Même les personnalités se mettent à l’auto-édition ! Et vous, quand passez-vous à l’action ?

Gregory Samak écrire et s'enrichirCher lecteur, avez-vous lu ce récent article paru sur le site Internet du Figaro, qui nous dévoile que Grégory Samak vient de publier Le livre secret en auto-édition ?

Eh oui, même les personnalités s’y mettent ! En effet, Grégory Samak est cofondateur de BFMTV, et désormais directeur monde de l’antenne et du marketing programmes pour la chaîne Euronews.

Il ne fait plus aucun doute que l’auto-édition, grâce à ses riches possibilités et ses perspectives lumineuses, est aujourd’hui une solution d’édition de premier choix pour publier votre livre. Et ceci, que vous soyez connu ou inconnu du public !

 

Vous pourriez me dire : « Oui d’accord, mais Grégory Samak est peut-être un cas isolé ? »

Allons donc, il est fini le temps de vous trouver des excuses ! Et j’ai mieux encore à vous proposer : ces dernières années, des auteurs mondialement connus ont décidé de prendre le chemin inverse, et de se libérer de leurs éditeurs pour tester l’auto-édition !

Le grand Stephen King lui-même a été un précurseur en la matière. Dès 2000, il a exploré le marché du numérique avec sa nouvelle Un tour sur le Bolid’. Résultat : 400.000 téléchargements le premier jour de publication ! Autre exemple, plus récent : John Edgar Wideman, auteur américain à succès et lauréat du Faulker Award, a décidé de publier en 2010 son livre Briefs, Stories for the Palm of the Mind à l’aide du site lulu.com.

 

Mais revenons-en à notre article du Figaro : ce qu’il nous apprend également, et qui est très intéressant, c’est que l’auto-édition peut vous ouvrir les portes des grandes maisons d’édition. Et pour cela, il n’est pas nécessaire d’être cofondateur d’une chaîne de télévision ! Les exemples d’auteurs anonymes qui ont rencontré un succès phénoménal grâce à l’auto-édition, pour ensuite décrocher des (gros) contrats avec des éditeurs traditionnels, ne se comptent plus : d’E.L. James ou Amanda Hocking aux États-Unis à Agnès Martin-Lugand en France ou encore Emily Bold en Allemagne pour ne citer que les plus connus.

Au fait, savez-vous qu’en leur époque, Mark Twain, Edgar Allan Poe, Ernest Hemingway, Alexander Pope, Marcel Proust ou encore Leo Tolstoi se sont d’abord auto-publiés, avant de se faire repérer par des maisons d’édition ?

 Gregory Samak2 écrire et s'enrichir

 

Les personnes comme Grégory Samak l’ont bien compris : si vous n’êtes pas déjà connu en tant qu’auteur, JAMAIS vous ne réussirez à vous faire éditer par une grande maison d’édition. D’ailleurs, je pense qu’aujourd’hui, le seul et unique moyen pour espérer se faire ouvrir les portes des grandes maisons d’édition est justement de réussir d’abord grâce à l’auto-édition.

Vous n’êtes pas convaincu ? Lisez attentivement cela : chaque année, la maison Grasset reçoit 5.000 livres par la Poste, d’auteurs comme vous et moi. Et savez-vous combien sont publiés au final ? Un ! Oui, vous avez bien lu : un seul et unique livre sur 5.000. Ainsi, il est fini le temps des illusions. Et permettez-moi d’être franc avec vous : il est aujourd’hui clairement stupide d’attendre sur les grands éditeurs pour publier votre livre !

Ainsi, si vous essuyez des lettres de refus des éditeurs traditionnels, sachez que vous n’êtes pas un cas isolé. Comme vous, 1,4 million de Français ont déjà écrit un livre et rêvent d’être publiés.

Alors, je vous pose la question : si même des personnalités comme Grégory Samak ont décidé de prendre leur destin en main et de s’auto-éditer pour conquérir le public et connaître le succès, qu’est-ce qui pourrait encore vous empêcher, vous, de franchir le pas et publier votre livre ?

 

L’auto-édition est FAITE POUR VOUS. Bien entendu, ne nous voilons pas la face : on ne s’improvise pas éditeur indépendant du jour au lendemain. Je suis le mieux placé pour le savoir, car je suis déjà passé par là. Il y a quelques années encore, je n’y connaissais rien à l’auto-édition, et je rencontrais de nombreux obstacles. Mais j’ai décidé que vous et moi, nous y arriverons ensemble. C’est la raison pour laquelle, sur ce blog, je vous fais profiter de dizaines d’articles pour vous guider et vous éclairer, pour continuer à me former et vous expliquer tout ce que j’aurais souhaité que l’on m’explique à mes débuts.

Alors, pour ne pas passer à côté de cette chance que je vous offre, et pour profiter des nouveaux articles que je publie chaque semaine, abonnez-vous maintenant à la Newsletter du blog (si ce n’est pas déjà fait !). Pour ce faire, entrez simplement votre prénom et votre adresse email dans le formulaire en haut à droite de cet article. En guise de bienvenue, je vous offrirai 3 guides indispensables pour donner vie à vos objectifs de publication.

 

Grâce à l’auto-édition, vous n’avez plus d’excuses pour ne pas passer à l’action. Alors, que décidez-vous ? Prendre votre destin en main et concrétiser votre rêve de publication, ou continuer de regarder les autres goûter au succès ?

À vous de choisir. Me concernant, le choix est depuis longtemps fait.

 

Crédits photos : bit.ly/1nbiEkh – bit.ly/1nAWZQU

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. Paulin a écrit

    Bonjour,

    Oui, je suis certain que l’auto-édition est une très bonne « caisse de résonance » pour mettre son livre en lumière et en faire un succès. D’ailleurs, les preuves sont de PLUS EN PLUS NOMBREUSES et vous en parlez dans votre article. Comme Pierrick dans son commentaire, je suis tout à fait déterminé pour suivre une formation avec vous. En effet, on vous sent passionné et très proche des gens. Merci pour vos articles qui sont excellents, variés et nourris d’informations pertinentes. A votre succès !
    Paulin

    • Fred a écrit

      Bonjour Paulin,

      Décidément, ce week-end mes lecteurs sont motivés pour prendre leur destin en main, et aller de l’avant !

      Vous allez me faire culpabiliser de ne pas avoir pensé plus tôt à une formation !
      Si je m’engage à vous proposer une formation (et j’ai l’impression que vous m’avez convaincu !), ce serait une formation BETON, ultra complète, en plusieurs cours en vidéo. Car n’oublions qu’une telle formation serait le moyen nécessaire pour réaliser les rêves de publication d’une population très importante en France, et peut-être aussi le vôtre, Paulin.
      Ainsi, cela me prendrait quelque temps pour la créer. Et je vous avoue que j’ai un tempérament assez perfectionniste, et j’ai à cœur de satisfaire mes lecteurs. Donc, quitte à faire les choses, faisons-les à fond !
      Je ne manquerai pas de vous tenir informé de ce projet au fur et à mesure de son évolution.

      Pour finir, encore merci pour votre appréciation du blog, cela me fait sincèrement plaisir.

      Fred 😉

  2. Fabienne a écrit

    Bonjour,
    Votre article est très intéressant…Moi j’ai choisi l’auto-édition pour conserver ma liberté créatrice…

    L’idée de la formation est intéressante car nous sommes souvent seuls quand on se lance dans ce projet, mais même quand nous l’avons concrétisé, je pense qu’il serait bien de créer une rencontre pour confronter nos expériences,prendre des conseils ici et là, ce genre de rencontres est toujours intéressant…
    Merci pour vos articles excellents.
    Fabienne

    • Fred a écrit

      Bonjour Fabienne, et bienvenue à vous aussi sur le blog 😉

      Oui, les motivations pour s’auto-éditer sont très nombreuses, et conserver sa liberté créatrice (qu’il s’agisse du titre de son oeuvre, du contenu ou de la couverture) est un argument qui a décidé même des auteurs connus à se libérer de leur éditeur.

      Comme vous le dîtes Fabienne, le problème est que l' »indépendance » de l’auteur auto-édité rime souvent avec « isolement ». Or, on ne réussit pas seul dans son coin. Il est indispensable de s’entourer, d’échanger, de se confronter. Votre suggestion est très pertinente.

      A bientôt,
      Fred 🙂

  3. a écrit

    Bonjour Fred,

    C’est vrai que l’auto-édition est une belle aventure que je vis depuis quelques mois.
    Malgré mon expérience récente, je vous remercie de toutes les infos que vous
    donnez sur votre blog, d’ailleurs je me suis servie de nombre d’entre elles pour
    éditer mon livre.
    Je suis en train de faire le tome 2, mais c’est vrai que je me pose encore
    beaucoup de questions surtout au niveau technique, et j’ai pas mal galéré
    pour le premier, alors je rejoins les précédents commentateurs pour dire
    que c’est vrai qu’une formation rendrait service à pas mal de personnes souhaitant
    s’auto-éditer, car par expérience tout cela n’est pas si évident que certains voudraient
    faire croire.

    Excellent week-end
    Marie-Do

  4. Ouerk a écrit

    Bonsoir Fred , mon premier roman , je l’ ai édité de cette façon , c’est à dire en auto- édition . Malheureusement ,cette expérience m ‘a quelque peu gaché mon oeuvre qui est sur le plan thématique très intéréssante par certaines coquilles introduites par quelqu ‘un qui voulait m’aider .Tous les gens qui ont lu cette histoire la trouvent formidable , sauf les quelques fautes d’ortographe qu ‘ils mettent heureusement sur le compte de l’ordinateur . Alors , mon deuxième probleme , je ne suis pas fort en informatique . Est – ce que je peux vous transmettre à une adresse quelquonque ce roman pour voir s’ il va faire laffaire en le republiant en auto -édition et le mettre en vente en ligne ? Amicalement .

    • Fred a écrit

      Bonjour Ouerk,

      Lorsque vous dites que des coquilles ont gâché votre oeuvre, vous parlez de fautes de français ? Si ce n’est que ça, c’est un problème facilement surmontable. Il faut juste s’adresser aux bonnes personnes qui possèdent les compétences vous faisant défaut.

      Avez-vous la possibilité de solliciter des personnes de votre entourage qui maîtrisent bien le français ?
      Dans tous les cas, pour mettre toutes les chances de votre côté en publiant un ouvrage de qualité, je vous recommande de passer par un relecteur TRES compétent (voire un professionnel).
      Vous pouvez en trouver sur des sites comme Elance.com qui vous permettent de rentrer en contact avec des freelancers de tous les horizons. Sinon, je peux également vous recommander un correcteur (payant – la compétence à son prix).
      Vous pouvez me contacter par email à l’adresse suivante : contact@ecrire-et-senrichir.com

      Sinon, tous les romans méritent d’être auto-édités ! A condition de respecter vos lecteurs en leur proposant un livre (et donc un texte) de qualité.

      Bien à vous,
      Fred

  5. Eric a écrit

    Bonjour,

    Article pertinent avec une idée forte : l’auto-édition n’est plus le « parent pauvre » du monde des livres mais au contraire une fenêtre ouverte sur des lecteurs différents, gourmands de choses nouvelles tout en étant exigeants.
    Je me réjouis que ce type de publication se développe de plus en plus et j’attends, comme d’autres, vos prochains articles et l’annonce d’une formation dans quelque temps. Continuez à nous informer comme vous le faites car avec vous, c’est du solide, du sérieux. Ca se sent. Amitiés. Eric

    • Fred a écrit

      Bonjour Eric, et merci pour ce riche commentaire 😉

      En effet, les mentalités évoluent.
      Ainsi, s’il y a quelque temps encore, l’auto-édition était synonyme d’ouvrages de piètre qualité ou d’auteurs « ratés », les temps ont aujourd’hui bien changé. L’auto-édition est devenue une opportunité incroyable pour publier son livre de manière indépendante, et le proposer à un public avide de découvertes.
      Et les auteurs indépendants ont bien compris que pour être crédibles et réussir, ils ont tout intérêt à publier un livre de qualité, professionnel.

      A bientôt,
      Fred 🙂

  6. Stéphane a écrit

    Bonjour,

    Voilà un excellent article qui me motive à vous suivre…En effet, j’ai un manuscrit que je souhaiterais publier mais je sais, comme vous l’écrivez, que les chances d’être édité dans une maison d’édition traditionnelle sont dérisoires. D’ailleurs, j’ai déjà essayé il y a plusieurs années et j’attends encore une réponse…

    J’ai déjà lu de très bons livres auto édités et je sais que ce « nouveau » style d’édition est de plus en plus recherché et apprécié.

    A quand une formation complète pour réaliser mes rêves ?

    Continuez à nous offrir de beaux articles et d’avance merci.

    Stéphane

  7. a écrit

    Excellent article comme d’habitude mon cher Fred.

    Juste une ch’tite remarque, comment se fait-il que depuis le temps que nous écrivons et talentueux comme nous le sommes 😉 ni toi ni moi n’ayons déjà été contacté par une « grosse » maison d’édition ?
    On leur tendrait bien une corde pour qu’ils puissent nous hisser jusqu’à eux (jolie métaphore alpine 😉 mais croulant sous le nombre, je doute qu’ils répondent à nos mails ;-(

    Bonne chance pour ta formation, c’est une bonne idée et tu en as toutes les capacités.

    Bien amicalement
    Jacky auteur sur Amazon (http://www.amazon.fr/Jacky-Bourgogne/e/B00770G5P0)

    • Fred a écrit

      Hello Jacky ! 🙂

      Quel plaisir de te revoir sur le blog, cela faisait longtemps.

      Oh tu sais, j’imagine qu’il en faut beaucoup plus pour se faire repérer par une maison d’édition traditionnelle.
      Après, il y a « petite » et « grande » maison. Je pense que nous pourrions « facilement » nous faire éditer par de petites maisons, mais à quoi bon ? Ils n’ont pas ou peu de moyens marketing. Donc plutôt nous débrouiller seuls et conserver nos droits d’auteur (et la rémunération qui va avec).

      Pour les grandes maisons, je pense qu’il faut vraiment faire un sacré buzz pour être repéré, et obtenir (d’abord en autoédition) des résultats TRES importants en terme de ventes, comme c’était le cas d’Agnès Martin-Lugand et son « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Nous, on est encore trop petits !

      Et puis, je t’avoue qu’à part pour mon tout premier livre, je ne sollicite plus les éditeurs. J’ai mieux à faire ;-p

      Pour la formation, il va falloir attendre quand même, j’en suis juste au stade de l’idée 😉

      A bientôt,
      Fred

  8. a écrit

    Juste une question, quand tu parles d’auto-édition, tu ne parles pas que du numérique ? Je suis prête à me lancer, mais côté administratif, waouhh c’est quelque chose. Va falloir que j’essaie de me dépatouiller. mais je suis motivée, car je sais maintenant :
    – je peux créer mon entreprise même si je suis fonctionnaire et ceci sans autorisation.
    – je peux le faire même en étant en arrêt longue maladie !
    Je progresse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *