Un festin de pépites et du bonheur plein les yeux

sapin
– Ah, de bonnes surprises livresques pour finir l’année en beauté –

Oh punaise ! Noël vient de me rattraper par le col en me sermonnant « Eh ben alors mon vieux, on a laissé le sapin dans les oubliettes ? »

Non non, pas du tout.

Les guirlandes en couleur, les boules qui scintillent et les petites lumières qui clignotent, moi j’aime bien. Ça me met toujours la « nostalgie » au fond des yeux. Ça me remet un coup d’enfance dans le tourbillon de la vie qu’en peut plus d’aller trop vite.

Noël, c’est la machine à remonter le temps : on se repaye une tranche de gros bonhomme rouge. On se replonge dans ses 4 ou 5 ans. Ça y est, c’est la nuit. On essaye de s’empêcher de dormir pour surprendre la star céleste dans le salon. Pour un peu, on lui demanderait même un autographe à notre héros !

Oui mais voilà. Comme le dit la chanson de la môme Cordy « J’voudrais bien mais j’peux point ! »

Eh oui, pas question de mater le mythe.

C’est un coup à se retrouver au p’tit matin avec les yeux pour pleurer et le chocolat chaud sur l’estomac. Pas le moindre train électrique ou super poupée au pied du sapin triste. Pas de console machin-chose, ballon de foot, Barbie princesse, Ken en caleçon ou mini piano électronique.

Et catastrophe, pas le moindre dixième de bouquin !

Ça, c’est de la sanction. Et de la sévère.

 

Un noël sans livre c’est comme
un œuf Kinder sans surprise

 

… un film de Star Wars sans Choubaka ou l’île aux enfants sans Casimir.

Mais bon, pour en revenir à cette année, c’est vrai que « mon beau sapin roi des forêts » m’attend encore sagement quelque part, la verdure tremblotante et le pied à l’air.

Promis-juré, je m’en vais le tirer de sa solitude aujourd’hui même. Et lui mettre son costume de lumière, avec en prime mes jolies charentaises à son pied, des fois que l’homme en rouge voudrait y glisser quelques douceurs livresques.

C’est vrai que je suis tellement immergé dans l’écriture de mon roman depuis un mois que tout ça m’est passé au dessus de la calebasse ! Du coup, les rois mages vont être obligés de se téléporter avec l’âne et le bœuf pour être là demain matin.

Sans compter les autres héros de la crèche. Je ne voudrais pas que le petit Jésus se retrouve tout seul sur son lit de paille quand même. Ça trahirait l’histoire et ça ne serait pas très catholique.

Y’a pas à dire, j’ai plus une minute à perdre ! Et je crois me souvenir que je n’ai plus de papier rocher pour la crèche ! Aïe, aïe, aïe !

Ah ce temps à écrire un livre, quelle émotion, quel plaisir intense (et quel boulot !).  Mais bon, faut pas que ça m’empêche de vous donner mes coups de cœur pour vous remplir de joie durant vos fêtes (et même après).

 

livre
– Mes coups de cœur pour vous remplir de joie pendant vos fêtes –

 

Voilà donc un festin de pépites. Trois univers différents. Trois auteurs musclés des neurones. Et trois écritures avec un point commun : une sacrée maitrise.

Allez, je commence par…

 

 

Un sac
de Solène Bakowski

un sac
– Un livre qui vous désosse l’âme comme pas possible –

 

Quel livre ! C’est écrit au scalpel et ça vous désosse l’âme comme pas possible. Mais le plus fou, c’est qu’on en redemande à chaque chapitre.

Voici l’histoire d’une jeune femme possédée par sa propre histoire. Dépassée par ses pulsions. Harcelée par ses vieux démons. Et qui dérive, perd pied, tente de régler ses comptes et son passé par le sang, les vies tranchées, la « mort qui exulte ».

Ce qui est fascinant ici, c’est que l’on ne peut s’accrocher à rien pour gagner un peu de lumière mais qu’importe, on est happé par le vide et on en a besoin. Hypnotisés que nous sommes par cette atmosphère de folie.

C’est poisseux à souhait. Ça vrille là où ça fait mal. Ça pue la mort et les plaies de la déglingue. C’est sale, ça sent le suint mais c’est…terriblement bien écrit. Tout en contrastes saisissants : ça cogne et ça caresse, ça hurle et ça chuchote, ça vous fait des trous et ça vous « recompose » un peu pour mieux vous dévaster à nouveau.

Énorme. Oui, ce livre est énorme.

Solène Bakowski, Prix spécial du Jury Amazon 2015, a tout pour aller loin.

 

Quel pétrin !
de Céline Barré
 

quel pétrin
– Un livre frais, pétillant et 3000% relaxant –

 

Voilà une vraie friandise ! Ça se croque et se déguste avec un immense plaisir. Et on ne demande qu’une chose : en reprendre une « lichette » et garder  en mémoire le souvenir ému de cette savoureuse douceur.

En fine observatrice de nos travers, Céline Barré nous emmène pour une virée détonnante et décapante au « doux » pays de la nature humaine. C’est d’une drôlerie vacharde et affectueuse, d’une lucidité implacable et dont on rit malgré tout avec jubilation.

On se retrouve dans ces ambiances aujourd’hui disparues des films d’Audiard* et d’Yves Robert*, où le caustique côtoie la bonne humeur, où les petites lâchetés des uns sont compensées par la gentillesse des autres.

C’est frais, tonique, pétillant, 3000% relaxant, avec juste ce qu’il faut de « poil à gratter » pour chatouiller les conventions et la « bien-pensance ».

Quand aux personnages, ils sont tous aussi « croquignolesques » les uns que les autres. Ils déboulent dans cette fable villageoise avec une truculence qui fait un bien fou à nos zygomatiques !

Bref, un livre idéal à lire sur sa liseuse devant la cheminée ou le sapin de noël, après le sacro-saint repas familial.

 

Les glaneuses de temps
de Patrick Ferrer 

les glaneuses de temps
– Une écriture inspirée et envoûtante –

 

Ecrire des nouvelles est un art si périlleux qu’il convient ici de saluer la virtuosité de ce « rêveur actif » qu’est Patrick Ferrer, l’auteur du best-seller « Le baiser de Pandore », sélection du Prix Amazon 2015.

Voilà six nouvelles de haute volée qui nous propulsent dans des sphères envoûtantes où les surprises sont légion. Avec des univers proches du fantastique et des contrées gorgées de secrets, notre auteur subtil  nous fait saliver page après page. Tout cela est bigrement palpitant et baigne dans une « poésie galactique » efficace et fluide.

Amateurs de mondes parallèles où l’Imaginaire est roi, régalez-vous. Laissez-vous emporter dans ces aventures fascinantes, grâce à une écriture inspirée dont le lyrisme fait mouche tout au long du voyage.

 

Voilà, je vous souhaite un super noël et du bonheur plein les yeux, plein la tête…et plein le ventre (mais pas trop quand même, hein!).

Et puis, si vous avez 1 minute à me consacrer pendant vos fêtes, n’hésitez pas à me faire part de vos coups de cœur côté romans ou autres textes. Merci d’avance.

 

*Michel Audiard : le plus populaire des dialoguistes français. On lui doit, entre autres, les dialogues des « Tontons flingueurs » et de « Un singe en hiver ».

*Yves Robert : Cinéaste français, réalisateur de « La guerre des boutons » (1962) et de Bébert et l’omnibus (1963).

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. Louna Negra a écrit

    Salut Fred,

    Merci pour ce nouveau bel article. J’attends avec impatience ton roman et je te souhaite de très belles fêtes au pied du sapin et devant la cheminée. Oui, tu as raison de mentionner « Un sac » de Solène Bakowski. Ce livre est une vraie pépite. Du même auteur, je conseille aussi « Chaînes » qui est excellent. Et le livre de Céline Barré « Quel pétrin » est vraiment un vrai moment de détente. Par contre, je ne connais pas « Les glaneuses de temps » mais je vais m’y plonger.
    Ca fait du bien de te relire depuis ta « retraite » littéraire.
    A bientôt.
    Amitiés,
    Louna

    • a écrit

      Bonjour Louna,

      « J’attends avec impatience ton roman »
      J’aimerais te promettre une publication courant mars, car tel est mon objectif.
      Cela va être difficile, mais je vais faire mon possible pour y parvenir.

      Oui, « Un sac » est une belle perle.
      Et comme tu le dis, « Chaînes » n’a rien à lui envier. Dommage que ce dernier n’ait pas obtenu le succès qu’il mérite.
      Pour « Quel Pétrin ! », c’est l’exemple type du roman divertissant que j’aime lire pour me redonner le sourire, et même rire. Une belle plume.

      Bonnes fêtes de Noël,
      Fred

  2. Simon Bolaert a écrit

    Bonjour Fred,

    Très heureux d’avoir de tes nouvelles, le temps m’a semblé long. Et merci pour tes conseils de lecture. Je te souhaite de belles fêtes et moi aussi, j’attends ton roman. Pas d’indice ? Comédie romantique, aventure, Fantasy, polar ? Allez, un petit « tuyau ».
    En tous cas, j’espère que tu vas bien. A te lire, il semble que oui.
    Amicalement,
    Simon

    • a écrit

      Bonjour Simon,

      Merci.

      Allez, juste un premier indice : mon premier roman sera un thriller.
      Mais la famille des thrillers est vaste. A bientôt pour un nouvel indice…

      Oui, je vais très bien merci.
      J’espère qu’il en est de même te concernant, que tu es bien entouré en cette période de fêtes.

      A très bientôt,
      Fred

    • a écrit

      Bonjour Alex,

      Merci beaucoup.
      J’espère que 2016 sera une bonne année pour toi aussi.
      De mon côté, je t’avoue que je la sens bien !
      Croisons les doigts, et donnons-nous les moyens de réussir !

      Bonnes fêtes de Noël !
      Fred

  3. Alexis a écrit

    Aaaaah mon petit Fred !! 🙂

    Enfin te voilà (momentanément ?) de retour ! Ca fait chaud au cœur ! 🙂
    Si ça peut te rassurer, d’autres sont également méchamment en retard sur les cadeaux, la déco, le sapin et tout le toutim, arf arf arf… (sifflement gêné…)

    Mais bon, ces mêmes personnes ne profiteront pas d’une belle Forêt Noire concoctée avec amour par un pâtissier d’Eguisheim, ELLES !!!!! (non, non, aucune rancœur ne sourd dans cette petite diatribe à ton intention… 🙂 🙂 🙂 )

    Passe de très belles fêtes, camarade, au plaisir d’avoir de tes nouvelles très vite !

    A bientôt,

    Alexis (qui a soudain des envies furieuses de Forêt Noire, c’est malin, groumpf… !!)

    • a écrit

      Bonjour Alexis,

      J’avais eu besoin de faire un break, consacré pleinement à l’écriture.

      De temps en temps, je publierai à nouveau un article de blog. Mais bien moins qu’avant.

      Je te confirme que la Forêt Noire est dans le frigo.
      Elle côtoie un Paris-Genève, pas mal aussi.
      Il y en aura pour tous les goûts. 😉

      Passe de bonnes fêtes de Noël parmi les tiens,
      Fred

  4. a écrit

    Bonjour Fred,
    Tu as, quelque part, un bon contact par tes écrits francs, mais, car il y a toujours un « mais », sinon, la vie ne serait pas. Moi aussi, j’écris et je n’ai toujours pas fait une seule édition.
    Ton abandon, c’est certain, de quelques-uns de tes projets pour avoir cru que tu avais, compte tenu des promesses, non, pas des promesses, mais d’un nombre important de gens prés à te suivre dans ta démarche devant être rémunérée et qui, finalement, ne t’ont pas suivi. Je comprends ta tristesse, mais je crois qu’il faille stopper ce type de méthode et de marketing ou, en clair, j’allume la mèche et à moi, les sous, car c’est bien de cela qu’il s’agit.
    Ne t’offusque pas, mais aujourd’hui, le prospect mord difficilement à l’hameçon, car le nerf de la guerre, plus personne ne l’a et, dès que l’on parle de paiement, c’est la reculade !
    Il y a tellement de « célébrités » du net et je pourrais te citer un wagon de noms, à commencer par un des plus illustres, Christian Godefroy. Tout ce système, aujourd’hui, commence à s’effondrer parce qu’il y a eu beaucoup trop de « vent » pour peu de résultats.
    Tu as de bonnes idées, une façon de t’exprimer vraie, mais il ne te faut plus employer cette méthode marketing qui a plumé un nombre incroyable de personnes et pour certains, de boire cela jusqu’à la lie de l’absurde.
    Ecrire en 24 heures, 50 000 mots est une prouesse, mais qui n’ont aucune valeur littéraire. Essaye d’écrire, même en un mois, un livre à connotation historique de 250 ou 300 pages.
    Le roman imaginaire, qu’il soit policier ou de science-fiction ne demande que peu de recherches ou de connaissances et avec une bonne notion de la langue, Française pour nous, et de l’imagination, il est fort possible d’en sortir un bon polar.
    Bon, tout ça pour te dire que tu es suffisamment jeune pour te montrer patient dans ta démarche et que tu ne dois pas t’arrêter après un échec. Et c’est valable pour tes lecteurs, la patience est la reine des réussites et des victoires, pas du succès. Ce dernier n’est qu’une récompense illusoire qui n’a de vie, que le temps d’un moment.
    Bien à toi,
    Didier

    • a écrit

      Bonjour Didier,

      « Moi aussi, j’écris et je n’ai toujours pas fait une seule édition. »
      « je crois qu’il faille stopper ce type de méthode et de marketing ou, en clair, j’allume la mèche et à moi, les sous, car c’est bien de cela qu’il s’agit. »
      « Ne t’offusque pas, mais aujourd’hui, le prospect mord difficilement à l’hameçon »
      « Tout ce système, aujourd’hui, commence à s’effondrer parce qu’il y a eu beaucoup trop de « vent » pour peu de résultats. »
      « il ne te faut plus employer cette méthode marketing qui a plumé un nombre incroyable de personnes et pour certains, de boire cela jusqu’à la lie de l’absurde. »
      « Ecrire en 24 heures »
      « Essaye d’écrire, même en un mois, un livre à connotation historique de 250 ou 300 pages. »
      « Le roman imaginaire, qu’il soit policier ou de science-fiction ne demande que peu de recherches ou de connaissances »

      Mais de quoi parles-tu ???!!!

      Fred

    • Alex Zülrich a écrit

      Désolé, mais ce que vous écrivez est tellement fouillis et confus que je ne comprends pas grand-chose. Je m’excuse de vous le dire.
      Cordialement,
      Alex

  5. a écrit

    Salut Fred !

    Et merci pour ces 3 livres à petit prix qui semblent fort alléchants et très bien présentés !
    J’ai déjà « Un sac » que je vais lire bientôt.
    Je prends « Quel pétrin », quel délice ce soit être 🙂
    Pour « Les Glaneuses de Temps », je vois que Patrick Ferrer a toujours de belles couv 😉 Je crois que les nouvelles trouvent doucement leur voie au sein du public. C’est un autre genre de lecture que le roman que j’apprécie aussi grandement !
    J’écris aussi un thriller en ce moment (mon premier), mais tu le sais.
    Bonne écriture à toi 🙂
    Marjorie

  6. a écrit

    Bravo Fred pour ce magnifique hommage à « Un sac » que j’ai défendu bec et ongles lors des délibérations du prix littéraire Amazon. « Quel pétrin » est dans ma Pal, mais y restera encore un peu au chaud, mon retard de lecture étant abyssal.
    Bonne Année !

  7. a écrit

    Bonsoir Fred,

    Comment dire, ça me démange depuis quelques jours… Je dois sans doute être à peu près le seul, mais franchement, je n’ai pas aimé, mais alors pas du tout « Quel pétrin ! »… Ce qui est d’ailleurs regrettable pour les deux autres… de se retrouver dans un tel pétrin ! Je sais, c’est facile, mais j’assume.

    J’aurais apprécié un choix plus engagé, plus original, mais ce n’est que mon point de vue. Alors en ce qui me concerne, les découvertes seraient plutôt du côté d’Annajo Janisz, Dominic Bellavance et pourquoi pas Gauthier Heiarii Delmas.

    Bonne fin d’année à toi.
    Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *