Savez-vous que Twitter regorge d’un trésor de lecteurs intéressés par votre livre ?

Nombreux d’entre vous connaissent Twitter, ou ont déjà entendu ce nom !

Avec ces 500 millions d’utilisateurs, Twitter est le second plus grand réseau social, après Facebook. Il vous permet d’envoyer à vos abonnés des messages courts, appelés « tweets », et composés de 140 caractères maximum.

Ainsi, Twitter est davantage utilisé pour diffuser de l’information sur un sujet précis que pour raconter sa vie !

Sur votre tableau de bord, vous pouvez suivre en temps réel les tweets des personnes (amis ou inconnus, célébrités ou marques préférées…) auxquelles vous êtes abonné.

Tout le monde peut s’abonner à votre compte, et donc suivre et lire vos propres messages.

Les tweets sont souvent accompagnés de liens (vers une page web, un article de blog, etc.) et de symboles, comme le hashtag (#). Ce dernier, placé devant un mot-clé, permet aux utilisateurs de trouver facilement et rapidement tous les messages diffusés sur Twitter en rapport avec ce mot-clé. Un autre symbole utilisé est l’arobase (@) placé devant le nom du compte Twitter d’une personne, pour s’adresser à elle ou la citer.

 

Twitter, quel intérêt pour un auteur ?

 

Twitter, comme tous les autres réseaux sociaux du web (Facebook, Google+, LinkedIn…), vous permet de vous créer une communauté.

Dans ces millions d’utilisateurs, Twitter regorge d’un trésor de lecteurs en rapport avec le thème de votre livre.

Et c’est là que cela devient intéressant pour vous.

Quoi de plus efficace pour vous faire connaître en tant qu’auteur, développer votre réseau de lecteurs et communiquer autour de vos parutions ?

Internet est un outil incontournable pour votre activité d’auto-édition. Il est évident que si vous négligez ce formidable moyen de communication, vos chances de succès sont proches de zéro.

Mais s’il est assez facile d’identifier des auteurs sur Twitter, il est plus compliqué d’y trouver des lecteurs.

Alors, comment faire pour trouver vos lecteurs ?

Je vous dévoile tout…

 

3 astuces pour trouver vos lecteurs sur Twitter

 

Les astuces que je vous présente ici ont pour base commune le moteur de recherche interne de Twitter. Vous savez, cette petite barre en haut à droite de votre interface :

Barre recherche Twitter
– La barre recherche Twitter –

Mais il y a différentes façons d’utiliser cette fonction « recherche » pour trouver vos lecteurs. Voyons cela de plus près…

1/ Recherche à partir d’un livre à succès

Selon le thème de votre livre, il existe certainement un ou plusieurs best-sellers dans le même registre.

Ainsi, la première astuce consiste à rechercher tous les tweets en relation avec un livre à succès dont le thème est identique à votre propre ouvrage.

Vous écrivez un thriller très sombre, genre Maxime Chattam ?

Recherchez sa dernière parution, « La patience du diable ».

Parmi la foule de résultats de recherche qui s’affichent, la majorité des tweets provient des lecteurs de ce livre. Ainsi, si vous écrivez dans le même genre que Maxime Chattam, votre ouvrage pourrait aussi intéresser ces lecteurs

Résultats recherche La Patience du Diable Twitter
– Extrait des résultats de recherche à parti d’un best-seller –

2/ Recherche à partir d’un auteur à succès

Cette fois, votre recherche n’est plus basée sur un livre à succès, mais sur un auteur à succès.

Par exemple, si vous écrivez un livre sur le développement personnel dans le registre « Comment vivre heureux », identifiez un best-seller dans ce domaine. Choisissons « L’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle.

Maintenant, tapez « Laurent Gounelle » dans la barre de recherche Twitter.

Dans les résultats affichés, vous trouvez à nouveau une longue liste de personnes qui parlent de leur lecture :

Résultats recherche Laurent Gounelle Twitter
– Extrait des résultats de recherche à parti d’un auteur à succès –

3/ Recherche à partir d’un élément-clé

La dernière astuce consiste à identifier des personnes intéressées par un élément précis de votre livre : un personnage, un lieu, un objet, un évènement…

Vous écrivez sur les catacombes de Paris ?

Excellent ! Recherchez « Catacombes Paris » et observez les résultats proposés par Twitter :

Résultats recherche Catacombes Paris Twitter
– Extrait des résultats de recherche à parti d’un élément-clé –

À ce stade, vous me dites : « Et on fait quoi, maintenant ? »

Nous y venons…

 

Ferrer vos nouveaux lecteurs !

 

En appliquant les 3 précédentes astuces, vous avez identifié des centaines voire des milliers de personnes qui aiment ou s’intéressent à des livres, des auteurs ou des éléments-clés dans votre domaine d’écriture.

La prochaine étape consiste à faire le tri.

Pour ce faire, examinez les tweets affichés dans les résultats de recherche Twitter. Lorsque vous identifiez un commentaire intéressant, cliquez sur le nom de l’auteur du message.

Vous pouvez alors consulter le profil de cette personne, lire sa description et ses derniers tweets. Si vous estimez que votre livre peut intéresser cette personne, alors abonnez-vous à son compte en cliquant sur « Suivre ».

Cette personne en sera avertie. Et si votre compte est bien conçu – avec un bel avatar (votre photo de profil), une description/bio pertinente – et que vos tweets l’intéressent, cette personne va certainement décider de vous suivre en retour.

De cette manière, la liste de vos abonnés s’agrandit jour après jour. Et surtout, vous vous constituez un réseau de personnes potentiellement intéressées par votre livre.

À partir de maintenant, dès que vous posterez de nouveaux tweets – par exemple pour faire la promotion de votre livre – ils seront les premiers avertis ! Et en retweetant vos messages, ils deviendront bien plus que de « simples » abonnés ou nouveaux lecteurs : ils seront vos ambassadeurs pour vous permettre d’atteindre un public toujours plus large.

Incroyable, n’est-ce pas ?

 

Attention toutefois : il ne s’agit pas d’utiliser Twitter juste pour faire votre publicité, et de « spammer » à tout va avec des « Achetez mon livre ! » Dans ce cas, votre communication est vouée à l’échec, et vous pouvez fermer votre compte Twitter.

Aussi, cela demande un minimum d’investissement en temps, votre réputation ne se fera pas du jour au lendemain. Mais gardez cela à l’esprit : jamais un livre ne s’est vendu tout seul, en claquant des doigts !

Mais le résultat peut dépasser vos espérances. Et n’oubliez pas qu’il suffit parfois d’un tweet « en apparence anodin » pour provoquer le buzz. Dans tous les cas, si vous tweetez régulièrement de l’information utile, il vous est tout à fait possible de devenir populaire rapidement.

 

Résumons :

 

  1. Recherchez des personnes qui twittent autour du thème de votre livre.
  2. Identifiez des personnes potentiellement intéressées par votre livre.
  3. Suivez-les !
  4. Tweetez, et faites votre promotion auprès de vos abonnés.

 

Vous n’avez pas de compte de Twitter ? Commencez par ici pour vous inscrire !

 

Aviez-vous conscience du vivier de lecteurs qu’est Twitter ? Allez-vous appliquer ces 3 astuces pour vous constituer un réseau de lecteurs, et augmenter vos ventes ?

 Crédit photo : NetPublic

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Très intéressant mon cher Fred comme d’habitude (dis-t-il d’un ton blasé 😉
    L’astuce peut s’avérer rentable avec du temps et de la patience, ce que je n’ai pas en ce moment mais j’y réfléchirais.
    A noter que cherchez les lecteurs par thème doit être possible sur de nombreux sites de lecture également.

    Bien amicalement
    Jacky

  2. Squarciafico a écrit

    Me revoilà pour vous dire un grand MERCI Fred. Vos conseils sont toujours les bienvenus pour quelqu’un comme moi qui se contente d’écrire, mais qui ne sait pas se vendre.
    Je me suis inscrite sur twitter, mais je ne sais pas naviguer où il faut. Je tombe sur voici et cie, sur les potins de nos chères vedettes. Je m’en suis tellement lassée que ça fait un bout de temps que je n’y suis pas allée.
    J’ai écrit des contes pour enfants. J’ai l’impression que sur le kindle ils ont tendance à les ignorer. Nos petits chérubins préfèrent sans doute le livre/papier.
    Les premières histoires que j’ai mises sur Amazon ont des problèmes de formatage donc ils vont être réédités par un pro qui j’espère améliorera leurs présentation… les lecteurs sont si difficiles que ça ? Mais je me mets à leur place.
    Lorsque tout sera au point, j’essaierai de procéder comme vous dites… si j’y arrive !
    Quelle joie pour moi de vous avoir rencontré un jour.
    Mille fois merci et bien affectueusement.

    Monique

  3. pierre a écrit

    Merci bocoup Fred.
    Pour moi Twitter c t pire ke facebook. Je réalise ke cela peut être un outil indispensable. Il fo fonc ke je mi mette. Encore merci pour tes précieux conseils. Bravo !

  4. a écrit

    Bonjour et grand merci Fred pour cet article vraiment intéressant et d’une lecture agréable.
    Tout cela est vrai mais que de temps à passer et parfois à… perdre !
    Pendant ce temps-là, nous n’écrivons pas, à quand le petit génie qui pour un prix raisonnable se chargerait de toutes ces actions pour les écrivains ? je ne sais pas, un étudiant qui voudrait se faire un peu d’argent de poche ?

    Je reste étonnée qu’aucun DE n’ait l’idée d’un tel service car il a tant d’auteurs en besoin d’aide
    Bon courage à tous et ne nous décourageons pas : après 10 ans de désespérance et une semaine de grincements de dents (+ quelques jurons…) je sais enfin détourer les photos pour les placer ailleurs, ce qui me fait une couverture très pro vraiment superbe. Franchement je n’y comptais plus.

    • Fred a écrit

      Bonjour Michelle,

      Oui, cela demande un minimum de temps.
      Mais les lecteurs ne viennent jamais en un quart de seconde. Et c’est à nous de les chercher.
      L’auteur auto-édité endosse la casquette de l’éditeur. Ainsi, c’est à lui d’aller à la rencontre de son public, de ses lecteurs. Et cela ne se fait pas tout seul.

      Toujours est-il que les astuces proposées dans cet article ne sont pas à effectuer tous les jours ! Twitter remonte dans le temps lorsqu’il affiche les résultats de recherche. Ainsi, prendre 2 ou 3 heures tous les mois pour faire ces exercices est largement suffisant.
      Et lorsque l’on sait qu’en retour, on trouve une multitude de lecteurs, dont une partie sera intéressée par notre livre, j’estime que le rendement est impressionnant.
      Ainsi, non, ce n’est pas du temps à perdre. Au contraire.

      Alors oui, pendant ce temps nous n’écrivons pas. Mais si un auteur ne souhaite qu’écrire, je lui recommande vivement de ne pas opter pour l’auto-édition, et de se tourner vers une maison d’édition traditionnelle (bon courage…). Le choix de l’auto-édition s’assume.

      J’estime que ce travail ne peut qu’être difficilement délégué. C’est à l’auteur d’aller à la rencontre de son public, de s’ouvrir à lui, avec ses mots, son style, sa touche.
      Surtout, ce travail ne doit pas être fait n’importe comment. Dès lors, il m’étonnerait qu’un étudiant soit initié à ce qu’est l’édition, la communication, la promotion ou encore le marketing d’un livre qu’il n’a pas écrit, ni même sûrement lu.

      Qu’est-ce qu’un DE ?

      « ne nous décourageons pas »
      => Il n’y a aucune raison de se décourager. Une personne motivée et enthousiaste, qui a un projet précis avec des objectifs clairs, et qui utilise les bons outils ne peut que réussir. C’est toujours pareil : il faut se donner les moyens de réussir. Les moyens, eux, existent. Le tout est de savoir ce que l’on veut, agir, et se former.

      A bientôt,
      Fred

      • a écrit

        T’as raison mon gars… Bonjour Fred et c’est vrai ce que tu dis.
        Figure toi que j’avais emporté ton document avec moi dans ma retraite et que je l’ai relu bien tranquillement, j’ai même préparé mes tweets + fiche de statistiques pour mon prochain livre car au final, cela me semble facile.
        je vais donc tester à partir de la semaine prochaine. Et je pourrai « témoigner in vivo » : si une nulle en informatique comme moi y arrive… pas de raison que d’autres n’y arrivent pas ! En tous cas, ce qui est sûr de sûr c’est que… tes explications sont archi claires, bonne preuve ? je crois avoir compris !

        Et oui, c’est vrai, reste que le bonheur de l’écrivain c’est d’écrire… Mais comme tu dis, les éditeurs traditionnels !!!!!!!!! Afin de rassurer les autres, je vous raconte à tous une bonne blague : en avril, j’ai envoyé des manuscrits chez plusieurs éditeurs (bonjour le coût), dont mon 12ème ouvrage, un roman historique. J’avais eu au téléphone quelqu’un chez Plon, ne sachant lequel leur envoyer, ils m’ont demandé un dossier de présentation et… 6 mois après, j’ai reçu la lettre traditionnelle anonyme « malgré la qualité de vote manuscrit………. »
        Manuscrit que je n’ai jamais expédié ! je leur ai fait une réponse gratinée avec copie à Bernard Pivot qui n’a pas daigné me répondre. Tout le monde ne peut s’appeler Marc Lévy et sortir des romans à 10 balles ! 10 balles… c’est lui faire trop d’honneur !
        Allez pour la rentrée ne nous décourageons pas !
        Amitiés à tous et toutes.

        • Fred a écrit

          Bonjour Michelle,

          Oui, n’hésite pas à nous faire un retour d’expérience de ton utilisation de Twitter pour promouvoir ta prochaine publication, cela intéressera chacun.

          Concernant Marc Lévy, bien que je ne suis pas fan, libre à chacun d’aimer ce qu’il écrit, ou pas.
          Mais force est de reconnaître que s’il vend des centaines de milliers d’exemplaires à chacune de ses parutions, ce n’est pas un hasard.
          De mon côté, je préfère m’inspirer des réussites que les dénigrer. 😉

          Pourquoi devrions-nous nous décourager ?
          Je rappelle qu’avec l’auto-édition, il y a 100% de chance de publier son livre (à comparer au 1% – et encore… – chez les maisons d’édition traditionnelles).

          Pour finir, je tiens à préciser 2 choses :
          1. Le sujet de ce blog n’est pas l’édition traditionnelle, mais l’auto-édition. Les personnes qui souhaitent publier leur livre chez les maisons d’édition traditionnelle ne sont pas au bon endroit.
          2. L’auto-édition n’est pas une solution à défaut, ni une roue de secours. C’est une solution à part entière, un choix assumé.

          A bientôt, 😉
          Fred

    • Fred a écrit

      Bonjour Vincent,

      « Les lecteurs, c’est ce qu’il y a de plus dur à trouver. »
      => C’est dur quand on ne connait pas les bons outils, mais beaucoup plus facile quand on applique des astuces éprouvées…

      A bientôt,
      Fred

  5. King Rogers Bissemo a écrit

    Message bien reçu. J’adore simplement. Tout sonne maintenant clair et net en moi. Un grand merci pour les astuces.

  6. a écrit

    Merci pour cet article qui me fait prendre conscience que Twitter peut être un outil aussi utile que Facebook. J’avoue que je me suis créé un compte Twitter sans en voir le véritable intérêt mais juste parce que de nos jours c’est indispensable. Je ne suis pas écrivain mais je pense que votre article s’adresse à toute personne qui a un site à promouvoir. Merci encore pour ces informations.

    • Fred a écrit

      Bonjour Julien,

      « Je ne suis pas écrivain mais je pense que votre article s’adresse à toute personne qui a un site à promouvoir. »
      => Oui tout à fait.
      Mais du coup, vous attisez ma curiosité : si vous n’êtes pas écrivain, quelle est votre motivation pour vous rendre sur ce blog, lire et commenter (de manière toujours pertinente) les articles ?

      A bientôt,
      Fred

  7. a écrit

    Bonjour
    Merci pour ce superbe article, je vais m’en inspirer et l’essayer. J’ai un compte twitter mais franchement, j’ai beaucoup de mal à m’y retrouver, à l’utiliser. Je vais essayer la technique, et on verra ce que ça donne.
    Merci encore.

  8. Rocco Claire a écrit

    Bonjour Fred

    Créer un compte Tweeter m’intéresse vraiment.
    Pense-tu qu’il faille que ce soit un compte avec le nom d’auteur / le nom réel, ou un compte ou une page à propos du livre ?
    Car dans ton article du 21 mars dernier
    « Marketing réseaux sociaux : Faites-vous ces 8 erreurs de communication ? » tu déconseillais de le créer uniquement pour faire la promo de son livre etc. Il faudrait donc que je le crée en temps que personne avec mon nom réel.. ? En fait je ne sais pas trop comment m,y prendre.

    D’autre part, je voudrai savoir s’il y a également des moyens sur Facebook, plutôt des astuces de recherches identiques qui sont utilisées sur Tweeter ? Ou d’autres ?
    J’ai un compte Facebook avec un pseudo qui n’a rien à voir avec mon nom réel ou mon nom d’auteur, mais évidemment ts mes amis savent que c’est moi. Je compte aussi l’utiliser pour faire parler de mon livre… Peut-être créer un page pour le livre etc. …

    Merci d’avance pr tes réponses.
    Bonne journée

    • Fred a écrit

      Bonjour Claire,

      « Pense-tu qu’il faille que ce soit un compte avec le nom d’auteur / le nom réel, ou un compte ou une page à propos du livre ? »
      => Les 2 sont possibles, et ont leurs avantages et inconvénients. Mais je pense qu’il est préférable de créer un compte avec ton nom d’auteur (ou ton nom réel). Cela rend ton compte plus « humain », tu seras plus proche de tes lecteurs. Et c’est ce qu’ils attendent.

      « tu déconseillais de le créer uniquement pour faire la promo de son livre etc. »
      => Ce que je voulais dire, c’est qu’il ne sert à rien de créer un compte Twitter/Facebook juste pour dire « Achetez mon livre ! ». Il est nécessaire que tu communiques régulièrement avec ton public pour partager ton « univers », et pas uniquement pour vendre ton livre. Car sinon, personne ne l’achètera.

      « D’autre part, je voudrai savoir s’il y a également des moyens sur Facebook, plutôt des astuces de recherches identiques qui sont utilisées sur Tweeter ? Ou d’autres ? »
      => Oui, bien sûr. Ce sera l’objet d’un futur article sur le blog 😉

      A bientôt Claire,
      Fred

  9. Claire Rocco a écrit

    OK génial, je vais réfléchir à tout ça. Je suis plus Facebook que Tweeter dc je vais étudier la question plus sérieusement pour en faire une utilisation assidue quand j’aurai décidé de me lancer.
    Merci Fred
    J’attends dc ton prochain article avec impatience !!

  10. Pascal a écrit

    Article convaincant (que je lis avec beaucoup de retard, mais à sa parution j’étais loin d’une sortie prochaine de mon livre) … mais voilà, il me reste quand-même un mouvement de recul viscéral pour Twitter.
    Je n’ai déjà pas de compte Facebook, vu la futilité de l’exercice pour qui n’a pas d’objectif commercial ou politique, ce qui est le cas de 99% des fesseboucquiens, dont les motivations me resteront donc à jamais incompréhensibles. Mais j’admets qu’une fois entré dans une démarche commerciale, et c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’on publie, ce peut être un passage obligé.
    Je rejoindrai donc, grâce à vous, mon premier réseau « social », comme on dit sans rire (je me mordrai les lèvres, derrière un écran ça ne fait pas mal).
    Pour Twitter, vraiment, je suis allé voir en spectateur, en essayant d’être positif, mais la règle du jeu en elle-même me hérisse : en 140 signes, on ne peut qu’émettre une pure opinion, sans jamais avoir le temps de la démontrer. Le mieux qu’on puisse faire, et c’est rarissime, est d’être purement informatif … mais là aussi, impossible de sourcer, moins encore de contextualiser.
    Bref, 140 signes pour ne rien dire, c’est 140 signes de trop.
    Alors, existe-t-il un moyen de profiter de twitter sans y participer par des toui-touis personnels ?

    • a écrit

      Bonjour Pascal,

      Eh oui, XXIe siècle rime avec réseaux sociaux. Difficile de faire sans, il va falloir se convertir ! 😉

      « vu la futilité de l’exercice »
      >> Mais non ! Ca permet d’avoir des amis virtuels ! 😉

      « Mais j’admets qu’une fois entré dans une démarche commerciale, et c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’on publie, ce peut être un passage obligé. »
      >> Vous avez tout compris. Certains ont même bâtis leur notoriété – et en finalité, leur « business » – uniquement sur les réseaux sociaux.

      Concernant Twitter, oui, 140 caractères, ça a ses avantages et ses inconvénients. Mais voyez la chose positivement : cela vous permettra de maîtriser « l’art d’aller à l’essentiel » 😉
      Et quand vous indiquerez des liens dans vos tweets (pour sourcer), pour économiser des caractères, vous utiliserez des raccourcisseurs d’URL, comme bit.ly.

      Par contre, je ne vois pas d’autres moyens d’utiliser Twitter… qu’en tweetant !

      Fred 😉

  11. Pascal a écrit

    Merci Fred,
    Pour Facebook, vous m’avez compris, et réciproquement : nous sommes dans le domaine de la nécessité.
    Pour le reste, d’accord pour aller à l’essentiel ; ce n’est pas un problème technique ( je pratique la division par 2 du premier jet), c’est même plutôt amusant à faire.
    Mais le format twitter a pour résultat de condamner à la pure affirmation. C’est cela qui me gêne ; un reste de mon passé « pédago », sans doute. Mais je me soigne…
    Je vais creuser la question des abréviations. donc : A +, RDV dans l’ F M R
    Pascal

    • a écrit

      « Je vais creuser la question des abréviations. donc : A +, RDV dans l’ F M R »
      >> Ah ah, pas mal. Vous m’avez bien fait rire.

      Mais sinon, bien que la taille des tweets doit être optimisée au maximum (principe du « micro-blogging »), je pense que dans notre domaine, les abréviations ne doivent être employées qu’avec modération. Nos lecteurs passionnés de littérature risqueraient de s’en offusquer. Et je les comprends bien ! 😉

      Fred 🙂

  12. a écrit

    Le plus dur est de trouver un livre ou un auteur qui correspond à ce qu’on fait. Pour ma part, j’ai du mal. Mais depuis la première fois que j’ai lu cet article, je me suis bien faite à twitter, et j’y suis maintenant presque plus présente que sur facebook !

    • a écrit

      Bonjour Séverine,

      Oui, dans certains domaines, il peut être plus compliqué de trouver des livres du même style.
      Si votre livre est déjà en vente sur Amazon, regardez ce que vos acheteurs ont regardé d’autre.
      Jetez aussi un oeil à la catégorie dans laquelle Amazon classe votre livre. Et voyez les autres livres qui s’y trouvent.

      Bravo à toi pour ta présence sur Twitter.
      Je connais un auteur français (que je vais peut être bientôt interviewer) qui a bâti sa notoriété uniquement sur Twitter (avec des centaines de milliers de « followers »). Impressionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *