Rencontre avec Aurélie Valognes, l’auteure comblée de « Mémé dans les orties »

Mémé dans les orties
– Découvrez ce qu’ils en pensent dans le trailer exclusif –

Rencontre avec Aurélie Valognes, l’auteure comblée de
« Mémé dans les orties »

 

Fred : Bonjour Aurélie, je suis ravi de t’accueillir sur ce blog.

Aurélie : Bonjour Fred, merci à toi de m’accueillir.

Fred : Aurélie, pour ceux qui ne te connaissent pas encore, tu es l’auteure du best-seller auto-édité Mémé dans les orties. Ce premier roman s’est déjà vendu à plus de 25.000 exemplaires (seule via l’auto-édition).

Il y a encore un an, personne ne te connaissait dans le milieu littéraire. Peux-tu nous dévoiler ton secret pour avoir réussi un coup de maître dès ton premier livre ?

Aurélie : Mon secret, s’il y en a un, serait l’inconscience. Je n’ai jamais réfléchi à ce qui pourrait arriver de négatif ou positif. Je me suis tout simplement lancée, sans me donner d’objectif, déplaçant mon ambition petit à petit : je voulais pouvoir être fière d’écrire, puis de finir le roman, ensuite j’ai voulu soumettre le texte à des lecteurs inconnus sur Amazon via l’auto-publication (pour pouvoir avoir du recul avant de l’envoyer aux maisons d’édition), et c’est à ce moment-là que l’aventure s’est emballée : le roman est passé d’un simple ebook à un ebook du Top 100, puis n° 1, et enfin j’ai été contactée par les éditeurs. Je n’ai rien planifié de ce qui m’arrive mais je suis évidemment comblée par cette incroyable histoire.

Fred : Selon toi, est-il important pour promouvoir son livre d’appliquer des techniques marketing ? Ou la qualité du texte est-elle suffisante pour rencontrer le succès ?

 

« Dans le monde de l’auto-édition, […] c’est la responsabilité de l’auteur […]
de mettre en place toutes les actions possibles pour faire connaître
et donner envie aux lecteurs de se procurer son ouvrage. »

 

Aurélie : En littérature, le mot « marketing » est quasiment un gros mot, il fait peur et a été vidé de son sens originel. Il y aurait les « marketeurs » et les vrais écrivains. Dans le monde de l’auto-édition, la frontière n’est pas si nette, et c’est la responsabilité de l’auteur, une fois le livre fini, de mettre en place toutes les actions possibles pour faire connaître et donner envie aux lecteurs de se procurer son ouvrage. Comprendre et intégrer cela est la clé. Croire que le roman va se vendre seul, juste grâce à son histoire, est, selon moi, une erreur. Il y a une succession de choses sur lesquelles porter notre attention avant que le lecteur ne puisse avoir le livre entre les mains et être en mesure de lire notre prose, sur laquelle nous avons mis tant d’effort. Le contenu du livre/l’histoire : écrivons-nous pour se faire plaisir comme on peut le faire avec un journal intime ou est-ce pour être lu et donner des émotions ? Le titre du roman, la couverture, la description : attirent-ils l’attention ? Donnent-ils envie d’en savoir plus ou de télécharger l’extrait gratuit ? Le prix : comment le fixer par rapport aux autres romans du même style qui sont également présents sur la plateforme ? Souvent on résume le marketing à la partie de publicité autour du livre : personnellement, je n’ai ouvert une page Facebook auteur et un site web seulement une fois n° 1 du Top d’Amazon. Donc, courage à chaque auteur autoédité, une fois le livre fini, l’aventure ne fait que commencer… 

Fred : Le succès de ton roman est tel que beaucoup d’éditeurs renommés t’ont proposé un contrat. Tu as finalement signé avec Michel Lafon et ton livre imprimé est disponible dans tous les points de vente depuis le 15 mai.

D’ailleurs, je viens de recevoir mon magazine France Loisirs et constate que Mémé y côtoie les romans de Marc Levy et Katherine Pancol 😉

Aujourd’hui que ton livre est édité, le bouche-à-oreille sera-t-il le seul support marketing pour vendre ton livre ?

Aurélie : Le bouche-à-oreille a été le meilleur ami de Mémé dans son parcours de l’auto-édition (via les commentaires des lecteurs) et ce bouche-à-oreille sera aussi important dans les librairies. Mon éditeur Michel Lafon a de belles ambitions sur le roman et a à cœur de favoriser ce bouche-à-oreille, par conséquent mon roman a la chance de bénéficier d’un soutien fort. Maintenant, je reste une auteure inconnue et ce n’est pas demain que l’on me verra dans des émissions de télévision.

Fred : Sur le blog Écrire et s’enrichir, nous sommes très à l’écoute des techniques marketing qui marchent.

Peux-tu nous expliquer précisément quelle est, avec ton éditeur, votre stratégie marketing pour séduire de nouveaux lecteurs ?

Aurélie : Je ne connais pas tous les détails de la promotion mise en place par mon éditeur, je leur fais confiance. Je sais simplement qu’ils ont envoyé mon roman à des blogueurs, ont écrit un communiqué de presse (avec une présentation de l’histoire du roman mais aussi du parcours de l’auto-édition), et ont mis en place des actions digitales (par exemple : Twitter & Facebook autour du #mamieconnectee pour que chacun partage des exemples de ce que font d’incroyable nos grands-parents). J’ai déjà eu de belles retombées de blogueurs et par la presse/radio, donc je crois que le bouche-à-oreille peut vraiment fonctionner aussi, mais seulement si le roman est bien présent en librairie.   

Fred : Comment t’impliques-tu dans cette stratégie pour promouvoir Mémé ?

Aurélie : Je ne sais pas si j’aurai la chance de vivre cette aventure incroyable sur plusieurs romans (j’espère), alors j’essaie de faire vivre le plus longtemps possible le succès de Mémé dans les orties : d’abord grâce à l’auto-édition, maintenant avec la publication en librairie en format broché, et demain en format poche et également hors de France. Donc malgré mon envie de consacrer tout mon temps à l’écriture de mon second roman, j’alloue énormément de temps à Mémé, pour répondre avec plaisir à des interviews, ou aux emails, posts et tweets enthousiastes des lecteurs. 

Fred : As-tu fixé des objectifs précis en termes de vente ?

Aurélie : Le meilleur moyen d’être déçue est de s’attendre à quelque chose de précis. Avec mon parcours commencé en auto-édition, chaque nouveau lecteur est un cadeau pour moi et j’en suis vraiment reconnaissante. Donc je ne me suis pas fixé d’objectifs précis et n’ai pas demandé le chiffre exact à mon éditeur. Maintenant, je serai heureuse que mon éditeur puisse au moins égaler les ventes que j’ai réalisées seule, sachant notamment ce dont ils sont capables quand on voit le sublime parcours d’Agnès Martin-Lugand.

Fred : Après ce succès, quels sont tes projets d’écriture ? Y aura-t-il une suite de Mémé dans les orties ?

Aurélie : Je suis en train d’écrire mon deuxième roman. Il s’agit d’une toute nouvelle histoire. On retrouvera des relations familiales et amicales déjantées, de l’humour, des émotions et des surprises. Je m’amuse énormément sur ce second roman. Même si je me mets la pression pour plaire à mes premiers lecteurs, le fait qu’ils me disent attendre ce nouveau livre me fait sentir beaucoup moins seule quand j’écris dans mon petit café en bas de chez moi. 

Fred : Pour conclure, que conseilles-tu aux auteurs de ce blog qui, pour la plupart d’entre eux, veulent aussi toucher beaucoup de lecteurs ?

Aurélie : Le bouche-à-oreille est primordial pour atteindre un grand nombre de lecteurs mais pour les toucher vraiment, il faut parler à leur cœur, et pour cela il faut écrire des histoires en pensant à eux, et pas à soi. 

Fred : Aurélie, je te remercie de nous avoir « prêté » un peu de ton temps. Je te souhaite le meilleur pour la suite et à bientôt sur ce blog pour nous parler de ton prochain livre.

Aurélie : C’était un plaisir Fred. Je souhaite sincèrement le meilleur à tous les lecteurs du blog qui hésitent à se lancer en tant qu’auteurs auto-édités : allez-y, foncez, vous ne risquez rien. Vous avez une belle histoire à partager et à vivre aussi. Je vous dis à très bientôt.

 

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. Geneviève a écrit

    Bravo pour ce succès, Aurélie et merci pour vos conseils.
    Bonne continuation avec « Mémé » et autant de succès pour vos prochains titres.
    Quant à moi, je vais cesser de rêver et reprendre mes corrections !
    Merci Fred pour cette interview.

  2. Rocco Claire a écrit

    Je la suis depuis qu’elle a commencé ! Quel beau parcours. Et mérité. Son roman est frais et bien raconté.
    J’ai bcp aimé. Je te renouvelle mes félicitations Aurélie 🙂
    A bientôt.
    Salut Fred 😉

  3. a écrit

    Article sympathique… dommage que Fred n’ai t pas songé qu’un article reste durablement sur la Toile et que de mentionner la date de publication de l’article permet plus facilement au lecteur de remettre son thème, les détails évoqués dans son contexte « historique »… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *