Le livre que devrait lire chaque Indé pour réussir [Interview Élizabeth Sutton]

Elizabeth Sutton
– Élizabeth Sutton en pleine séance de dédicaces –

Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Élizabeth Sutton, co-auteure du livre « Publier son livre à l’ère numérique – Autoédition, maisons d’édition, solutions hybrides : Le guide de l’auteur-entrepreneur » paru le 7 janvier.

Ce livre est destiné, en priorité, aux auteurs indépendants qui ont un vrai projet d’édition, des objectifs ciblés et, bien sûr, le désir d’être lus par le plus grand nombre.

Je laisse la parole à Élizabeth.

 

Fred : Bonjour Élizabeth et bienvenue sur le blog « Écrire et s’enrichir ».

Élizabeth: Bonjour Fred, merci de m’accueillir sur ton blog, source d’inspiration et d’échanges pour de nombreux auteurs.

 

Fred : Peux-tu nous dire qui tu es, ton parcours, et quel est ton métier ?

Élizabeth: Ce qu’on ne sait pas c’est que j’ai fait de multiples métiers avant d’arriver au livre. Par exemple, j’ai été journaliste pour des radios comme RMC,  mais j’ai aussi été décoratrice d’intérieur pendant 7 ans.  Pour finir, tout cela m’a mené au Web et au numérique.
Plus sérieusement, j’ai rejoint l’équipe de lancement d’Amazon France fin 1999 (une éternité) et j’étais ce qu’on appelait dans le jargon amazonien « Catalog Manager ». J’avais une équipe de 8 ou 10 personnes et nous étions chargés d’optimiser la base de données livres et le marketing. Tout ce que vous voyez aujourd’hui dans les fiches livres d’Amazon, c’est un peu grâce au travail de mon équipe à l’époque.

L’autre partie de mon travail chez Amazon consistait à « évangéliser » les éditeurs afin de leur faire comprendre l’intérêt qu’il y avait pour eux de proposer de bonnes métadonnées (images, descriptif etc.) ; des trucs basiques aujourd’hui mais qui, à l’époque, étaient une véritable révolution. Il faut savoir que de nombreux éditeurs ne savaient même pas ce qu’était un fichier xls J

Bref, on s’est beaucoup amusé ! Et puis en 2004 j’ai commencé à travailler avec mes homologues à l’international sur les prémices du Kindle, grande aventure !

Fin 2004, je rejoins le groupe Hachette et là c’est la claque. Au début on m’a prise pour un cow-boy qui allait mettre le bazar dans une machine bien rodée. Et petit à petit, j’ai réussi à m’imposer dans un métier alors assez inconnu en tant que directrice web marketing et chargée de créer les premiers livres numériques de plusieurs maisons d’édition du groupe.
En 2010, on se sépare et là … le vide… Que faire ? J’avais des compétences, notamment dans le livre numérique, mais mon profil était tellement atypique que les éditeurs ne voulaient pas me recruter.
Alors j’ai décidé de devenir indépendante, …pour voir…, j’aime bien les challenges. Puisque les éditeurs n’avaient pas les moyens de se « payer » un profil comme le mien, j’allais leur proposer de me placer en mode ressource temporaire pour les accompagner dans le virage du numérique.
Pour mettre en place mon offre, j’avais besoin d’un site web. Et dans ce site web, il fallait y mettre un peu d’infos. C’est comme ça que Frédéric Danilewsky et moi-même avons créé IDBOOX.com .

Très vite le site a été repéré, puis lu, et de plus en plus lu. Il faut dire qu’IDBOOX est un site qui remonte dans Google News, donc nous bénéficions d’une belle visibilité. Résultat,  IDBOOX est devenu un site d’infos à part entière qui publie des news sur les ebooks et la High-tech 365 jours par an ! C’est un site varié, pour les pros et le grand public !

Et puis il y a la structure de conseil. Pour cette partie, je propose mon expertise aux auteurs indépendants, aux éditeurs, aux bibliothèques, aux libraires pour les accompagner dans leur stratégie business, communication et marketing. Je cerne les besoins, conduit les projets et mets toute mon énergie pour contribuer à leur réussite.

Conclusion, même si tout n’est pas évident tous les jours, je m’amuse comme une folle et j’adore de que je fais !

 

Fred : Tu as un parcours passionnant et impressionnant ! Ton livre « Publier son livre à l’ère numérique », co-écrit avec Marie-Laure Cahier, est paru il y a 1 mois. Comment est née l’idée de ce livre ?

Élizabeth: En fait, c’est Marie-Laure qui m’a contactée. On avait travaillé ensemble au sein du groupe Hachette. Elle a assisté par hasard à une conférence que j’animais au Labo de l’édition sur l’autoédition.

Pour introduire la conférence, je m’étais amusée à décrire les profils d’auteurs du 21e siècle tels que je les voyais (on les retrouve d’ailleurs dans le livre). La conférence était passionnante et les invités pleins de fougue. Le lendemain, elle m’appelait. On a déjeuné et elle m’a dit qu’elle avait découvert avec cette conférence « un truc énooorme » et que ce serait bien d’écrire un livre sur le sujet.

J’ai dit Banco mais à une condition : qu’on réussisse à se faire publier par un éditeur de renom et que cet éditeur accepte de nous laisser publier la version numérique en autoédition…  J’ai senti un gros doute chez elle à ce moment-là mais au bout de quelques minutes elle a été séduite par ce nouveau challenge ! C’est ainsi que nous avons identifié les éditions Eyrolles qui ont accepté de tenter cette aventure avec nous !

 

Fred : Pourquoi avoir écrit un ouvrage « à quatre mains » ?

Élizabeth: Parce que nous sommes complémentaires ! Elle a une excellente expertise de l’édition pour avoir travaillé plus de 15 ans comme responsable d’édition et  moi je connais bien le numérique. Le duo était parfait pour écrire un livre crédible, novateur et pas un B.A.-Ba de plus sur l’autoédition. On m’a plusieurs fois proposé d’écrire un livre sur le numérique ou le marketing du livre mais j’avoue que ça me fichait la trouille ; à deux, nous étions plus fortes et surtout nous avons fait en sorte de ne pas proposer un livre obscur ou technique, mais un livre nuancé sur les mutations de l’édition à l’heure du numérique ; on a même réussi, paraît-il, à parler d’édition en y mettant de l’humour. 🙂

 

Fred : Ce livre est un réservoir d’idées pertinentes. J’y ai trouvé des informations claires et pratiques pour mieux apprivoiser le monde de l’édition et de l’auto-édition. Peux-tu nous dire pourquoi chaque auteur Indé qui a de vraies ambitions éditoriales doit lire votre ouvrage ?

Élizabeth: Parce qu’on ne sert pas la soupe ! On a tenté de faire un livre honnête, objectif et constructif pour les auteurs, qu’ils soient indépendants, déjà publiés ou qui n’ont jamais-osé-publier-mais-qui aimeraient-bien-le-faiiiiiirrre, mais aussi pour les éditeurs.

Ce livre est une boussole pour les auteurs, ce n’est pas qu’un livre pratico-pratique, il y a pleins d’excellents blogs comme le tien pour cela. Notre livre donne une vision 360° de ce qui est possible ou difficile à faire aujourd’hui quand on est un auteur. C’est un guide qui trace des perspectives et qui ne dit pas : fais ci, fais ça, mais qui ouvre le champ des possibles.

C’est aussi un livre qui montre et démontre (par notre publication en autoédition) que les choses sont en train de changer et qu’il y a de formidables aventures littéraires à vivre, parce qu’il y a des lecteurs qui n’ont qu’une envie, découvrir et lire, mais pas n’importe comment.

 

Aujourd’hui, qu’on soit auteur indépendant ou hybride, écrire ne suffit plus.
Il faut « mouiller sa chemise »

 

Fred : On le sait, le talent littéraire ne suffit pas pour avoir du succès. Quelles sont, concrètement, les clés pour y parvenir, ou du moins s’en approcher ?

Élizabeth: Aujourd’hui, qu’on soit auteur indépendant ou hybride, écrire ne suffit plus. Il faut « mouiller sa chemise », s’investir dans la vie de son livre.

Une fois qu’on a fini d’écrire, c’est là que tout commence. C’est une aventure entrepreneuriale au sens propre et noble du terme. On doit prendre des décisions : la couverture de son livre, la relecture, soigner son titre et sa 4ème de couverture, faire de la com et du marketing mais aussi décider ce qu’on délègue à d’autres pour donner toutes les chances à son livre. Nous proposons dans ce livre de devenir un  auteur-entrepreneur.

Chaque livre qu’un auteur écrit aujourd’hui est une microentreprise. Alors l’objectif n’est pas forcément de tout faire tout seul mais de se fixer une road map et d’évoluer dans son itinéraire d’auteur. L’objectif n’est pas non plus d’être parfait tout de suite mais de tracer sa route, qui peut devenir un grand et beau voyage pour peu qu’on soit patient et déterminé !

 

Fred : Au cours des prochaines années, comment, selon toi, va évoluer le « statut » d’auteur Indé ?

Élizabeth: L’autoédition est en train de se professionnaliser.   Je pense que la perception des auteurs indépendants va évoluer positivement, même si cela ne va pas se faire en un jour. Il y a de la place pour tous pourvu qu’on respecte le lecteur avec des contenus de qualité. Il y a également des signes qui indiquent qu’il va y avoir de plus en plus de passerelles entre autoédition et édition, entre un auteur indé et un auteur tout court. Un auteur pourra passer, s’il le désire et en fonction des projets, d’un statut à un autre, non par dépit mais par choix.

 

Il faudrait aussi que le statut juridique et fiscal des auteurs indépendants soit plus clair ; dans notre livre nous en parlons ; le statut de micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) est-il vraiment adapté à l’auteur-entrepreneur  ? Pas sûr !

Aux Etats-Unis, l’autoédition représenterait 18% des ventes totales des livres en 2015 selon une donnée Nielsen, c’est colossal.  En France, on n’a aucun chiffre documenté, je suis d’ailleurs en train de chercher des données probantes sur le sujet. Les indés sont en dehors des radars des syndicats ou des panels qui communiquent les chiffres et il faudrait qu’on puisse réellement évaluer le poids de l’autoédition… j’espère arriver à mes fins J mais chut, c’est trop tôt pour en parler ….
Fred : As-tu, éventuellement, envisagé une suite de ce livre ?

Élizabeth: C’est possible, en tous les cas la version numérique le permet. Nous ferons le point cet été avec notre éditeur et on en reparlera si tu veux bien J

 

Fred : Élizabeth, je te remercie de nous avoir accordé de ton temps. Et bravo pour toute l’énergie que tu déploies entre autres via IDBoox, pour promouvoir l’autoédition et motiver les Indés dans leur projet.

Élizabeth: Merci à toi ! Juste un petit mot pour la fin…. Un succès pour un auteur indé ou hybride, c’est un succès pour tous les auteurs, serrons-nous les coudes !

 

Retrouvez « Publier son livre à l’ère numérique » sur Amazon
en cliquant sur l’image :

Publier son livre à l'ère numérique

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Est-ce un guide qui ne voit que par Amazon ? Désolée de poser la question mais j’ai vu des livres comme ça, et moi, ce n’est pas ce qui m’intéresse.

    • Ariel Koslan a écrit

      Bonjour,

      Non, c’est un très bon guide, et très objectif. Ce livre n’est pas qu’un livre, c’est un placement « qualité » et un investissement sur l’avenir de ceux qui veulent vraiment faire quelque chose de bien dans l’auto-édition.

      Bonne journée à vous

      Ariel

  2. Julien Rigottier Gois a écrit

    Bonjour et merci Fred de nous donner encore un filon « qui ouvre le champ des possibles ».
    Auto éditeur, micro-entrepreneur, un premeir roman mené à terme qui plait déjà à plus d’un millier de lecteurs en moins d’un mois et adepte d’amazon.
    Je ne vois qu’une solution acheter ce livre d’ Elizabeth Sutton, sans attendre.
    Combler quelques lacunes et vendre plus de livres est toujours bon à prendre.
    Encore un bel enrichissement à prévoir 😉

  3. a écrit

    Merci Fred pour ce nouvel article avec cette interview avec une professionnelle … impressionnante ! j’en profite pour poster une petite question pour Elisabeth :
    je viens d’essayer d’acheter votre livre version numérique sur Amazon et cela me met :
    « Format Kindle Ce titre n’est pas disponible pour votre pays. » (j’habite au Portugal)

    ce n’est pas la première fois que cela m’arrive. C’est aussi le cas pour des vidéos sous youtube de rediffusion d’émissions télévisées. C’est bizarre tout de même, dans la communauté européenne,avec soit disant libre circulation des biens et services…. Vous savez pourquoi et les solutions du coup pour acheter votre version numérique ?

    Belle journée

    • a écrit

      Bonjour Murielle et merci pour votre intérêt, effectivement, malgré le manque de frontière pour le numérique il y a des soucis de territorialité. Il y a peut-être une solution l’acheter via Amazon.com, ou si vous avez une tablette iPad via iBooks ou encore, à partir d’une tablette ou un smartphone d’une autre marque via un libraire indépendant, le livre est dans 100 librairies numériques, j’espère que vous pourrez le télécharger. Tenez-moi au courant, c’est très intéressant comme point 🙂

      • Julien Rigottier Gois a écrit

        Bonjour Murielle, bonjour Elizabeth,
        Pour info.
        A Tahiti, le téléchargement est possible sur Amazon.com
        Il faut faire une petite recherche avec le titre et aucun soucis.
        Bon week-end

  4. Ariel Koslan a écrit

    Bonjour Fred et Elisabeth

    Excellent article. Merci beaucoup. Qu’il est agréable d’entendre et de lire des vrais professionnels. Cela nous change des « marchands de vent » hélas si fréquents sur le Net. Bravo à vous deux.

    Bien amicalement
    Ariel

  5. a écrit

    Merci pour cet article très intéressant. Dans la jungle des livres de conseils sur l’édition numérique, il est souvent difficile de s’y retrouver et de trouver des livres dont les auteurs ont une vraie expérience dans le domaine.
    Bonne journée.

  6. a écrit

    J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. ce qui est formidable, c’est qu’elle ne cherche pas à nous convaincre de quoi que ce soir, simplement elle fait un portrait de la situation actuelle. Et surtout, elle enterre momentanément la hache de guerre entre les éditeurs et l’auto-édition.

  7. a écrit

    Gérer idéalement son stock pour éviter la rupture ou les invendus, réussir à être référencé et mis en vente chez les libraires et sur internet sont des problématiques complexes, sans oublier la logistique d’envoi et de promotion des livres.

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *