monBestSeller vous offre une tribune pour promouvoir votre livre ! [Interview]

monBestSeller
– Logo monBestSeller –

Pour cette nouvelle interview, j’accueille Christophe Lucius, cofondateur du site monbestseller.com

J’ai beaucoup entendu parler de monBestSeller dans les médias, notamment grâce à la très riche étude que le site a commandée à l’IFOP, concernant les habitudes d’écriture des Français. L’on découvrait, par exemple, qu’un Français sur trois rêve d’écrire un livre, et que 1,4 million de personnes possèdent déjà un manuscrit.

J’avais d’ailleurs utilisé cette étude pour l’article « Faites-vous partie de ces millions de Français qui rêvent d’écrire un livre ? »

J’ai ainsi souhaité en savoir davantage, et Christophe a eu la sympathie de nous ouvrir ses portes et de répondre à mes questions.

 

Fred : Bonjour monBestSeller et Christophe, et bienvenue sur le blog Écrire… et s’enrichir !

monBestSeller : Bonjour Fred,

Je suis heureux de pouvoir m’expliquer sur l’auto-édition, qui est un concept parfois mal perçu, mal compris et mal utilisé.

Fred : Christophe, tu es le cofondateur de monbestseller.com. Tu es donc la meilleure personne pour nous parler du concept monBestSeller. Peux-tu nous expliquer de quoi il s’agit ?

« Rendre un (seul) lecteur heureux,
c’est déjà une raison d’être pour un auteur. »

monBestSeller : monBestSeller.com est un site destiné à accueillir l’ensemble des auteurs non édités et/ou non promus, c’est-à-dire près de 99 % d’entre eux. Parmi eux, aussi, ceux qui n’ont jamais fait de démarche auprès d’une Maison d’édition.

L’esprit de monBestSeller consiste à se départir de toute forme d’élitisme et de népotisme. Rendre un (seul) lecteur heureux, c’est déjà une raison d’être pour un auteur. Et recueillir son avis, c’est un acte de reconnaissance.

Mettre le lecteur au centre du procès de l’écriture, c’est notre raison d’être.

Fred : On est bien d’accord : monBestSeller n’est pas une Maison d’édition. Les auteurs ne doivent rien payer pour y publier leur livre, et ne doivent pas céder leurs droits d’auteur. Ils restent maîtres de leur œuvre, c’est bien cela ?

monBestSeller : Clairement, monBestSeller n’est pas une Maison d’édition. Le dépôt de manuscrit est gratuit, et la lecture est gratuite. Les droits d’auteurs appartiennent aux auteurs.

Il n’y a pas de comité de lecture. Seuls les lecteurs, en élisant et en commentant les manuscrits, jouent un rôle prescriptif de recommandation.

En revanche, par égard pour ceux qui ont mené un travail éditorial et qui ont soigné la présentation de leurs livres, nous nous autorisons à écarter certains écrits qui n’ont manifestement pas fait l’objet d’un soin minimal.

Fred : Donc, si je comprends bien, monBestSeller est une tribune pour les auteurs ? Une tribune leur permettant de se faire voir, d’être lus facilement et gratuitement pour les lecteurs ?

monBestSeller : Oui, c’est une tribune pour être lu, mais aussi une tribune où ils peuvent s’exprimer comme auteur sur les sujets qui leur importent.

Fred : Mais d’où est venue cette idée ?

« L’écriture est aussi un acte de partage, de thérapie, de rédemption. »

monBestSeller : L’idée ? On n’a jamais reproché à un peintre du dimanche de ne pas être Van Gogh. Pas besoin d’être Federer pour jouer au tennis ! Alors, pourquoi faut-il être Proust quand on écrit…

L’écriture, si elle n’est pas parfaite, n’est pas tolérée. On est un écrivain raté, on n’est jamais un tennisman raté.

Le net change la donne. L’écriture est aussi un acte de partage, de thérapie, de rédemption. Et derrière tout cela se cachent aussi de bons écrivains.

Fred : monBestSeller est ainsi un porte-parole de l’auto-édition ?

monBestSeller : Oui, monBestSeller est un porte-parole de l’auto-édition dans sa forme la plus brute et la plus simple.

La gratuité en est une composante essentielle. Non pas qu’elle soit une finalité en soi, mais elle est le passeport de la visibilité. Pourquoi achèterais-je un livre inconnu d’un auteur inconnu ? Et si je le fais, c’est uniquement parce que je trouve des commentaires et des prescriptions nombreuses de lecteurs.

La gratuité est donc une clef nécessaire pour faire connaître un auteur dans la jungle de l’édition aujourd’hui. Car c’est l’un des moyens pour faire lire. Nécessaire, mais pas suffisant.

Fred : Mais est-ce uniquement réservé aux fictions ? Ou peut-on également profiter des avantages de monBestSeller pour faire connaître ses non-fictions, comme des livres pratiques ?

monBestSeller : La « non-fiction » est essentielle pour monBestSeller. Nous avons d’ailleurs ouvert le genre « Témoignage », peu traité dans l’édition traditionnelle, qui permet des modes d’expression nouveaux, parfois intéressants et souvent rédempteurs (pour les auteurs).

Les livres pratiques, il faut y réfléchir. Notre ADN est tout de même dans l’écriture.

Fred : Comment cela se passe si l’on publie son livre sur plusieurs plateformes ?
Par exemple, est-il possible de publier son livre à la fois sur monBestSeller et sur Amazon, où il sera donc « vendu » gratuitement ?

« […] notre philosophie : donner toujours plus de visibilité aux écrivains. »

monBestSeller : C’est aux auteurs de décider.

Nous avons un credo, la gratuité favorise l’accès à un livre. C’est sans doute le cadet des soucis d’Amazon de savoir si les mêmes livres sont gratuits sur d’autres sites.

Pour notre part, plus un auteur est présent sur d’autres sites, plus il est promu, plus cela correspond à notre philosophie : donner toujours plus de visibilité aux écrivains. Nous n’avons pas de concurrents, ils contribuent tous à accomplir notre mission : aider les auteurs à être lus, mieux, achetés.

Fred : Aujourd’hui, quelle est l’audience de monBestSeller ? Combien y a-t-il de livres publiés et de lecteurs sur le site ?

monBestSeller : Plus de 60.000 visiteurs par mois, plus de 800 auteurs et des accords avec des partenaires de bons niveaux : Babelio, Actualittés, Nouvel Obs entre autres… Le site existe réellement en terme de performance mais aussi en termes de référence.

Fred : Au sein de monBestSeller, y a-t-il une sorte de comité qui vérifie les contenus des livres, avant de les publier sur le site ?

monBestSeller : Nous passons sur toutes les nouvelles sorties du jour. Nous nous arrogeons le droit de sortir quelques livres pour des raisons de fond ou de forme.

Mais la meilleure « police » reste nos lecteurs, qui repèrent, détectent et dénoncent toute forme d’abus.

Il n’y a pas de comité de lecture, mais nous y songeons.

 

***

 

Fred : Dans la pratique, comment faire pour publier son livre sur monBestSeller ? Par exemple, est-il nécessaire de répondre à des critères précis formatage, mise en page, couverture… ?

monBestSeller : C’est simple comme bonjour : un format PDF, une mise en page soignée et aérée, et quelques clics…

Fred : Ok. Mais j’aimerais mieux comprendre. Lorsqu’un nouveau livre est publié sur monBestSeller, j’imagine qu’il est noyé dans la masse, parmi des milliers d’autres. Comment son auteur peut-il sortir du lot, gagner en visibilité ? J’ai remarqué que certains livres sont affichés directement sur la page d’accueil du site. Comment faire pour cela ?

« À l’écrivain de séduire et de prouver que son livre mérite d’être lu. »

monBestSeller : Le principe central de monBestSeller, c’est d’offrir et vendre de la visibilité. Pour cela, nous avons créé le principe du « Wall of books ». Chaque Wall of books est une manière de présenter et mettre en avant des auteurs, succès du mois, nouveautés, meilleures progressions, meilleures notes.

En sus, on donne les outils pour un bon usage des réseaux sociaux, et quelques conseils éditoriaux. Comment bien les utiliser pour se faire voir et repérer ?

Enfin, il y a ce que nous appelons les « packs », des bannières sur le site et sur des sites à affinité (Actualittés, Babélio) qui augmentent la propension à cliquer sur un livre. Cette option est payante.

Mais on le sait bien, on peut amener l’âne à la fontaine, mais on ne peut le forcer à boire. À l’écrivain de séduire et de prouver que son livre mérite d’être lu.

Fred : Et si un auteur possède un roman qui est déjà commercialisé, peut-il publier sur monBestSeller juste un extrait gratuit de son livre pour le promouvoir ? Par exemple les 20 premières pages ? Ou est-on obligé de publier des versions intégrales uniquement ?

monBestSeller : Effectivement, les auteurs peuvent laisser des extraits de livres imprimés.

Nous souhaitons que ces extraits soient généreux, car monBestSeller n’est pas un lieu de vente de livres, mais un espace pour découvrir de la littérature des auteurs et les goûter.

Fred : D’ailleurs, monBestSeller permet-il de publier des extraits de livres imprimés, ou est-il uniquement spécialisé dans les ebooks ?

monBestSeller : Les deux.

Fred : Et si des lecteurs ont apprécié l’extrait du livre, comment les rediriger vers les points de vente du livre ? Peut-on l’indiquer directement dans l’extrait, à la fin ?

monBestSeller : Oui, l’auteur peut mentionner les lieux où son livre est vendu, c’est évidemment gratuit. Et s’il le souhaite, souscrire un pack premium qui permet entre autres les liens directs avec leurs sites de vente.

Fred : Nous savons tous qu’il est très important pour un auteur de pouvoir rentrer en contact avec ses lecteurs.

Sur monBestSeller, comment un auteur peut-il connaître ses lecteurs, et échanger directement avec eux ?

monBestSeller : De façon publique, en laissant un commentaire visible de tous les internautes. De façon privée, par messagerie interne.

Fred : Au fait, si un auteur décide de modifier son livre, voire de le retirer du site, comment ça se passe ?

monBestSeller : Il le retire quand bon lui semble. Et s’il veut le modifier, il y a un processus simple pour le faire sans perdre son classement ni ses commentaires.

Fred : Est-ce que le site va encore évoluer ? Avez-vous des projets à l’avenir, notamment pour proposer davantage de services aux auteurs et aux lecteurs ?

monBestSeller : C’est bien sûr le propre d’un site web d’observer, de se conformer, de dépasser et d’inventer de nouvelles solutions. Nous nous focalisons aujourd’hui sur toutes les offres permettant d’accroitre la visibilité des auteurs.

Fred : Pour finir, quelles sont les recommandations que vous avez à faire aux auteurs qui se lancent dans l’auto-édition, qui partent de rien ?

« […] un auteur autoédité tient sa promotion entre ses mains. »

monBestSeller : Tout d’abord, il faut ne pas être un frustré de l’édition traditionnelle, et éviter tout anti-corporatisme primaire. C’est de l’énergie dépensée pour rien, mieux vaut la dépenser à écrire, travailler, ou à se promouvoir sur la toile.

L’exigence à porter à un livre auto-édité est équivalente à celle que l’on doit apporter à un livre édité. Et la gratuité n’y change rien. On donnera une chance à l’auteur, pas deux.

Enfin, il faut apprivoiser les réseaux sociaux. Car un auteur auto-édité tient sa promotion entre ses mains. Les réseaux ne lui apporteront pas le talent, mais lui permettront d’apporter son livre ouvert à la page 1 à des milliers de lecteurs…

Fred : monBestSeller est un concept très novateur, et j’encourage vivement les nouveaux auteurs à l’utiliser pour atteindre leur public, se faire voir et être lu. C’est un excellent point de départ. Il est bien clair qu’un auteur indépendant ne peut pas réussir seul dans son coin, et qu’il est indispensable d’utiliser les bons outils pour réussir.

Merci beaucoup, Christophe, pour avoir répondu à mes questions.

monBestSeller : À bientôt.

Fred : Au revoir 😉
 
 

 ***

Concours de nouvelles polar cet été

Du 7 juillet au 31 août 2014, monBestSeller organise un concours
« Tour de France en mode polar ».

Relevez le défi, et profitez de cette occasion unique
pour laisser exprimer le Maxime Chattam qui est en vous !

De nombreux lots à gagner
Découvrez maintenant toutes les informations sur le concours ici.

 ***

 
 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Cette interview synthétise bien la réponse qu’apporte monBestSeller à un besoin éditorial nouveau. Ci-dessous, le commentaire que j’avais laissé il y a quelques jours sur l’engagement de mBS –
    Pour une start-up, « avoir raison avant les autres » est une condition nécessaire à sa réussite. Mais c’est aussi un apostolat… J’ai le sentiment qu’encore beaucoup de lecteurs et d’auteurs, adhérents furtifs ou actifs du site monbestseller.com, n’ont pas encore assimilé la réelle valeur ajoutée de ce site. Effectivement, site et blogs dédiés à la publication sont légions. Mais la plupart succombe vite au syndrome de l’éditeur qu’elle veut combattre, ou à celui du média « autorisé » qui s’emploie à programmer tel ou tel courant littéraire. mBS s’ait pleinement affranchi de ce piège. mBS est un site qui met EN LIEN DIRECT une communauté éclectique d’auteurs, avec une population tout aussi cosmopolite de lecteurs. Les seconds peuvent évaluer les premiers, et les deux communautés discutent entre elles. Pas encore assez, c’est vrai… eh oui ! S’engager vers l’autre nécessite un vrai travail social sur soi-même. Plus que butiner ou stérilement critiquer dans l’anonymat… Personnellement, je suis devenu adhérent de mBS en octobre 2013. De mois en mois, je vois ce site progresser. Ses fonctionnalités se multiplient et s’améliorent, pendant que son actualité facilite en crescendo l’accès à des liens didactiques, donc bénéfiques au deux communautés qu’elle met face à face. L’éclectisme de l’offre reste intact et sa qualité globale s’améliore. Pour avoir travaillé aux USA, j’ai rapidement compris ce qui faisait la force et l’efficience de leurs acteurs économiques : placer le client au centre des préoccupations. En France, c’est plus souvent un slogan qu’une réalité effective. Mais outre atlantique, « on déconne pas » avec ce concept ! Ce que fait mBS, c’est justement mettre le lecteur au centre des enjeux, c’est-à-dire devant les auteurs eux-mêmes. Ça, tout en ouvrant aux auteurs des pistes d’améliorations pour les aider à mieux satisfaire leurs lecteurs… Vous connaissez beaucoup d’autres sites qui s’engagent à ce niveau ?… Moi, pas.

  2. a écrit

    Bonjour Fred et merci pour ces infos très intéressantes.
    Un petit tour sur le site m’a toutefois un peu déçue : un mur de mots… Et tout en caractères « bâtons ». Or on sait que ce genre de caractère repousse le lecteur au bout de 3 lignes. C’est démontré statistiquement. Par ailleurs, comme dit la règle « une image vaut mieux que 100 000 mots » et rien ne remplace une couverture pour donner l’envie d’ouvrir un livre. J’avoue que là, rien ne m’a poussé à me rendre sur l’un ou l’autre car, mises à part les couleurs, pour moi c’est « tous pareils » car tous aussi inconnus l’un que l’autre. Sans parler des tout petits en bas à droite dont on ne peut lire ni le titre ni le nom de l’auteur. L’idée, certes est bonne, quoique pas nouvelle, mais le site peu attrayant. A voir et à revoir…
    En tous cas, merci à toi pour tout ce travail.
    Cordialement.

  3. a écrit

    Je trouve cette interview très intéressante et le concept par lui-même et des plus attractifs ! En effet, qui n’a pas rêvé un jour en lisant un livre de faire de même et d’écrire à son tour. Je trouve le site très bien fait et il invite à la découverte, j’ai surtout aimé le fait d’avoir le synopsis des livres à la une et les sélections des lecteurs dès la première page juste en passant la souris sur les titres. En parcourant le site, on peut voir qu’il est très intuitif et ainsi il nous permet de trier par catégorie de livre selon nos goûts et nos envies. Je pense que ce n’est pas mon dernier passage sur ce site et peut être que l’envie d’écrire me prendra d’ici peu de temps, en tous cas, je suis conquis ! Merci pour cette interview

  4. rombeau martine a écrit

    Bonjour,
    J’ai déjà mis en ligne trois romans sur Monbestseller. Au début, les lecteurs prenaient la peine de mettre un commentaire, voire des étoiles correspondant à leur note.Cela permettait aux auteurs, une première approche des lecteurs. Mais depuis, il ne se passe pas grand chose. J’ai ensuite compris pourquoi. Les personnes qui viennent pour la première fois sur le site ont en visuel 35 romans classés, soi-disant selon les préférences des lecteurs. Certains ne savent même pas qu’il y a en fait, aujourd’hui, plus de 1000 romans sur ce site. Et beaucoup d’auteurs mériteraient de se trouver dans les 35 premières places. J’en ai lu quelques-uns qui mériteraient par leur talent, d’être édités par de vrais éditeurs. Et pourtant, ils ne figurent pas dans les 35 premiers. Ce serait vraiment bien que tout le monde puisse progresser dans le classement. Il faudrait donc que davantage de romans puissent figurer sur la page d’accueil.
    Enfin, c’est mon avis.

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *