À quel prix vendre votre ebook dans la boutique Kindle d’Amazon ?

prix ebook kindle écrire et s'enrichirVoilà, votre livre est achevé. Vous avez également créé sa couverture, et rédigé son descriptif. Vous êtes maintenant prêt à publier sa version numérique sur le Kindle d’Amazon à… Ben oui au fait, à combien déjà ?

À quel prix devez-vous vendre votre ebook sur le Kindle ?

Pour commencer, soyons clairs : au risque de vous décevoir, il n’y a pas de formule toute faite. Et il y a même plusieurs écoles, chacune ayant ses propres arguments pour calculer le meilleur prix de vente de votre ebook.

Mais il n’y a pas une seule vérité, la réalité est bien plus complexe. Toujours est-il que certaines règles sont à respecter. C’est ce que nous allons voir dans cet article…

 

Faut-il viser haut ?

 

Quand vous consultez les prix du Top 100 des ebooks dans la boutique Kindle d’Amazon, vous constatez que seuls 18 d’entre eux (du moins à l’instant où je rédige cet article) dépassent la barre symbolique des 10 euros.

Qui plus est, ces 18 ebooks sont les œuvres d’auteurs connus (tels que Dan Brown, Franck Thilliez, Harlan Coben, E L James ou encore Stephen King), édités par de grandes maisons d’édition.

Comment pouvons-nous interpréter cela ?

Commençons par nous pencher sur les rémunérations, ou plutôt les redevances, versées par Amazon aux éditeurs d’ebooks (donc nous également, vu que nous sommes notre propre éditeur). Ces redevances sont définies en fonction des prix de vente de l’ebook.

Ainsi, pour un prix de vente compris entre 2,60 et 9,70 euros, vous pouvez opter pour une redevance de 70 %.

C’est-à-dire que si vous vendez votre ebook à 5 euros, vous toucherez une redevance d’environ 3,5 euros (en réalité, c’est moins que cela, car pour faire un calcul juste, il faudrait également tenir compte de la TVA Luxembourgeoise, et du poids en Mo de votre ebook, mais faisons simple dans cet article), le reste étant conservé par Amazon.

Si votre prix ne se trouve pas dans cette fourchette, votre redevance sera alors obligatoirement de 35 %. Donc pour un ebook vendu à 2 euros, vous percevrez environ 70 centimes, et pour un ebook vendu à 10 euros, vous toucherez 3,5 euros (soit autant que pour un prix de 5 euros avec une redevance de 70 % !)
Vous constatez ainsi qu’Amazon « encourage » grandement les éditeurs (qu’ils soient indépendants — comme vous et moi — ou non) à vendre leurs ebooks à moins de 10 euros dans la boutique Kindle.

Si malgré tout, vous souhaitez vendre votre ebook à plus de 10 euros, il faut savoir qu’en plus de ne toucher que 35 % de redevance, votre livre ne se vendra vraisemblablement pas. En effet, à moins que vous soyez reconnu (et encore), les gens se sont habitués à des ebooks vendus à moins de 10 euros dans la boutique. Si vous dépassez cette limite, votre prix paraîtra beaucoup trop élevé, et les lecteurs n’accepteront pas de débourser une telle somme.

Ainsi, si vous êtes auteur autoédité, et méconnu du grand public, il va vous falloir opter pour un prix plus modeste que 10 euros.

Là, vous me direz peut-être : « Quoi, j’ai sué sang et eau des mois durant pour publier mon livre, et maintenant je devrais le vendre pour quelques misérables euros ? » Oui, je sais que votre ebook ne s’est pas créé tout seul. Publier un ebook dans les règles de l’art n’est pas une tâche facile. Il y a du travail, de la recherche, des concessions, voire de l’investissement financier !

Toutefois, il va falloir vous y faire : n’espérez pas vendre votre livre à un prix à la hauteur de votre investissement. Vous devrez très certainement consentir à choisir un prix qui ne reflète pas vos espérances initiales. Mais n’oubliez pas : ce sont vos lecteurs qui décident ! C’est ainsi, la dure réalité du marché.

 

L’intérêt de vendre au prix plancher

 

Si nous examinons de plus près les autres prix du Top 100 dans la boutique Kindle, nous constatons également que 30 d’entre eux sont vendus à moins de 2,60 euros. Vous me direz peut-être : « Ok, je veux bien vendre mon ebook moins que cher que je l’aurais souhaité, c’est comme ça, c’est le business. Mais quand même, quel intérêt de le vendre à moins de 2,60 euros, sachant qu’alors la redevance n’est plus que de 35 %, alors que pour 1 ou 2 euros de plus, cette redevance passe à 70 % ? »

En fait, plusieurs raisons peuvent motiver un auteur à vendre son livre à prix bas.

Une de ces motivations consiste à inciter les « clients » à effectuer un achat « impulsif ». En effet, pour un livre vendu à 99 centimes (prix également appelé « prix plancher »), un acheteur se dira certainement : « Ça à l’air par mal, alors pourquoi pas, qu’est-ce que j’ai à perdre ? », et il sera tenté de cliquer réfléchir sur le bouton « Acheter ».

Une des conséquences de ces achats impulsifs est l’augmentation du nombre des ventes, et donc la montée dans le classement de la boutique Kindle. Par voie de conséquence, cette montée dans le ranking permet de bénéficier d’un gain de visibilité sur Amazon, qui promeut davantage les livres bien classés. En finalité, vous gagnerez en notoriété, et par effet boule de neige, vous constaterez une augmentation de vos ventes selon un cercle vertueux.

Toutefois, cette démarche est à double tranchant. Comme nous l’avons vu précédemment, la redevance que vous toucherez en vendant votre livre à 99 centimes sera de seulement 30 centimes environ. Il faudra ainsi faire un sacré volume si vous souhaitez vivre des ventes de votre livre !

Ensuite, il y a encore un autre inconvénient, et pas des moindres. Un prix bas peut être suspicieux aux yeux du public, et laisser penser que votre livre est de piètre qualité, que son contenu est à l’image de son prix. Du coup, un livre vendu à 0,99 euro peut décrédibiliser votre livre.

Études de cas d’auteurs publiant au prix plancher

Mon avis est qu’un prix bas (à moins de 2 euros) à 3 objectifs :

  • Vous faire connaître d’un large public, vendre le maximum d’exemplaires. En somme, être lu par le plus grand nombre, et espérer d’être connu sans attendre une source de revenus en retour.
  • Dans le cadre d’une suite, obtenir un public et le rendre accroc grâce au premier tome, pour vendre la suite à un prix plus élevé. Prenons l’exemple de Jean-Philippe Touzeau. Il a publié le premier volume de sa trilogie, La femme sans peur, à 0,99 euro. Cela lui a permis d’être lu par le plus grand nombre. Plus encore, ses lecteurs ont apprécié son livre et sont devenus des fans. Ils n’attendent qu’une chose : la suite ! Jean-Philippe Touzeau a ainsi publié les tomes suivants de sa trilogie à un prix plus important, 2,99 euros. Cette hausse n’a en aucun cas rebuté ses lecteurs, avides de lire la suite des aventures de Trinity. N’avez-vous jamais remarqué chez votre marchand de journaux, la première pièce d’une maquette vendue à un prix cassé, limite gratuite ? Si vous êtes satisfait de votre achat, vous souhaiterez acheter la suite pour parachever votre maquette. Dès lors, il vous faudra débourser beaucoup plus pour acquérir chacune des nouvelles pièces. Et c’est là que ça devient rentable pour l’éditeur. Eh ben c’est pareil pour les ebooks déclinés en une suite, avec des tomes I, II et III par exemple. Du coup, j’en profite pour vous poser la question : « Avez-vous déjà publié un roman ? » Oui ? Parfait ! Découpez-le en 3, en appliquant un prix plancher au premier volume, et des prix progressifs pour les suivants 😉
  • Promouvoir un autre produit, vendu beaucoup plus cher. C’est le cas par exemple d’Olivier Roland. Il vend son ebook Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog à 0,89 euro. Son ambition n’est absolument pas de gagner de l’argent avec son livre. Non, son objectif est de promouvoir sa formation dans le blogging, qui elle est vendue à… 1.997 euros ! Donc Olivier Roland a tout intérêt à vendre son livre au prix le plus bas possible, voire gratuitement, pour que ce dernier soit diffusé le plus largement possible.

Vous avez certainement remarqué que Jean-Philippe Touzeau ou Olivier Roland vendent leur ebook à un prix se terminant par 9, comme 0,99 euro.

Pourquoi 0,99 euro et pas 1 euro ?

N’avez-vous jamais constaté, dans le commerce, une pléthore de prix se terminant par « ,99 », que ce soit 49,99 euros ou 1.999,99 euros ? En fait, il s’agit tout simplement d’une technique de marketing. Psychologiquement, 1.999,99 euros, ça fait moins que 2.000 euros, même s’il n’y a que 1 centime de différence. Un client pourra être rebuté par un prix rond à 2.000 euros, alors qu’à 1.999,99 euros, inconsciemment il se laissera tenter. C’est la même chose pour les ebooks.

Toutefois, je vous encourage de ne pas opter pour le prix de 1,99 euro. En effet, des études réalisées, notamment par la plateforme de vente Smashword, ont conclu que le prix de 1,99 dollar se vend le plus mal. On peut penser qu’il en est de même pour son « équivalent » en euro. Donc quitte à vendre à moins de 2,60 euros, optez pour le prix de 0,99 euro, mais pas 1,99 euro.

 

Opter pour une redevance maximale ?

 

À ce stade de l’article, nous avons examiné les conséquences de vendre un ebook dans la boutique Kindle à plus de 10 euros, ainsi que les avantages et inconvénients de le vendre à moins de 2,60 euros.
Voyons maintenant ce qu’il en est de la fourchette correspondante aux 70 % de redevance, la plus rémunératrice, correspondant à des prix d’ebooks allant de 2,60 à 9,70 euros. Quel prix choisir dans cette fourchette ?

Ce que nous constatons de prime abord, c’est que dans cette fourchette de prix, il y a la barre symbolique des 5 euros. Or, pour le commun des mortels, un ebook vendu dans la boutique Kindle, s’il s’agit d’un auteur inconnu, sera dissuasif s’il est vendu au-delà de cette limite.

Ensuite, nous devons distinguer 2 sortes d’ebooks : les livres de fiction, et les livres de non-fiction.

Livre de fiction VS livre de non-fiction

Alors que les fictions sont principalement destinées à divertir les gens, les seconds répondent généralement à un problème du public, notamment en proposant une solution, une formation, un moyen de parvenir à un certain objectif.

Or, les gens sont prêts à payer beaucoup d’argent pour un livre qui améliorera leur vie en résolvant leur problème (gagner plus d’argent, perdre du poids, être plus heureux, trouver l’amour de sa vie, arrêter de fumer…) Mais les internautes ne sont pas prêts à payer cher pour un ebook uniquement destiné à les divertir.

Pour cette raison, j’estime que si vous n’êtes pas connu, le prix de 2,99 euros est le prix maximum auquel vous pouvez vendre un ebook de fiction dans la boutique Kindle.

J’en profite également pour préciser la notion de « volume ». Vous aurez du mal à vendre un livre de fiction de 20 pages à 2,99 euros. Dans ce cas, il faudra peut-être vous contenter de 0,99 euro.

Plus haut, je vous expliquais qu’un livre à 0,99 euro, grâce à son prix incitant notamment l’achat compulsif, pourra se vendre davantage qu’à 2,99 euros. Mais ce n’est pas une vérité générale. Il se peut très bien que vous vendiez plus d’exemplaires à 2,99 euros qu’à 0,99 euro.

Toujours est-il qu’à 2,99 euros, bien que vous gagniez plus d’argent par unité vendue, il y a un risque que vous vendiez moins d’unité de votre ebook. Du coup, votre livre aura un moins bon classement dans la boutique Kindle, et donc une moins bonne visibilité, ce qui peut entraîner un cercle vicieux : moins de ventes = moins bon classement = moins bonne visibilité = moins de ventes = … Vous avez compris comment ça marche.

Pour un livre d’information, vous pouvez espérer le vendre davantage que 2,99 euros. Mais une fois encore, passer la barre symbolique des 5 euros peut être risqué. Nous avons alors le choix entre 3,99 euros et 4,99 euros.

L’étude de Smashwords a conclu que sur le marché américain, le prix d’ebook qui se vend le plus est de 3,99 dollars. Les prix auraient d’ailleurs tendance à augmenter, et le classique 0,99 dollar qui avait le vend en poupe, à l’origine de nombreuses success-stories américaines, serait maintenant remplacé par 3,99 dollars. Tant mieux pour nous !

Les prix à 0,99 dollar, et plus encore à 1,99 dollar, seraient maintenant synonymes de mauvaise qualité. Ainsi, aux yeux des acheteurs, l’impact psychologique des prix évolue avec le temps. Un bon prix aujourd’hui peut ne plus l’être demain, et devra peut-être être ajusté.

Un prix plus élevé peut ainsi être un gage de qualité et de crédibilité de votre ebook. Ne vous êtes-vous jamais dit devant un produit : « Si cet article est vendu si cher, c’est qu’il doit être bien ! »

Ensuite, si vous écrivez sur un sujet spécifique, que vous n’avez pas ou que très peu de concurrence, et que votre sujet est demandé, rien ne vous empêche de valoriser davantage le contenu, la richesse et la rareté de votre livre ! Vous auriez tort de vous priver de cet avantage. Avez-vous de la crédibilité, des compétences et de l’expérience dans le domaine que vous abordez ? Tout cela se monnaye !

Posez-vous également les questions suivantes, très importantes : combien les gens sont-ils prêts à payer pour obtenir les informations contenues dans votre livre ? Quelle valeur a votre livre aux yeux de vos futurs acheteurs ?

Et si vous estimez que peu de personnes risquent d’être intéressées par votre livre, inutile de le vendre bas, vous gagnerez moins que rien. Pour ces personnes, même si elles ne sont pas nombreuses, votre produit représente peut-être une grande valeur, qui va résoudre leur problème. Alors, autant augmenter le prix.

Je pense tout de même que vous n’avez pas d’intérêts à dépasser 9,70 euros. Avec ce prix, vous bénéficiez de 70 % de redevance, soit environ 6,80 euros. Mais si vous le dépassez, vous n’obtenez plus que de 35 % de redevance. Donc pour toucher plus de 6,80 euros de redevance, vous devrez vendre votre livre à plus de 20 euros environ. Entre 9,70 et 20 euros, il n’y a aucun intérêt pour vous, ni stratégique ni économique.

Mais au-delà de 20 euros, il est quasi impossible de vendre un ebook sur le Kindle, car votre prix sera dissuasif. Donc finalement vous devez vous résigner selon la politique d’Amazon, qui souhaite faire baisser les prix des ebooks et les limiter sous la barre des 10 euros.

 

En conclusion

 

Comme je vous le disais en introduction, il n’y a pas de formule magique, tout est très relatif. Certaines écoles vous diront de ne pas vendre cher, alors que d’autres vous diront l’inverse. Toujours est-il que concernant la publication dans le catalogue Kindle, certaines règles sont tout de même à prendre en compte.

Définir le prix de son ebook sur le Kindle est un art délicat, notamment selon que vous priorisez vos gains ou le lectorat le plus large que vous souhaitez acquérir. N’hésitez pas à regarder ce que font vos concurrents, et à ajustez en conséquence. Ensuite, à vous de déterminer le meilleur équilibre entre vos priorités.

Votre succès, et la rémunération qui va avec, viendra avec le temps. Ne soyez pas pressés, ne visez pas trop haut trop vite. Commencez par travailler avec passion, et non pour l’argent. Si ensuite vous méritez d’avoir du succès, vous l’obtiendrez tôt ou tard, et vous pourrez jouir des fruits de votre investissement, notamment en termes financiers. Mais chaque chose en son temps.

Pour finir, ce que je vous conseille de faire, c’est de tester votre livre selon différents prix, et de voir celui qui se vend le mieux pour votre ouvrage.

Et si votre ebook ne se vend pas, ce n’est pas forcément parce que son prix est mal ajusté. C’est peut-être aussi parce que votre offre est à revoir, ou la couverture, le descriptif, le titre… 😉

Me concernant, je choisis généralement un prix de 3,99 euros pour mes livres de non-fiction publiés dans la boutique Kindle.

 

Prochainement, nous aborderons ensemble deux autres sujets très intéressants concernant les prix de vos publications : le prix d’un livre imprimé, et le prix d’un ebook vendu sur une page de vente. En effet, à l’inverse de la boutique Kindle, un ebook vendu via une page de vente peut l’être à un prix de 27, 37, 97… ou même à plusieurs milliers d’euros ! Nous verrons cela plus en détail dans un prochain article ! À Très bientôt fidèle lecteur 😉

 

Et vous, à combien vendez-vous votre ebook dans la boutique Kindle ? Avez-vous déjà expérimenté plusieurs prix, et constaté un impact significatif sur vos ventes ?

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Merci Fred pour cet exercice de comparaison et d’optimisation des prix des kindles sur Amazon.

    Je suis en train de préparer un livre de recettes végétariennes et j’hésite encore entre l’édition classique et l’auto-édition mais l’ebook et le kindle sera de toutes façons un incontournable.

    Florian KAPLAR
    Naturo-Passion

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonjour Florian 😉

      Avez-vous déjà sollicité des maisons d’édition ? Quels sont les retours ?

      Tenez-nous au courant de l’avancée de votre projet, j’espère que vous obtiendrez les résultats espérés.

  2. a écrit

    Bonjour
    Merci de votre excellent article.
    J’ai, sur Kindle, deux bouquins : http://www.amazon.fr/Boutique-Kindle/s?ie=UTF8&field-author=FerDex&page=1&rh=n%3A672108031%2Cp_27%3AFerDex
    J’ai souvent galéré pour pouvoir les mettre au prix désiré, compte tenu de je ne sais quelle TVA.
    Existe t’il un barème indiquant le prix à noter dans KDP por avoir le prix qu’on désire ?
    Sinon, vos serez sympa d’en proposer une dans un prochain article.
    Cordialement et meilleurs voeux.
    FeDex

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonjour FerDex,

      Ah oui en effet, j’aurais pu préciser cela dans l’article.

      Donc, selon le prix que vous souhaitez vendre votre ebook sur Amazon, vous devez saisir un certain prix dans l’interface KDP selon un calcul tout bête :
      => Prix à saisir dans interface KDP = Prix de vente / 1,03
      1,03 correspond à a TVA Luxembourgeoise (3%), car Amazon Europe est basé au Luxembourg.

      Donc si vous souhaitez vendre votre ebook à 2,99 euros, vous devez saisir un prix de 2,99/1,03 = 2,90 euros.
      Si vous souhaitez vendre votre ebook à 0,99 euros, vous devez saisir un prix de 0,99/1,03 = 0,96 euros.
      Si vous souhaitez vendre votre ebook à 3,99 euros, vous devez saisir un prix de 3,99/1,03 = 3,87 euros.

      Amazon pourrait un jour simplifier cela…

      A bientôt 😉
      Fred

  3. a écrit

    Merci beaucoup Fred de mentionner mon exemple dans ton article !

    Ton analyse est très fine et, pour la compléter, j’ajouterai que j’ai choisi de garder longtemps aussi mon volume 2 à 0,99. Pourquoi ? Parce que je voulais vraiment avoir un maximum de personnes qui lisent et qui apprécient (ou pas) mes histoires. J’y ai perdu en « gains » sur le moment mais je considère cela comme un investissement à long terme (je le vois maintenant sur le volume 3). Il faut, je pense, être très patient avec Kindle et penser au futur et pas à de l’argent vite gagné. c’est une relation que l’on crée avec les lecteurs et lectrices. 😉

    Kindle peut devenir un joli investissement pour le futur, à condition de prendre le temps de bien faire les choses et de publier beaucoup. 🙂

    PS : Ça me fait penser que je n’ai jamais répondu à ta question sur mon challenge en 2012 de publier une nouvelle par mois. 😀

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonjour Jean-Philippe !

      Content de te revoir sur le blog !
      Tu es maintenant une référence dans le monde de l’autoédition, je me devais de te citer comme un exemple de stratégie marketing réussie. 😉

      D’ailleurs en publiant cet article, je me demandais : dois-je prévenir Jean-Philippe que je le cite ? 😉

      Merci pour tes précisions, c’est très judicieux de ta part comme stratégie.

      En effet, il faut voir à long terme. Et du coup, il faut aussi avoir une certaine « cohérence » dans ses publications. Pour l’instant, j’ai fait l’erreur de publier sur des sujets sans rapport les uns avec les autres. Je m’éparpillais.
      Donc je vais encore finaliser la publication de mes livres en cours, mais ensuite, je vais me recentrer sur des thèmes plus précis, et également plus vendeur.
      Toi, tu publies des suites. Moi, je vais publier plusieurs ouvrages qui traitent d’un même domaine dans lequel je vais me spécialiser. Donc si mes lecteurs apprécient un livre, ils vont être tentés de découvrir les autres de ce même thème.

      Et pour l’instant, je vais encore continuer à publier dans la non-fiction, car définitivement, ça me prend un temps fou que je rédiger une nouvelle de fiction qui « tienne la route ».

      Pour ton challenge 2012, finalement, n’y es-tu pas arrivé ? Dans le sens où tu publiais régulièrement des chapitres (que l’on peut considérer comme des nouvelles) sur ton blog, pour ensuite publier une compilation (avec des chapitres « inédits » non parus sur ton blog) de ces chapitres sur le Kindle avec La femme sans peur vol. 1 ?

      A très bientôt JP ! 🙂

      • a écrit

        Oui Fred, je pense que ta stratégie est bonne ! Que ce soit de la fiction ou pas, c’est la même chose. Si tu sors (par exemple) une série de guides pratiques originaux, bien léchés, en les déclinant sur le même design et concept, cela fonctionnera. 😉

        En 2012, j’avais vu trop grand. Je voulais sortir une nouvelle par mois sur Kindle et, en parallèle, je publiais d’autres histoires sur mon blog en prévision de l’année suivante (2013), pour avoir de l’avance. Le but final, c’était, à la fin de chaque année, de sortir une compilation des 12 nouvelles. Ça n’a pas fonctionné car c’était vraiment difficile. Mais, mais, mais, il y a toujours des leçons à tirer de tout ça : en effet, l’une de ces nouvelles en réserve publiée sur mon blog, s’appelait La femme sans peur… 😉

  4. a écrit

    Bonjour Fred,

    Génial ton article. Je vais revoir mon prix du kindle sur mon site marchand http://www.boutiqueirischevalier.net

    C’est dur en ce moment, je suis en pourparler avec une librairie/distributeur pour la Guadeloupe entière en ce qui concerne mes livres papier. Elle me demande 45%. Arggg ! Pas glop !

    Je te précise que l’idée de départ n’était pas de faire de l’argent avec mon livre, mais au moins de rentabiliser mon investissement de départ. De plus, il faut que j’écrive la suite.

    Bref, grâce à tes conseils, je descends le Kindle à 5 Euros et quelques. Peut-être 6. Après j’ai la version PDF et e-pub. Je ne sais pas si je devrai aligner les prix. Qu’en penses-tu ?

    Excellent week-end !

    A bientôt

    Florence

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonjour Florence 😉

      En effet, 45%, c’est de l’abus. De manière générale, j’estime qu’à partir de 40% inclus (cas de le Fnac) de remise au libraire, c’est excessif. 30 à 35%, ça me parait convenable pour les parties, le libraire et toi.
      Après, tout ce négocie. Si on te propose 45%, réponds 35%. Et essayez au moins de vous accorder à 40.

      Pour l’alignement des prix, je te recommande fortement de le faire. Imagine, que penserais-tu si tu achetais un produit à 10 euros chez un vendeur A, et qu’ensuite tu vois le même produit à 5 euros chez le vendeur B ? Tu perdras toute crédibilité, tes lecteurs se sentiront floués, et en finalité, tu les perdras.

      Que tu aies 2 prix pour ton livre, un pour la version imprimée, et un autre pour la version numérique, ok. Mais ensuite, toutes tes versions numériques (Kindle, pdf, ePub…) doivent être vendues à un même prix sur toutes les plateformes de vente.

      Je te rappelle également la notion du prix unique en France pour le livre imprimée. Tu ne peux pas faire n’importe quoi. Je ne sais pas si la même règle s’applique pour les versions numériques. A voir.

      A bientôt,

      Fred 🙂

  5. a écrit

    Merci pour cet article très détaillé.
    Personnellement je connais plus les ebooks au format PDF que les ebooks Kindle et sur ceux-ci, les prix pratiqués sont bien plus élevés (en moyenne 20€).
    Je découvre avec ton article la méthode d’Amazon pour dicter les prix, chose que je ne connaissais pas et qui est une bonne idée je pense pour aider les auteurs à décider leurs prix de façon à ce que les gains de chacun soient maximisés.

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonjour Nicolas,

      En effet, les prix des ebooks vendus sur certaines pages de vente sont bien supérieurs à ceux que l’on trouve sur le Kindle. Mais il faut préciser que cela ne concerne que les ebooks d’informations ou de formation.

      A bientôt, Fred 😉

  6. a écrit

    Merci pour cet article qui m’éclaire un peu au sujet du prix de vente des ebooks sur Kindle. Premier ebbok en vente depuis un mois, c’est l’heure du bilan pour moi… Bonne journée

  7. a écrit

    Bonjour,

    Je publie actuellement mon eBOok sur Amazon « Sept bonnes raisons d’aller vivre au Maroc » mais je ne souhaite pas faire de bénéfice, à vrai dire je souhaite le proposer gratuitement à 0 Euros, est-ce possible ?

    Merci à vous !

    Gaston

    • Fred a écrit

      Bonjour Gaston,

      Théoriquement, il n’est pas possible de paramétrer votre ebook à moins de 0,86 euro dans votre interface Kindle.

      Mais… il existe peut-être une parade 😉

      Je ne l’ai jamais testé car je n’en ai jamais eu besoin. Mais cela devrait fonctionner.
      Le principe ?
      Amazon Kindle aligne le prix des ebooks sur la concurrence, et donc sur le prix le moins cher constaté ailleurs.
      Comment profiter de cette règle ?
      C’est très simple : proposez votre ebook ailleurs (par exemple, sur votre site/blog, ou sur une plateforme de téléchargement d’ebooks gratuits) à 0,00 euro, donc gratuit.
      Quand c’est fait, allez sur la page de vente de votre ebook Kindle sur Amazon, et cliquez sur : « Voulez-vous […] nous signaler un prix inférieur ? » Indiquez à Amazon l’autre endroit où se trouve votre ebook à 0,00 euro.
      Dès lors, Amazon alignera le prix de votre ebook sur la concurrence, à savoir… 0,00 euro. Génial, non ? 😉

      Tenez-nous informés lorsque vous aurez testé ma recette 🙂

      A bientôt,
      Fred

  8. Christian a écrit

    Bonjour,

    Il serait intéressant d’avoir une idée du nombre d’exemplaires vendus en fonction du classement sur la boutique Kindle, par exemple pour quelques places comme la 100ième, 1000ième, etc…, ce qui permettrait ensuite à partir des différents prix de vente de calculer les gains possible de l’auteur en fonction du prix de vente.
    J’ai un peu cherché mais sans succès ce type d’informations.
    Avez-vous une idée sur la question ?
    Merci, et bravo pour vos articles très complets.
    Christian

    • a écrit

      Bonjour Christian,

      « Il serait intéressant d’avoir une idée du nombre d’exemplaires vendus en fonction du classement sur la boutique Kindle, par exemple pour quelques places comme la 100ième, 1000ième, etc… »
      => Ça, c’est la question que tout le monde se pose !
      Et Amazon garde bien ses secrets…
      Ainsi, je vous avoue que je n’en sais absolument rien. Les algorithmes d’Amazon sont assez complexes, et je pense aussi qu’ils changent régulièrement.

      Mais si un jour vous trouvez la réponse à ce mystère, je serai le premier intéressé 😉

      A très bientôt Christian,
      Fred

  9. a écrit

    Bonjour,

    En tant qu’éditrice de livres érotiques que je publie sur Amazon KDP depuis un bon bout de temps, j’ai commencé par imposer à mes ebooks un tarif de 2.99 euros pour arrivé aujourd’hui à 4.99 euros… sans que cela n’est le moindre impact négatif sur le nombre de ventes ( au contraire ! ). Pourtant, la très grande majorité des livres du genre sont vendus à moins de 2 euros, voire 99 centimes.

    Mon témoignage n’a peut-être pas une valeur généraliste du fait du caractère très particulier de mes livres érotiques ?

    Cordialement,

    Katia

    • a écrit

      Bonsoir Katia,

      Comme quoi, au delà de la théorie, il faut toujours tester !
      Et comme dit, un prix plus élevé, aux yeux des consommateurs, peut être gage de qualité.

      Merci pour votre retour d’expérience.

      A bientôt,
      Fred

  10. elisa a écrit

    Bonjour,
    je me demandais si il y a possibilité de publier une nouvelle. En effet, j’en ai écrit 3 et j’aimerais faire un test…
    merci de votre réponse et pour les précieux conseils …

    • a écrit

      Bonsoir Elisa,

      Vous vous demandez s’il est possible de publier une nouvelle sur le Kindle ?
      Bien sûr !
      Alors allez-y, testez ! C’est comme cela qu’on apprend.

      A bientôt,
      Fred

  11. Eljuriste a écrit

    Bonjour,

    Vendre un ebook (ou plus précisément une marche à suivre, avec un sav) qui permet de passer ou de repasser le code de la route dans plusieurs dizaines de départements pour une trentaine d’euros, serait-il trop cher sur amazon ou dissuasif pour les clients?

    Cordialement.

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *