Cédric Charles Antoine, l’auteur à succès aux 4 nouvelles publications par an [Interview]

Cedric Charles Antoine
– Cédric Charles Antoine, auteur à succès –

Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Cédric Charles Antoine, auteur à succès de la collection Lordkasten (5 thrillers, 1 roman historique) avec déjà 15.000 exemplaires vendus.

Je laisse la parole à Cédric Charles.

 

Fred : Bonjour Cédric Charles Antoine et bienvenue sur le blog Ecrire et s’enrichir. Pour commencer, peux-tu te présenter et nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Cédric Charles : J’ai créé en décembre 2014 la collection Lordkarsen afin de diffuser et de promouvoir mes romans de façon professionnelle avec la promesse de publier une nouvelle fiction chaque trimestre. Aujourd’hui, j’en ai fait mon unique activité.

Je suis né dans la campagne du Haut-Anjou, au cœur d’une vieille bâtisse familiale entourée de bois et de prairies. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours été quelqu’un de très solitaire et de rebelle. Mon imaginaire s’est forgé dans les greniers, les bois, les cabanes, là où le monde n’avait pas d’emprise sur moi, développant ainsi toute ma créativité. Quelques décennies plus tard, quand j’ai quitté le milieu des affaires, un vide est apparu et je l’ai comblé par un besoin incontrôlable d’écrire et de raconter des histoires. La plume est devenue le prolongement de ma pensée du moment, sans barrière, sans règle, juste l’envie d’exprimer ma créativité dans un univers parallèle et sans frontière. Et depuis 18 mois, j’écris tous les jours… La création de mes scénarios commence toujours par la réalisation de planches à dessin, de croquis sous forme de mapping afin de visualiser les contours du sujet. L’image est un moyen efficace pour fixer le récit, c’est un peu comme une bande dessinée…

 

Fred : Ton premier livre, Les Hurlements de la Mémoire, a été publié sur Amazon en novembre 2014. Avais-tu déjà publié d’autres textes, ou était-ce ta première expérience d’auteur ?

Cédric Charles : Non, je n’avais jamais écrit de récits auparavant ! J’étais accaparé dans une vie professionnelle très active en tant que chef d’entreprise… Et puis j’ai changé de vie en août 2014. L’écriture m’est tombée dessus par hasard, sans prévenir, un matin. Peut-être une forme de destinée ?

 

Fred : Il me semble que tu publies tes romans en « rafale » : Les Hurlements de la Mémoire en novembre 2014, L’Exil primitif en mars 2015, Le Paradis de Victoria en juin 2015, TORSKEN en septembre 2015, Le Messager du parc en décembre 2015. Et tu viens de publier La couleur du Testament début mars. Quel est ton secret pour publier tes livres si vite ?

Cédric Charles : Il n’y a pas de secret ! J’en ai fait mon activité principale, donc je travaille 8 à 10 heures par jour et 6 jours sur 7, comme beaucoup de travailleurs indépendants ou de patrons de PME. J’ai gardé le rythme… Dans cette démarche sérieuse, je me suis entouré d’un comité de lecture dirigé par ma femme et d’un correcteur professionnel. Toute cette organisation me permet d’écrire un roman de 50 à 60 000 mots par trimestre… Juste de la passion, du travail et de l’organisation.

 

Fred : Chacun de tes livres a au moins 30 commentaires et plus de 4 étoiles en moyenne. Et il apparaît que tous tes livres ont figuré dans le Top 100 Kindle, certains même plusieurs semaines. Peux-tu nous donner tes résultats en termes de ventes depuis tes débuts ?

Cédric Charles : Oui, tous mes livres ont figuré en bonne place dans les classements, tous ont atteint le Top 10 sur Amazon. Concernant le volume des ventes, pour la collection, le chiffre approche les 15 000 ventes en un an, avec une progression constante…

 

« Le monde nous appartient, tout est possible,
soyons curieux et travailleurs… »

 

Fred : Tu maîtrises bien le marketing et la promotion de tes livres. Tu es très présent sur les réseaux sociaux et mets en place de très nombreuses actions pour faire connaître tes ouvrages. Comment t’es-tu formé ?

Cédric Charles : Nous avons la chance de vivre dans un monde où la connaissance est accessible à tous et gratuitement via le web. Il suffit d’étudier un peu, d’observer, de tester, d’y mettre du bon sens, de la logique et je pense que l’on peut obtenir un résultat convenable pour démarrer. Par la suite, ce sera l’expérience, les échanges entre auteurs et l’analyse des lecteurs qui permettront les ajustements, comme dans toute entreprise ! Le monde nous appartient, tout est possible, soyons curieux et travailleurs…

 

Fred : En 2015, tu as été nominé au Prix Amazon de l’auto-édition. Cette semaine, tu étais présent durant 4 jours sur le stand Amazon au Salon du livre de Paris pour participer à différents événements. Est-ce la reconnaissance de ton savoir-faire d’écrivain ?

Cédric Charles : Pour l’instant, je dirais que c’est une forme de reconnaissance en tant qu’auteur actif et visible. La vraie reconnaissance d’un éventuel savoir-faire d’écrivain ne viendra que bien plus tard. Ce sont les lecteurs et les acteurs de l’édition qui en jugeront peut-être un jour…

 

Fred : Tu publies actuellement 4 livres par an. Vas-tu continuer à ce rythme ? Ne crains-tu pas une lassitude ? Quels sont tes objectifs pour les 3 ans à venir ?

Cédric Charles : Pour la première fois de ma vie, je n’ai pas de plan, pas d’objectif, pas de stratégie à court et à moyen terme… Tout cela appartient à mon passé ! Aujourd’hui, je fais les choses uniquement par plaisir. Je pense qu’écrire des romans et des scénarios dans un univers imaginaire repousse très loin les limites de la lassitude intellectuelle. Ce sont mon inspiration et ma créativité qui guident mon destin d’auteur, rien d’autre. Un an, dix ans, une vie, peu importe, tant que la passion ne m’abandonne pas !

 

« J’use du marketing et de la « propagande » pour vivre de ma plume. »

 

Fred : De nombreux auteurs souhaitent vivre de leur plume et connaître ton succès. Quels conseils peux-tu leur donner ?

Cédric Charles : Aucun. Je suis comme eux, un apprenti dans l’art d’assembler les mots. Des auteurs très talentueux vivent dans l’ombre et certains autres moins doués sont sous les feux des projecteurs. Nous vivons dans un monde régi par une loi « le marché » et contrôlé par un outil « le marketing »… le reste, c’est du hasard, hélas !!! Donc, lâchement, je fais comme tout le monde, j’use du marketing et de la « propagande » pour vivre de ma plume. C’est ce qui caractérise notre statut d’auteur indépendant : AUTEUR/ÉDITEUR/MARKETEUR… Il faut l’accepter pour avancer !

 

Fred : Cédric Charles, j’ai eu grand plaisir à faire cette interview, et te rencontrer au Salon du livre de Paris. Je te souhaite le meilleur pour la suite de tes projets. À bientôt.

Cédric Charles : Merci Frédéric pour cette sympathique interview ! Je me ferai un plaisir de lire prochainement ton premier thriller… À mon tour, je te poserai des questions de chroniqueurs 😉

 

Retrouvez La Couleur du testament sur Amazon
en cliquant sur l’image :

La couleur du testament

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. Ariel Koslan a écrit

    Bonjour Fred,

    Voilà une interview sincère, qui ne tourne pas autour du pot et qui nous présente un auteur attachant.

    Amicalement,
    Ariel

  2. Stéphanie a écrit

    Belle interview pleine de charme et de lucidité. Oui, il n’y a pas de mystère, écrire demande certes du talent mais aussi beaucoup de volonté (parfois même de la hargne), de rigueur, de travail régulier. Ceux qui attendent l’inspiration pour écrire écriront peut-être leur premier livre en 2037.
    Bien à vous,
    Steph

  3. Marc a écrit

    Merci Cédric Charles Antoine et Fred pour cette interview.
    Wouah, 4 livres par an ? Jamais j’y arriverais.
    Avec le marketing et tout en plus.
    Franchement, je n’arrive pas à comprendre, et je suis d’autant plus impressionné. Chapeau l’artiste.
    Bonne soirée

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *