L’ISBN en long, en large et en travers : la pratique !

ISBN pratique écrire et s'enrichirDans la première partie de cet article relatif à l’ISBN, nous avons examiné ensemble l’aspect théorique de l’ISBN, à savoir qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert, et comment savoir si vous en avez besoin.

Dans cette nouvelle partie qui vient clore le dossier « ISBN », nous allons décortiquer tout l’aspect pratique « de la chose », c’est-à-dire comment obtenir un numéro ISBN, et comment l’indiquer dans votre livre.

En avant toute, c’est parti…

 

Comment obtenir un n° ISBN ?

 

Ok, vous avez maintenant compris ce qu’est l’ISBN et si, oui ou non, vous en avez besoin dans votre bouquin.
Mais d’où le sort-on, ce numéro ? Comment l’obtenir ?

En fait, rien de bien compliqué encore : il vous faut faire une petite démarche administrative, et faire une demande à l’AFNIL (agence francophone pour la numérotation internationale du livre) si vous résidez en France. Pour les pays francophones, l’AFNIL délivre gratuitement des numéros ISBN à tout auteur, autoédité ou non, qui en fait la demande.

Ainsi, commencez par vous rendre le site de l’AFNIL en cliquant ici.

Si c’est la première fois que vous demandez un numéro ISBN, cliquez en haut sur « Vous n’avez pas de segment ISBN et vous souhaitez obtenir un numéro », puis descendez dans la rubrique « 2. Formulaire PARTICULIER de demande d’un ISBN » destinée aux auteurs autoédités que nous sommes.

Vous pouvez ainsi télécharger un formulaire de demande d’ISBN.

 

3 conseils pour bien remplir le formulaire

  • Le nombre de titres prévus par an

Le remplissage de la première page, notamment avec vos coordonnées personnelles, est assez facile. Dans la seconde et dernière page, on vous demande au point 4 le « nombre de titres prévus en moyenne par an ». Je vous encourage à indiquer ici un nombre supérieur à celui envisagé. De telle manière, vous serez sûr que l’AFNIL vous adressera une liste d’un nombre suffisant de numéros ISBN, et vous n’aurez pas à renouveler votre demande si jamais vous avez épuisé tous vos numéros plus tôt que prévu.

Donc si vous souhaitez publier 2 livres, mettez par exemple une production prévisionnelle de 10 titres/an. D’autant plus que comme nous l’avons vu, suivant les déclinaisons numériques que vous allez publier (ePub, mobi, pdf…), vous pouvez épuiser rapidement votre liste.

Si vous ne publiez qu’un livre par an, et que vous obtenez 10 numéros ISBN, ben ça vous servira 10 ans ! Et si vous ne les utilisez pas tous, ce n’est pas grave, vous n’êtes pas obligé d’utiliser toute votre liste.

  • Le premier ouvrage à paraître

Dans la rubrique 5, on vous demande des renseignements sur le premier ouvrage à paraître. Ne craignez rien. Même si vous n’êtes pas encore sûr du titre du roman que vous souhaitez publier, de son nombre de pages ou de son prix, ce n’est pas grave, mettez quand même des informations provisoires. Ça n’a pas d’importance, et on ne vérifiera pas l’exactitude de vos informations. Vous n’aurez pas non plus besoin de les corriger ensuite.

D’ailleurs, vous constatez que vous allez recevoir une liste de numéros ISBN, que vous attribuerez plus tard à des livres qui aujourd’hui n’existent pas encore. Et pour ces futurs livres, vous ne devrez pas remplir un nouveau formulaire de demande d’ISBN si vous possédez encore des numéros de disponibles. Donc le nombre de pages ou autres infos de ce genre, ce n’est pas important dans ce formulaire.

  • Le nombre d’exemplaires imprimés

Par contre, concernant le nombre d’exemplaires, j’ai eu échos que l’AFNIL s’autoriserait à refuser votre demande si le nombre d’exemplaires envisagés s’avérait trop « limité ». Je ne sais pas si l’AFNIL procède toujours ainsi, d’autant plus qu’en théorie, elle n’a pas le droit de refuser votre demande, quel que soit le nombre d’exemplaires que vous envisagez d’imprimer. Mais si vous ne souhaitez pas prendre de risque, mettez par exemple 1.000 exemplaires. De telle manière, on ne vous mettra pas des bâtons dans les roues, et comme personne ne viendra ensuite vérifier que vous avez bel et bien vendu 1.000 exemplaires…

D’ailleurs, que devriez-vous remplir concernant le nombre d’exemplaires imprimés si vous optez pour l’impression à la demande ? Donc, ne vous cassez pas la tête : soyez ambitieux, et mettez 1.000 ! 😉

 

Où envoyer le formulaire ?

Une fois que vous aurez rempli votre formulaire, 2 possibilités s’offrent à vous pour l’envoyer à l’AFNIL. La plus rapide consiste à leur envoyer le formulaire par email à afnil@electre.com. Sinon, il vous reste le choix de l’envoi par courrier en leur écrivant à l’adresse suivante :

AFNIL ; 35 rue Grégoire de Tours ; 75 279 Paris Cedex 06

Comptez un délai de 3 semaines environ pour recevoir votre liste de numéros ISBN.

 

Où et comment indiquer l’ISBN dans un livre ?

 

Ça y est : vous venez de récupérer vos numéros ISBN, et votre livre est terminé. Enfin pas tout à fait…

Vous devez maintenant y faire figurer le numéro d’ISBN que vous lui attribuez, en utilisant le numéro disponible le plus haut de la liste qui vous a été communiquée. Organisez-vous pour ne jamais réutiliser 2 fois le même numéro ISBN, ce qui vous évitera bien des galères…

Dans le cas d’un livre imprimé, le numéro ISBN doit toujours être écrit avec des tirets entre les segments, et précédé par la mention « ISBN : ». Exemple :

ISBN : 979-10-92225-03-7

Ensuite, cette information doit être indiquée en 2 endroits du livre :

  • au début de l’ouvrage, généralement au verso de la page de titre,
  • en partie inférieure de la quatrième de couverture, au-dessus du code-barres.

En ce qui concerne l’ebook, l’ISBN (qui rappelons-le, n’est pas obligatoire dans ce cas) est indiqué une seule fois, au début l’ouvrage, généralement après la page de titre.

 

Voilà, vous savez maintenant tout ! Plus d’excuses pour ne pas publier votre livre à cause de cette histoire d’ISBN !

Dans un prochain article, je vous parlerai du code-barres qui doit figurer au dos de votre livre imprimé. Sans quoi vous ne pourrez pas vendre votre livre en librairies, même si vous disposez maintenant de l’ISBN.

 

Avez-vous déjà rencontré des freins avec l’ISBN ? Est-ce maintenant plus clair pour vous ? Laissez-moi vos commentaires, suggestions ou remarques ci-dessous. C’est avec plaisir que je vous lirai et répondrai.

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Bonjour Fred,
    Ouf, merci pour vos articles si clairs!
    Je tourne dans votre site d’articles en articles, et ENFIN cela se clarifie dans ma tête!
    Au départ, j’ai posé par écrit le contenu d’une formation que j’ai crée et que j’anime régulièrement. Le livret est né. Je souhaite le vendre sur mon site. Puis je découvre kindle, pourquoi pas le diffuser là aussi?

    Puis je découvre que j’ai besoin de condition générales de vente, d’une page de vente, d’un mode de paiement, d’un n°ISBN, de lire le règlement de KDP, peut-être encore besoin de code barre, d’une page de couv qui tient la route….
    Que vais-je découvrir encore?
    J’imagine que l’on apprend ça la première fois, puis c’est acquis.
    Quoique… la nouvelle loi Hamon sur les CGV est ignorée de la plupart des blogueurs dont je consulte les CGV.

    Bref, mon métier est tout autre!
    Et je trouve dans votre site une partie du secours dont j’avais besoin! Je me suis promenée sur Fiverr et c’est génial! Je revisite encore mon projet…
    Bel été à vous!

  2. a écrit

    Merci pour cette info, je croyais la demande ISBN payante. Quand je vois le prix de revient de mon premier roman donné par l’éditeur, je me demande bien où il est allé cherché tout ça ! Je continue ma visite !

    • Fred a écrit

      Bonjour Sevy28,

      Oui, en effet, il y a un marché derrière les numéros ISBN… qui sont pourtant gratuits.
      Moi-même j’en avais payé un pour mon premier livre 😉

      Bonne et passionnante visite 😉
      Fred

  3. Bernard a écrit

    Bonjour Fred,

    Félicitation pour votre blog, vraiment très riche en infos. J’ai reçu mes ISBN pour mon premier bouquin et les suivants. Je me posait la question : comment vont-ils savoir que mon premier numéro ISBN correspond à tel ou tel livre, tel titre, tel format… Est-ce que cela va se faire lors du dépôt légal (Pour mon cas en Belgique à la bibliothèque royale) ou lors d’un référencement sur une des bases de données (Dilicom, etc…)
    Je ne comprends pas bien où va se faire l’association.

    J’espère que ma question est claire.

    Bernard.

    • a écrit

      Bonjour Bernard,

      Bienvenue sur le blog.
      Et merci pour votre commentaire.

      « comment vont-ils savoir que mon premier numéro ISBN correspond à tel ou tel livre, tel titre, tel format… »
      L’Afnil n’a pas besoin de savoir à quel livre est attribué un numéro ISBN. Une fois que vous obtenez votre liste de numéros ISBN, vous n’avez plus aucune démarche à faire avec l’Afnil, et vous pouvez utiliser votre liste de numéros comme bon vous semble.

      « Est-ce que cela va se faire lors du dépôt légal (Pour mon cas en Belgique à la bibliothèque royale) ou lors d’un référencement sur une des bases de données (Dilicom, etc…) »
      En effet, ce sont les bases de données comme celle de la BNF (ou de la Bibliothèque royale pour vous) ou Dilicom qui permettent de faire l’association entre un livre précis à un numéro ISBN précis.
      Dans les bases de données de livres imprimés, vous devez toujours renseigner le titre du livre ET son numéro ISBN, pour relier les deux.

      A très bientôt,
      Fred

  4. Faye a écrit

    Bonjour,

    je suis designer et j’ai réalisé une couverture de livre pour une personne du Venezuela, elle me dit qu’elle m’a inscrite à l’ISNB.
    Je voudrai savoir si c’est possible qu’elle m’est inscrit et si l’inscription ne doit pas être à son nom

    Diat

  5. a écrit

    Bonjour Fred,

    concernant l’ISBN,

    pour l’instant j’utilise un numéro fourni par l’AFNIL avec l’adresse d’un correspondant en France.

    Mais quand j’ai fait ma demande de liste ISBN à l’AFNIL pour la première fois, avec mon adresse de résidence, en Bolivie, l’AFNIL m’a renvoyé vers un organisme analogue dans ce pays pour obtenir un numéro ISBN.

    La question est la suivante : est-il possible de commercialiser des ouvrages en France avec un numéro ISBN obtenu à l’étranger? Si tel est le cas, qu’en est-il des obligations fiscales?

    Cordialement.

    Christophe

    • a écrit

      Bonsoir Christophe,

      Ah tiens, la Bolivie ! Vous habitez à la Paz ? Il me semble qu’il y a une belle communauté de Français là-bas, j’en connais quelques uns

      L’AFNIL attribue des numéros ISBN aux éditeurs français, belges ou des pays d’Afrique francophone qui en font la demande. Si, en tant qu’éditeur, vous résidez en Bolivie, vous devez en effet faire votre demande chez l’équivalent de l’AFNIL en Bolivie.

      Sinon, oui, je ne vois aucun frein à commercialiser vos ouvrages en France avec un numéro ISBN obtenu en Bolivie. Le numéro ISBN permet uniquement de « tracer » un livre, et le système de numérotation des livres est normalisée et international. Donc cela ne devrait poser absolument aucun problème.
      Pour avoir confirmation, je vous invite à poser votre question à l’AFNIL et à la Bibliothèque Nationale de France.

      Concernant les obligations fiscales, je ne sais pas comment ça se passe.
      Le mieux est de vous renseigner chez des spécialistes de votre pays de résidence (centre des impôts, avocat spécialisé, expert comptable…).

      Bon courage ! 😉

      Fred

      • Fred a écrit

        Bonjour Christophe,

        Je vis à La Paz ! 🙂

        Je suppose que tu y as déjà pensé, mais fiscalement, tu aurais tout intérêt à créer une « empresa unipersonal » (une sorte d’auto-entreprise) auprès de la Fundempresa (via une personne bolivienne). En 50 euros et trois jours, c’est fait ! Ensuite, tu payes 13% d’impôts (IVA) sur tes gains et 3% d’impôts sur tes ventes (IT).

        Au plaisir de se rencontrer !

        (Un autre) fred*

  6. a écrit

    Bonjour Fred,
    Je viens de faire ma demande d’ISBN, ça avance !

    Par contre, je n’ai pas trouvé dans vos articles le sujet sur les codes barres. Est-ce obligatoire ? Comment l’obtenir ?

    Merci pour vos conseils.

  7. Cheminant a écrit

    Bonsoir Fred,

    Je vous remercie d’éclairer nos lanternes, tout en présentant les préalables pour toutes tentatives « d’écritures », à valeurs ajoutées ou pas.

    Cette heureuse ballade dans votre site, est un régal de précision et concision. Sans conteste, vous motivez à remplir des pages blanches, et redonnez de la lisibilité à l’un des rôles de BNF…

    Ce sera un plaisir de vous rendre visite, si vous le permettez, et vous donner des nouvelles…

    Salutations.

    Phil

  8. Cheminant a écrit

    Juste une précision, Fred?
    Vous précisez:
    Nom *
    C’est ce que j’ai précisé, peut-être aurais-je du apposer mon prénom?
    Aucune gravité.
    Merci encore.
    Philippe

  9. RATANGA ATOZ Louis Samuel a écrit

    Bonjour, je suis résident au Gabon et je souhaite publier un ouvrage en autoédition. Je rédige actuellement la dernière partie de mon livre mais je souhaite déjà débuter les formalités pour l’obtention d’un ISBN en France car mon livre sera imprimé et reproduit en France. J’ai pris attache avec un service de la BNF mais il m’ont fait savoir que n’étant pas résident en France je ne peux disposer d’un ISBN. Le Gabon est un pays francophone, de plus, c’est mon frère qui est en France lui, qui est résident, qui effectuera les formalités d’impression, peut-il faire la demande d’ISBN pour moi ou quelles sont les options qui s’offrent à moi? Merci

    • a écrit

      Bonjour Louis Samuel,

      Je ne suis pas le mieux placer pour vous répondre.
      Mieux vaut vous adresser à l’AFNIL, qui gère les ISBN.
      Mais en effet, la BNF a raison.
      L’éditeur doit faire la demande d’ISBN dans son pays.
      Etant donné que vous habitez au Gabon, vous devez normalement faire votre demande au Gabon, même si votre livre sera imprimé et reproduit en France.
      C’est votre adresse, en tant qu’éditeur, qui compte.

      Maintenant, à mon avis, le plus simple serait peut-être que vous trouviez en arrangement avec votre frère pour faire cette demande d’ISBN, et donc que votre frère fasse les démarches à votre place. Ce qui signifie qu’il endosse le costume de l’éditeur officiel de votre livre.
      Ensuite, vous pourrez gérer votre livre de votre côté, depuis le Gabon, sans que votre frère doit intervenir.
      Cela me semble la manière la plus simple de faire, sans grandes contraintes.

      Bon courage,
      Fred

      • RATANGA ATOZ Louis Samuel a écrit

        Merci beaucoup, je dois juste vous préciser que sur le Gabon, je ne sais vraiment pas quel service s’occupe de l’attribution d’un ISBN. Je vais donc tenter de travailler avec mon petit frère qui m’accompagne dans l’auto-édition, il sera effectivement un peu comme mon éditeur ou le référent de cette édition (sur le plan administratif). Merci pour les conseils et à très bientôt.

  10. a écrit

    bonjour Fred
    Un grand merci pour toutes ces aides qui m’ont permises d’avoir une réponse à tous mes questionnement , toutes ces obligations qui paraissaient si complexes !
    Il y a encore des gens super sur cette terre !
    encore un grand merci

  11. a écrit

    Peut-on avoir deux isbn pour le même livre ? Edité d’un côté avec createspace qui ne réclame pas l’exclusivité sauf pour son isbn bien sûr, et de l’autre avec un éditeur à la demande français pour avoir des ouvrages en gros (que ne font pas Amazon)?
    Votre page n’est pas datée sur mon ordi donc je ne sais pas si ces échanges datent d’avant la création de createspace …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *