Faut-il tuer les petits garçons qui ont les oreilles cassées ?

Merci
« Merci de m’avoir aidé à oublier ma prison »

Oui, je sais. Curieux titre. Qui me fait monter les larmes aux yeux.

Je vais vous expliquer.

Mais d’abord, avant de quitter ce blog, je veux vous remercier.

Oui, vous remercier de m’avoir aidé à « oublier » la prison silencieuse où je suis enfermé. Cloîtré depuis ma naissance.

Vous allez comprendre dans une minute.

Je vais donc m’éloigner de ce blog dans quelques heures. Après 3 années intenses. Énormes. Un truc de dingue à vous mettre le « trouillomètre » à zéro 27000 fois par jour. Et à faire grimper le mercure à peu près autant de fois.

Oh, bien sûr, je reviendrai pousser la porte de temps en temps. Un peu comme on revient voir la maison où l’on a grandi. Avec ce « temps assassin » qui a filé comme c’est pas possible.

Oui, je veux vous remercier. Tous.

Vous qui êtes encore là. Nombreux. « Fidèles au poste ». Et qui, je crois, m’appréciez, respectez mon travail, aimez mes articles.

Et remercier aussi ceux qui sont partis. Peut-être par déception. Ou par  ennui. Ou pour aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Ou tout simplement parce que l’auto-édition ne leur disait plus rien.

Ils sont partis mais leur présence éphémère sur ce blog m’a touché.

 

« L’issue pour t’en sortir
c’est ta sueur et ta rage d’avancer »

 

Désert
« Avancer contre vents et marées c’est ça qui compte »

 

A tous donc, je vous remercie de m’avoir aidé à oublier ma geôle.

Vous m’avez libéré d’une solitude parfois effrayante. Du calvaire du silence. De la peur du vide.

Même derrière un écran d’ordinateur, « l’absence de sons » qui vit en moi depuis 33 ans a été moins pesante. Grâce à vous.

Car je vous imaginais. Je voyais vos sourires en m’écrivant.

Je lisais sur vos lèvres vos paroles d’encouragement. Je sentais votre émotion, aussi, quand certains de mes articles vous touchaient.

J’ai reçu vos commentaires, mails personnels et témoignages de remerciement comme une récompense. Un cadeau.

C’est comme si vous étiez là. Dans ma maison de Colonzelle, petit village radieux de la Drôme.

C’est comme si, autour d’un verre, vous me parliez avec douceur. Sans que je puisse hélas vous entendre (ou si peu). Mais fier et heureux que vous soyez là. A mes côtés.

Oui, j’ai bien dit : SANS QUE JE PUISSE HÉLAS VOUS ENTENDRE.

Etre malentendant de naissance, c’est comme une punition (mes oreilles sont mortes à 90% à gauche et 85% à droite).

Oui, une punition.

C’est comme si l’on vous mettait « au coin » mais à perpète ! Avec un bonnet d’âne et l’inscription « sourdingue » dessus.

Isolé des autres.

Loin de la vie qui bat.

Danse.

Rit.

S’agite.

Rugit.

Refait le monde avec des mots.

Des mots de toutes les couleurs, de toutes les sonorités.

 

Le seul avantage de la surdité
c’est de ne pas entendre les cons

 

Avoir ce désert en soi, c’est comme si on t’avait rien donné. Rien transmis. A commencer par l’envie de croire en toi. D’exprimer tes rêves. De les crier au monde. Et de les vivre, bordel ! De les vivre.

Alors pour y arriver, pour dire merde à la fatalité, tu bosses comme un malade.

Seul. Toujours seul mais avec une rage de vaincre en acier trempé.

Tu compenses le trop de silence par la « danse endiablée » de tes neurones.

Tu bouffes du savoir jusqu’à l’indigestion. T’as des maux de tête à te la cogner contre les murs.

Ta solitude pèse 30 tonnes. Tu te retrouves en« mode panique » et ça disjoncte au dedans.

Soudain, pendant une seconde, tu penses à cette phrase qui te glace : « Faut-il tuer les petits garçons  qui ont les oreilles cassées ? »

Et là, plus rien. T’es au bout de la torpeur. Puis tout redescend. S’apaise.

Tu retrouves le goût rassurant du chocolat chaud et des « biscuits Lu ».

Tout va bien.

Et le lendemain, tu repars au feu. Discipline de fer.

Tu apprends. Tu t’empiffres de manuels et de bouquins savants. Tu stockes. Tu fais des réserves. T’es le hamster intello. Les bajoues pleines de trucs utiles. Et inutiles.

T’es obligé de mouiller ta chemise 27 fois plus que les autres pour y arriver. Car t’es tout seul. Encore et encore. L’issue pour t’en sortir, c’est ta sueur et ta rage d’avancer.

Tu avances dans un désert de ouate mais tu avances. C’est ça qui compte, camarade !  AVANCER. Contre vents et marées.

Et les autres ? Les « potes » ? les « collègues ? Les « copains du quartier » ? Etc…

8 fois sur 10, tu te ramasses en pleine gueule leurs moqueries et leurs rires. Leurs mines de faux culs. Et leurs grimaces débiles.

Mais tu serres les dents. Le seul avantage de la surdité, c’est de ne pas entendre les cons. La connerie, tu la combats avec le silence que t ‘as en toi. C’est ton arme et tes larmes en même temps.

 

Vous allez réaliser vos rêves de gosse

 

Coluche
« Maintenant, c’est à vous de décider »

 

Après des efforts de titan, tu finis par trouver ta  place dans le monde.

Mais t’en baves encore. On te la fait payer cher ta petite réussite de « pas normal ».

Je passe les détails. Sinon ça va nous emmener jusqu’à Noël cette affaire là.

Eh oui, je pourrais en parler pendant 347 pages de tout ce merdier !

Voilà. Merci de m’avoir écouté. D’avoir été là.

Je vous sers chaleureusement la main.

Fred

 

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. Ariel Koslan a écrit

    Cher Fred,

    Putain de texte !

    J’en ai la chair de poule.

    T’en fais pas, t’as eu raison de l’écrire.

    T’es un sacré mec et t’inquiètes pas, il va ya voir du monde sur les Indéfficaces.

    Bravo pour tout et chapeau bas.

    Amitiés.

    Ariel

  2. a écrit

    Fred,
    Bravo.

    Cela te rassurera ou pas. Tu n’es pas seul à vivre dans une forme de solitude sans vie, en difficulté avec sa différence. Si tu en avais parlé, tu te serais rendu compte, que d’autres sont comme toi. Peut être pas avec le même genre de prison, mais surement tout aussi seul.
    Ma prison (je ne sors quasi pas de chez moi), elle m’a empêché de te rencontrer en vrai quand tu me l’as proposé. Ta différence ne m’aurait absolument pas gêné.
    Le plus dur c’est de vivre en se taisant et en ayant honte d’être tel que l’on est.

    Bonne continuation

    Marjorie

    • a écrit

      Bonsoir Marjorie,

      Merci pour ton commentaire.
      Ah oui bien sûr, je suis bien conscient de ne pas être le seul ! 🙂

      « Ta différence ne m’aurait absolument pas gêné. »
      Mon ex-femme aussi me disait ça. Au début 😀

      « Le plus dur c’est de vivre en se taisant et en ayant honte d’être tel que l’on est. »
      Tout à fait.

      A bientôt, et qui sait de quoi demain sera fait !
      Fred

    • Patrick Moindrault a écrit

      Bonsoir Luciole,

      « Le plus dur c’est de vivre en se taisant et en ayant honte d’être tel que l’on est. »

      Si je peux me permettre une petite réflexion à cette heure tardive : la honte n’est qu’un reflet négatif que l’on croit percevoir dans le regard des autres. Quand bien même ce serait le cas, pourquoi y accorder du crédit, puisque ce n’est au fond que leur vérité ? Et en quoi te concernerait-elle, puisque cette pseudo-vérité n’est pas la tienne !

      À mon avis.
      Patrick.

      • a écrit

        Bonsoir Patrick,

        Dans le principe, je suis d’accord avec toi. Tu as tout à fait raison.
        Dans la pratique, c’est déjà plus compliqué.
        Mais ça se travaille 😉

        Passe un bon week-end Patrick, 🙂
        Fred

  3. Pierrick Blin a écrit

    Cher Fred,

    Nous sommes beaucoup ici à savoir l’énorme boulot
    que tu as fait pour faire avancer les auteurs indépendants.

    Tu n’as pas toujours, hélas, été remercié de tes efforts.

    Que veux-tu, nous vivons dans un monde où chacun se
    goinfre sans jamais ou rarement être reconnaissant.
    J’en connais même qui se sont empiffrés de tous tes
    conseils sans même te laisser un commentaire de
    remerciement !

    C’est presque scandaleux.
    En tous cas, dégueulasse

    Je suis heureux que tu ouvres un nouveau blog car je
    sais qu’avec toi, on peut dormir tranquille. C’est du
    sérieux.

    J’ai lu ton texte, scotché à mon fauteuil.

    Amicalement
    Pierrick

    • a écrit

      Bonsoir Pierrick,

      Si mes articles ont permis à des auteurs
      d’atteindre leurs objectifs de publication,
      d’apporter des solutions pratiques à leurs
      problèmes, alors ce blog n’aura pas vécu
      pour rien.

      A bientôt,
      Fred

  4. a écrit

    Fred,
    Je n’ai pas eu la chance de vivre toute l’aventure avec toi car je n’ai découvert ton blog que récemment, mais j’ai l’intention ferme de m’embarquer dans la nouvelle aventure. Tes newsletters et articles me donnent la pêche, je comprends pourquoi et comment, cette pêche peut rejaillir sur les autres comme ça, parce qu’il t’a fallu apprendre à fabriquer des tonnes d’énergie.
    Merci et à bientôt pour les indéfficaces!

    • a écrit

      Bonsoir Sylvie,

      La bonne centaine d’articles de ce blog vous occuperont quelque temps 😉

      A très bientôt, je vous souhaite une agréable soirée,
      Fred

  5. Claire Rocco a écrit

    Fred,
    Ton blog, c’est comme une drogue, je l’adore
    Déçue de savoir que tu l’arrête, mais pressée de te retrouver sur les indéfficaces (et plutôt 2 fois qu’une).
    Navrée, vraiment, de savoir que vis avec cet handicap… Cela doit être
    tellement dur
    J’apprécie ta sincérité Fred, autant de gentillesse, générosité et de franchise de la part de qqu’un que l’on connaît peu me scie. Je t’admire, énormément. Pour ta volonté de fer, ta persévérance, ton optimisme… Tu nous tire vers le haut à chq article.
    Merci.
    Et à bientôt sur Les Indéfficaces.
    Bises

    • a écrit

      Bonsoir Claire,

      Un grand Merci pour ton commentaire qui me touche beaucoup.

      « Cela doit être tellement dur »
      Tellement dur, je ne dirais pas.
      Il y a bien pire.
      Et cet handicap m’apporte des choses aussi. Beaucoup d’humilité. « Ça te remet à ta place, comme une bonne claque. » De l’empathie aussi.
      Après, à choisir, je m’en passerais volontiers 😉

      Passe un bon week-end Claire, à bientôt,
      Fred

  6. a écrit

    MERCI Fred !

    Ton témoignage est un cadeau d’une extrême force pour chacun de nous.

    Je continuerai à te suivre et je te souhaite le meilleur dans cette nouvelle aventure !

    Danny KADA Auteure

    • a écrit

      Bonsoir Danny,

      Je vous souhaite aussi le meilleur pour vos projets d’écriture.
      Et si je peux vous aider je le ferai avec plaisir.

      Bonne soirée,
      Fred

  7. Lénie a écrit

    Juste ce petit message pour te dire que ton blog est génial et que le prochain le sera aussi.
    Et puis, on entend mieux avec le cœur…

    Merci tout simplement.

    Lénie, une fidèle lectrice

    • a écrit

      Bonsoir Chirell,

      Merci pour votre commentaire qui me motive à persévérer.

      Le retour de ses lecteurs est le meilleur carburant de l’auteur (et bloggeur !)

      Bonne soirée,
      Fred

  8. Lou- Ann Gallia a écrit

    Mon cher Fred

    Cela fait un certain temps que nous n’avons pas communiqué, ayant fait moi aussi le choix d’une certaine solitude au fond d’une province que tu connais depuis quelques mois …
    Me voilà de retour, et aussi pour te suivre dans tes nouvelles aventures !
    Tu as un talent fou pour captiver notre attention, pour donner avec générosité tout ce dont tu t’es imprégné, pour nous transmettre l’élan, le courage aussi parfois. Tu m’avais fait ce kdo de me dire …
    T’es un mec génial ! Alors vive la suite sur les Indéfficaces !
    Amitiés

    Lou-Ann

    • a écrit

      Bonsoir Dominique,

      Oui, cela faisait bien longtemps.
      C’est un grand plaisir d’avoir de tes nouvelles, de te savoir de retour.

      A bientôt, amitiés,
      Fred

  9. a écrit

    Un texte fort avec des mots qui cognent comme un cœur battant… et combattant. Quant aux cons, j’adore ton expression, oui, l’avantage dans la surdité c’est de ne pas les entendre ! Mais un autre avantage du handicap, quel qu’il soit, c’est de donner l’envie, la rage, de se dépasser ! Tu le prouves ! Ton texte m’a touchée et me donne plus encore envie, à moi aussi, de réaliser mon rêve et de tout faire pour y arriver! Merci, Fred !

    • a écrit

      Bonjour Chris Laure,

      Si la lecture de ce texte vous permet de faire le plein d’enthousiasme pour réaliser vos rêves, alors mon objectif est atteint.

      Merci de m’avoir suivi pendant cette belle aventure.
      N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions dans votre projet d’écriture.

      Fred 🙂

  10. a écrit

    Putain ..Fred …t’es trop ! Tout mon respect le plus profond !
    T’as réussi à mouiller mes yeux.
    Ton texte tombe à pic dans l’énième relecture de mon propre récit
    « Destin de Soi » dont je n’arrive à clore, sentant l’inachevé.
    Tu m’as apporté l’énergie; j’vais passer la nuit ..j’te dirai…
    A bientôt de nous retrouver sur les Indéff !
    Alain

    • a écrit

      Bonsoir Alain,

      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Ça me fait plaisir.

      « sentant l’inachevé. »
      Alors, continuez d’améliorer votre texte. Encore et encore.
      Faites-le pour vous. Faites-le pour vos futurs lecteurs.

      A très bientôt !
      Fred 🙂

  11. Céline a écrit

    Fred, quelle émotion, je n’ai pas reçu le lien aujourd’hui mais grâce au partage de Sandra Ganneval, je découvre la puissance et la beauté de ton texte.
    J’aurais beaucoup à dire, ça me touche plus que tu ne peux l’imaginer.
    Les indéfficaces, c’est dans deux jours, tic tac …
    Je t’embrasse

    • a écrit

      Bonsoir Céline,

      Ravi de te voir sur ce blog, ça fait plaisir 🙂

      Je n’explique pas que tu n’aies pas reçu mon mail avec le lien.
      Peut-être est-il tombé dans ton dossier Spam ?
      Aussi, il arrive que certaines messageries (Hotmail, AOL, Orange…) acceptent mal (voire pas du tout) les newsletters envoyées depuis mon « auto-répondeur » AWeber.

      Je suis content de lire que ce texte « te parle ».

      Passe une agréable soirée, et… à demain !
      Fred 🙂

  12. Patrick Moindrault a écrit

    Bonsoir Fred,

    Très émouvant témoignage qui fait écho en moi avec l’histoire d’une petite fée que je connais.
    Aplasie majeure d’un côté, et cholestéatome vorace de l’autre, elle a démarré dans la vie avec peut-être moins de chance qu’une autre. Par la suite, elle s’est sorti de la laideur de ce jargon médical au prix de quelques sacrifices ; mais écouter sa petite voix vaut parfois bien mieux que tout le bavardage des autres.

    Un grand merci à toi.
    Patrick.

  13. Julien a écrit

    Bonjour Fred,
    Magnifique partage chargé de tant d’ émotion.
    Je te félicite pour ta réussite et me réjouit d’avoir croisé ta route.
    Cela est sans doute paradoxal .
    Je n’ai jamais trouver une personne autant à l’écoute que toi.
    Ta bonté, tes compétences de guider le novice que je suis dans l’écriture,l’auto édition, le marketing n’ont d’égales que ta sagesse.
    Je crois avoir trouver le mentor qui m’aspire à devenir meilleur.
    L’aventure ne fait que commencer.
    Un grand merci d’être toi

    • a écrit

      Bonsoir Julien,

      Oui, je suis aussi ravi d’avoir fait ta connaissance.
      Et c’était un plaisir d’échanger avec toi pour le livre-choral.

      L’aventure ne s’arrête pas là.
      Je suis sûr que nous aurons encore de nombreuses occasions de « se croiser ».

      Je te souhaite tout le succès que tu mérites pour tes projets d’écriture.
      Tu es capable de beaucoup. Donne-toi à fond.
      Et si je peux t’aider, je reste à ta disposition.

      A très bientôt, profite bien du soleil,
      Fred

      • Julien a écrit

        Bonjour et merci,
        Un mot pour chacun de nous.
        Tu nous es précieux.
        Ciel couvert ce jour, mais beau coucher de soleil ce soir sur Moorea.
        On profite

  14. Julien Ferray-Pennac a écrit

    Bonjour Fred,

    C’est en voisin drômois que je découvre ton texte au détour d’une insomnie. Ta sincérité est touchante et je ne vais pas en rajouter.

    Juste pour répondre à l’un des commentaires à propos des remerciements, je n’ai découvert ce blog que tout récemment (juste à temps pour participer à ton défi des 100 témoignages, superbe idée au passage), mais j’ai moi aussi bénéficié de tes conseils, en tant qu’auteur (auto-édité, cela va sans dire) de mon tout premier livre.

    Ce livre (papier) paraît dans quelques semaines (il est sur Ulule en phase de financement), et puisqu’il s’agit d’une sorte de guide pratique (qui traite de l’écriture de sa propre biographie), j’y ai intégré la fameuse section « Bibiographie », que j’ai toutefois voulue très succincte.
    Elle comporte donc :
    – Seulement 7 livres… dont « Les sentinelles du rêve »
    – Seulement 4 sites Internet… dont ce blog (dont j’apprends la fin avec quelque déception)

    Voilà, c’était ma façon à moi de te remercier.

    Amicalement

    Julien

    • a écrit

      Bonjour cher voisin 😉

      Acceptes-tu de nous donner un lien vers ton projet Ulule ?
      C’est très novateur d’utiliser le crowdfunding pour financer son livre.

      Je suis ravi de lire que ce blog t’a aidé à publier ton premier livre.
      Et merci de citer le blog et le livre-choral dans sa biblio.
      Cette reconnaissance me touche.

      Bonne soirée,
      Fred 🙂

  15. a écrit

    Bonjour,
    Je suis très émue devant la puissance de ton texte. Révolte, espoir, courage, réussite, une grande leçon à retenir. J’ai découvert ton site il y a peu de temps mais j’y ai déjà puisé une aide incomparable.
    Un grand merci et à bientôt chez les indefficaces.

  16. a écrit

    Bonjour,
    Très touché, très ému par votre texte. Le coin de mes yeux est encore humide d’émotion, tellement il est puissant.
    Mon premier contact avec une famille de sourds-muets s’est avéré désastreux par mon incompréhension et ma maladresse. J’avais seize ans. Par la suite, j’ai eu à coeur d’effacer cette bévue, et d’entretenir avec ces voisins une relation cordiale.
    Le mépris, la moquerie, trouvent souvent leur source dans la méconnaissance du handicap ou des souffrances de l’autre. La pédagogie ou le dialogue sont les outils pour en sortir. Mais je sais que vous savez cela, et que c’est difficile, voire épuisant.
    En même temps, il me semble que votre handicap vous a permis de développer une grande force ; par nécessité.
    Tout comme le mien, très différent, m’a permis de développer certaines qualités, le votre a contribué à faire de vous ce que vous êtes aujourd’hui. Ainsi vous avez choisi de nous apporter aide et compétences, avec ce supplément d’énergie roborative, qui fait que nous vous aimons, à notre façon.
    Tout parcours est fait de choix et de tournants. Vous nous annoncez avoir pris une décision qui constituera un de ces tournants importants de votre vie. Je vous souhaite que cette décision soit heureuse et vous apporte plus que l’enrichissement social ; mais aussi un enrichissement affectif. Je connais bien la solitude et l’isolement. C’est pourquoi je vous souhaite avant tout de remplir ce vide par du bonheur, de l’amitié, de l’amour…
    Je trouve le terme indéfficace, très efficace, et je suis sûr que vous continuerez à nous apporter vos conseils, astuces, lumières et encouragements avec talent et conviction, quel que soit la manière dont vous le ferez.
    Frédéric, je vous remercie pour tout ce que vous avez fait, et je vous souhaite bon vent. Que le vide silencieux que vous décrivez si puissamment soit comblé et que la musique de la vie vous soit douce et joyeuse

    • a écrit

      Bonjour Claude,

      Je suis content de lire que ce texte vous a ému.

      Oui, l’on ne sait pas toujours comment se comporter face à l’handicap des autres.
      On ose pas poser des questions ; un malaise s’installe que tout le monde subit.

      Et puis, à 16 ans (et même bien avant), la jeunesse peut se montrer très, très cruelle…

      Quand je travaillais chez EDF, je changeais régulièrement de service.
      A chaque fois, au cours d’une réunion, je me présentais oralement à mes nouveaux collègues. Je les sensibilisais à mon handicap en leur présentant des diapositives. Et je leur expliquais comment nous pouvions, ensemble, le surmonter.
      Bien sûr, cela ne faisait pas tout. Mais c’était indispensable.

      Je crois que c’est votre premier commentaire sur ce blog.
      Merci Claude pour l’avoir posté. Merci pour vos mots qui me touchent.

      Fred

  17. Guérin a écrit

    Hello Fred,

    Quelle pêche cher ami pour nous avoir emmené dans nos rêves et quelle force !
    Ta ténacité nous a tous emmené à faire quelques pas plus loin voire pour certains très loin….ça, c’est ton cadeau que nous avons tous reçu et c’est énorme !
    Merci à toi !
    Bon vent dans tes nouvelles pérégrinations….

    Véronique

    • a écrit

      Bonjour Véronique,

      Heureux de lire que ces 3 années de blogging ont été utiles.

      Et merci à vous de m’avoir accompagné pendant tout ce temps.

      Passez un agréable week-end,
      Fred

  18. Fatima-Zahra Hadoud a écrit

    Cher Fred,

    Ton texte est émouvant, époustouflant, à couper le souffle…Surtout à méditer !
    On ne te remerciera jamais assez pour tout ce que t’as fait pour nous. Tu es d’une générosité imparable ! T’es un modèle à suivre, et tu fais partie des gens qui m’inspirent le plus au monde. Je me sens si chanceuse de t’avoir connu ! Tu es désormais l’Ange gardien des gens qui attendent une étincelle pour décoller dans leur vie !
    On te respecte et on t’aime sincèrement.

    Grand merci à toi !

    • a écrit

      Bonjour Fatima-Zahra,

      Merci beaucoup pour ton commentaire qui me touche.

      « On ne te remerciera jamais assez pour tout ce que t’as fait pour nous. »
      Ta présence, ton message et ta reconnaissance sont le meilleur remerciement que tu puisses me faire.

      Bien à toi,
      Fred

  19. a écrit

    bonjour, je viens de tomber ici, presque par hasard (en suivant le fil fb de sandra gueneval en fait et que je remercie au passage.
    j’ai beaucoup aimé ce texte qui peut s’appliquer à beaucoup de cas (autres handicaps, mais aussi à la pauvreté qui garde les gens à la maison par manque de moyens, c’est un exemple qui me ressemble, lol). si vous le permettez, je vais me balader sur ce site et je rejoindrai l’autre si je le retrouve à la date D. c’est vrai que parfois, j’ai l’impression d’être un papillon qui passe de fleur en fleur pour en apprécier chaque saveur.
    bon courage pour la suite
    elisabeth

    • a écrit

      Bonsoir Elisabeth,

      Ce n’est pas un hasard 😉

      Bien sûr, « visitez » ce blog à votre guise. Laissez-vous guider, arpentez de nouveaux sentiers… et pensez à faire des pauses pour bien vous imprégnez du merveilleux paysage de l’auto-édition.

      A bientôt,
      Fred

  20. Jennifer Leers a écrit

    Salut Fred,
    chapeau ! Tu m’as fait peur jusqu’au bout :/
    Comme Marjorie Et Danny, je te suivrais… jusqu’au bout… (la chanson)
    A travers tes articles, je n’aurais jamais imaginé ton handicap (en est-ce un vraiment ?)… si tu ne l’avais pas avoué.
    Encore une fois, Bravo !

    • a écrit

      Bonsoir Jennifer,

      « A travers tes articles, je n’aurais jamais imaginé ton handicap (en est-ce un vraiment ?)… »
      Ce serait plus simple sans 😉

      Merci à toi,
      Fred

  21. Frédérique Madisson a écrit

    Cher fred

    Je tombe sur ton dernier post aujourd’hui, alors que la vie m’a complètement emportée ailleurs. C’est incroyable comme les choses se passent comme il se doit.
    Te lire me touche.
    J’ai repris une activité professionnelle et sociale qui m’a éloignée totalement de l’auto-édition, et d’autres choses, pour m’amener vers d’autres horizons, ainsi va la vie. Mais je garde un excellent souvenir de nos échanges. Et en mémoire, la très grande qualité de ton travail. Je ne t’ai pas oublié, comme d’autres de gens connus alors et qui ont compté.
    Ta lettre ouverte est merveilleuse.
    Je te souhaite le meilleur.
    Je suis heureuse de ne pas l’avoir ratée, et qu’elle me donne l’occasion de t’envoyer mon meilleur souvenir.

    Je t’embrasse cher fred. Tu peux tout <3

    • a écrit

      Bonjour Frédérique,

      Quel plaisir de te revoir ici !
      Ensemble nous avions démarré l’aventure de l’auto-édition.
      Que le temps passe vite.

      J’espère que ton nouvel emploi te plait.

      Et peut-être qu’un jour, rien que pour le plaisir, tu reprendras la plume.

      N’hésite pas à faire un coucou de temps en temps, cela me ferait très plaisir.

      Et puis, pourquoi ne pas se voir au prochain Salon du livre ?

      A bientôt,
      Fred

  22. a écrit

    Bonjour Fred,

    Comme tu me l’as demandé, je mets avec plaisir le lien vers le projet Ulule pour le financement de mon livre.

    http://fr.ulule.com/votre-vie/

    C’est un des moyens pour aider au financement de son livre, même si pour l’heure (après 5 jours), les contributions reçues proviennent uniquement de proches, sachant que Ulule insiste (beaucoup) sur l’importance de ce financement par la famille ou les amis.

    Je commence donc à douter de l’utilité de cette campagne, mon but n’étant évidemment pas de demander à mes proches de financer ce projet, mais plutôt de le faire connaître à l’extérieur et de trouver des financements autres. Malgré ma communication depuis 5 jours, aucune contribution extérieure pour le moment… à suivre donc.

    Bonne journée à tous !

    Julien

  23. Jacqueline RAVONE a écrit

    Bonjour Fred
    S’il y a quelqu’un qui comprend ce que tu ressens c’est bien moi; à cause de mon boulot pendant
    plus de 40 ans avec des écouteurs presque 8 h par jour, j’ai perdu l’ouïe à plus de 50% de chaque
    côté. Si j’en ai marre ou j’oublie de mettre mes « oreilles portatives » je me fais disputer: on me dit
    que je ne suis jamais chez moi, que j’entends pas le téléphone etc… Mais tu as raison sur un point: ça évite d’entendre les conneries débitées autour de toi.
    Je suis de tout coeur avec toi et mille mercis pour ton enthousiasme qui remonterait le moral
    à l’armée de Napoléon en traversant la Berezina. Je te suivrai quoiqu’il arrive et bonne chance pour la suite. Grosses bises.

  24. a écrit

    Snif ! Je veux pas que ça s’arrête moi ! Vers qui je vais me tourner en cas de problème ?

    Tu sais, moi aussi je suis née différente. Ça ne se voit pas non plus. Ça ne s’explique pas d’avantage parce qu’il n’y a pas de mot pour la désigner (la différence). Quelque chose en moi qui me met à part des autres sans jamais bien savoir pourquoi. Une empathie excessive ? Un mode de raisonnement à mille lieux de ceux des autres ? Quand à la fac, face à un problème posé par le prof, 3 solutions sont proposées et que tu es seule dans tout l’amphi, prof compris (soit 150 personnes), à en trouver une quatrième. Quatrième solution parfaitement valide mais qui rend tout le monde perplexe même le prof « mais où va-t-elle chercher ça ? » alors que pour toi c’est l’évidence même, tu te sens étrangement seul avec ta petite caboche qui tourne rond mais pas dans le même sens. Se sentir anormal, du berceau jusqu’au tombeau, je sais ce que c’est. Au moins as tu la chance de pouvoir mettre un mot, une définition sur ta différence. Pouvoir l’identifier, la comprendre, savoir ce qu’elle est.
    Mais je sais que ma différence, ma vision (unique ?) de voir et percevoir le monde est ce qui me donne une plume que tous louent.
    Ceux qui comme nous naissent différents ont plus de mal à avancer dans un monde fait de clones. Le chemin est plus long, plus dur, plus douloureux. Mais les fleurs qu’on y croise sont aussi plus belles. C’est notre médaille, notre récompense.

    J’espère que tu laisseras ce blog à disposition de tous ceux qui l’aiment à défaut de ne plus y poster et que tu seras toujours là pour aider tes ouailles. ;-p

    • a écrit

      Bonsoir Marjolaine,

      « « mais où va-t-elle chercher ça ? » »
      Une imagination si fertile va te servir pour écrire une série originale en 10 volumes ! Les séries marchent bien…

      Oui bien sûr, « Ecrire et s’enrichir » reste en ligne.

      A très bientôt Marjolaine,
      Et ne perds pas ta motivation.
      Actuellement, je sais que tu es dans une phase où tu testes beaucoup de choses.
      C’est très bien. C’est en faisant qu’on apprend.
      Tu as pu constater que certaines choses marchent, d’autres moins.
      Maintenant, mets tout cela à plat pour n’en tirer que le meilleur. Ce qui marche vraiment. Et alimente-le par d’autres techniques marketing éprouvées.

      Fred

  25. Pascal a écrit

    Que dire, au delà de la marque de sympathie ? que ce texte n’est pas qu’un texte bouleversant – et en même temps tonique : c’est aussi un vrai texte d’écrivain.
    Merci Fred de tout ce que tu as déjà fait… et de ce que tu continueras à faire après ce saut de côté, où nous serons nombreux à te suivre.
    Je suis un participant d’inscription tardive, et de contribution très intermittente, mais sache qu’en très peu de temps sur ce blog j’y ai beaucoup appris. C’est grâce à toi, et ce n’est pas fini !

  26. a écrit

    Bonsoir, et bravo

    pour votre secret si généreusement partagé, pour votre élan de vie qui nous donne, à nous, des ailes, et pour votre travail.
    C’est un réel plaisir de revenir ici à chaque fois. J’ai hâte de continuer à vous lire même si c’est « ailleurs ».

    Votre histoire, si bien écrite, nous renvoie à la nôtre, tous, un peu, à notre manière. C’est la force du partage.
    Je vous ai laissé, d’ailleurs, un petit message en mail.

    Au plaisir de vous relire.
    Sonia

    • a écrit

      Bonsoir Sonia,

      Et pour moi c’est un réel de vous retrouver dans les commentaires.
      C’est grâce à vous que ce blog vit et s’anime.

      Merci,
      Fred

  27. Celian a écrit

    Salut Fred,

    Déjà merci de t’être exprimé ainsi sur quelque chose qui te touche autant, ce n’est pas toujours facile.
    Tu as raison prend le bon côté des choses, tu n’entend pas les cons, bien sûr tu les devine mais n’en fais pas cas.
    Ceux qui sont désagréables ne le font souvent que pour oublier leur propre misère.
    Oui tu n’entend pas mais tu dois surement comprendre des choses que nous, bon entendants ne comprendrons jamais, il y a toujours un avantage un « Côté soleil » comme le dirais mon grand-père.

    Il me disait « Find his sun side is a way of each day but when you fall above… » (français: Trouver son côté soleil est un chemin de chaque jour mais quand tu tombes dessus…) . Il disait cela comme s’il avait la science infuse, souriait d’un air énigmatique et me disait que je saurais conclure par moi même un jour.

    Merci encore pour tout ce temps que tu auras consacré. Celian

  28. a écrit

    Merci pour ce texte et ce témoignage.
    Ce handicap qui vous isole de vos semblables vous a donné une volonté formidable d’avancer, de soulever des montagnes et de quitter le confort d’une vie d’employé.
    Et plus que le handicap, je crois parfois que c’est la différence qui fait peur aux gens « normaux ». Assumer cette différence, le revendiquer parfois, ça donne une force et un courage qu’on ne trouve pas à tous les coins de rue dans notre société formatée. Malheureusement, ça ne suffit pas, ça ne fait pas taire les médisants, ça ne permet pas à ceux qui ne sont pas concernés directement de comprendre. Il faut un minimum d’empathie pour comprendre les difficultés de son « voisin » et c’est plus facile de rire. Je vous félicite d’avoir trouvé le courage de mettre des mots sur vos maux et vous remercie pour votre confiance.
    Et pour faire bonne mesure, je fais la bise pour vous remercier également d’avoir fait vivre ce blog avec simplicité et générosité pendant toutes ces années.
    A très bientôt sur les indéfficaces.

    • a écrit

      Bonsoir Geneviève,

      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Oui, l’empathie, qualité que l’on voudrait rencontrer plus souvent chez son prochain.
      Mais les nombreux commentaires de cet article me mettent du baume au coeur, ça fait plaisir à lire.

      Bonne soirée,
      Fred

  29. Patrick a écrit

    Du talent à n’en point douter. Une très belle écriture. Merci pour ce beau moment de lecture.
    Quoi dire de plus ? Rien. Silence…….

    Patrick

  30. Djee a écrit

    Fred, wow! Tu es un être d’exception. Tu me donne un coup de pied au derrière. J’ai confiance en toi, en ton jugement, en ton expérience et en tes intuitions. J’ai abandonné mon rêve d’écriture à cause de détails logistiques. Mais je vais m’y remettre parce que ton texte ma profondément touché sans savoir comment et pourquoi mais tu m’a vraiment donné le goût de me permettre de réaliser mon rêve. Je vais être là dans ton nouveau projet, merci d’être qui tu es! Djee xx
    p.s. Bravo!… et tu peux entendre la brise de ma gratitude 🙂

    • a écrit

      Bonsoir Djee ! 🙂

      Sans vouloir être indiscret, de quels détails logistiques parles-tu ?
      N’y a-t-il pas de solutions à cela ?

      Si ton projet d’écriture te tient à coeur, je t’encourage chaudement à aller au bout de ton rêve.
      Le pire serait d’avoir des regrets.
      Et si je peux t’aider, c’est avec grand plaisir que je le ferai. On va le publier ton livre ! Et il va être magnifique.

      A très bientôt,
      Fred

  31. a écrit

    Bonsoir, bonjour,
    Une petite insomnie, un passage sur les réseaux sociaux, un post d’Alice et je découvre tardivement ton site, qui si je le comprends bien est une chrysalide.
    Ton texte est fabuleux de vie, fort de volonté, riche de sensations et de courage. Il ne peut que toucher celui qui le lit avec les yeux du cœur.
    Comment ne pas éprouver cette rage d’avancer au travers de tes lignes ?
    Il faut connaitre l’échec pour apprécier chaque détail d’un combat et se délecter des petites victoires. J’espère que les tiennes seront glorieuses et sans pareilles.
    Ce sont souvent chez les êtres blessés que l’on trouve les plus belles sensibilités, tu en es un bel exemple et ton texte l’arme parfaite.

    • a écrit

      Bonsoir Wendall,

      Merci beaucoup pour ton message.

      Si mon texte touche les gens et les aide à avancer dans leur vie, alors, j’ai atteins mon objectif.

      A bientôt, bonne soirée,
      Fred

  32. a écrit

    Salut Fred 🙂
    Merci pour ce bel article ! Intéressant aussi. Oui il est vrai qu’il en faut du courage et de la persévérance pour façonner son rêve. si Edmund Hillary regardait les sinuosités il n’aurait jamais été le premier à atteindre l’everest. Pour ne citer que lui. Tous les « grands » le diront.
    En tout cas ton article est encourageant pour les mouflets comme nous autres.
    Cordialement 🙂
    Ps : j’adore ta citation, trooop géan t : le seul bonheur des sourds c’est qu’ils entendententendent pas les cons
    Ha ha ha
    Ha ha ha

  33. Nadia a écrit

    Un profonde humanité et un pragmatisme certain: voilà l’alliage qui transparaît dans chacun de vos textes. Je vous en remercie infiniment.

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *