C’est combien le salaire d’un écrivain ?

Le salaire des auteurs
– Combien gagnent les auteurs ? Auto-édités ou dans les maisons traditionnelles –

Question épineuse à laquelle certains me répondront qu’ils ne travaillent pas pour l’argent mais avec passion. Je réponds qu’on peut faire les deux ! Car si ma motivation en écrivant est de partager mon savoir, il n’en demeure pas moins que j’en espère une rémunération au moins décente, au plus enrichissante !

 

Alors, pour en revenir à nos moutons, combien ça gagne un auteur de livre ? Et bien tout dépend du circuit de vente choisi (en plus de la qualité du livre et de bien d’autres paramètres encore, mais qui ne sont pas l’objet du présent article) !

Ainsi nous allons analyser et comparer les 5 principaux canaux de vente :

  • L’édition traditionnelle
  • L’auto-édition avec vente via un site internet avec paiement en ligne
  • L’auto-édition avec vente via une plate-forme telle que Amazon
  • L’auto édition avec vente via une librairie physique
  • L’auto-édition avec vente via un site d’impression à la demande tel que Lulu.com

 

Pour comparer ce qui est comparable, utilisons les mêmes hypothèses qui sont les suivantes :

  • Nombre de pages du livre : 200
  • Prix TTC : 20 euros
  • Nombre d’exemplaires vendus : 2.000 (ce qui est déjà un succès très honorable !)
  • Taux TVA : 7% (livre physique ou numérique). À noter qu’au 1er janvier 2013, la TVA passera à 5,5%.
  • Frais d’impression rapporté à l’unité pour un tirage de quelques centaines de livres (format A5, papier intérieur bouffant 80 grammes en noir et blanc, couverture couleur cartonnée 320 grammes avec pelliculage brillant) : 3,2 euros

Vous aurez remarqué que j’utilise le même prix que ce soit pour un livre physique ou numérique. En réalité, si vous créez deux versions pour votre ouvrage, le livre numérique aura un prix moindre que le livre physique.

Dans les calculs ci-après, je ne prendrai pas en compte les frais annexes relatifs à la fiscalité et à la profession de manière générale, par exemple les cotisations sur les droits d’auteur à la sécurité sociale des écrivains…

Je tiens à préciser que tous les chiffres de cet article sont donnés à titre purement informatif. L’utilisation et la vérification des informations énoncées ci-après est de votre entière responsabilité.

 

Édition traditionnelle

 

Mais avant de se plonger dans les calculs, petite explication pour remettre les choses dans leur contexte.

Si vous passez par un éditeur pour publier votre livre, avec un contrat à compte d’éditeur, votre rémunération correspond à des droits d’auteur, qui correspondent à un pourcentage sur les ventes, proportionnellement au nombre de livres vendus et suivant la valeur hors taxe du livre.

L’auteur est payé en droits d’auteur parce qu’il les a cédés à son éditeur, pour un temps limité ou définitivement. Le paiement en droits d’auteur est une contrepartie à cette cession. L’éditeur est quant à lui libre d’exploiter tous les droits du livre.

Ces droits varient d’un éditeur à l’autre. Mais à part vous appeler Jean d’Ormesson ou être titulaire du prix Goncourt vous permettant de toucher des droits flirtant avec les 20%, la rémunération d’un nouvel auteur est davantage comprise entre 3% et 10% du prix du livre, avec une moyenne à 5%. Ensuite, en fonction du succès de l’ouvrage, vous pourrez négocier une augmentation de ce pourcentage, qui pourra atteindre par exemple 6% pour 10.000 exemplaires vendus, 8% pour 20.000 et 10% au-delà. Sachez qu’il n’est pas rare que les mille premiers exemplaires vendus ne donnent droit à rien, car servent à couvrir les frais fixes de l’éditeur… Pour notre calcul, on prendra l’exemple d’un éditeur « généreux » qui verse les droits d’auteur dès le premier livre vendu !

Concernant l’édition traditionnelle, je prends uniquement comme exemple l’édition à compte d’éditeur, et non à compte d’auteur, dans quel cas l’auteur doit payer l’éditeur pour se faire éditer… Pour en finir avec le cas du compte d’auteur, sachez que l’auteur ne perçoit pas des droits d’auteur, mais une rétrocession sur les bénéfices, qui correspond à un pourcentage sur le prix de vente hors taxe du livre. Cela ressemble ainsi aux droits d’auteur, mais ce ne le sont pas, notamment point de vue fiscalité.

 

Aussi, notez bien que dans l’édition traditionnelle, les droits d’auteur ne sont acquittés qu’une fois par an par l’éditeur. Ce qui veut dire que vous ne toucherez pas les fruits des ventes de votre ouvrage immédiatement, et qu’il vous faudra attendre jusqu’à 12 mois, pendant lesquels votre éditeur pourra lui exploiter votre argent comme bon lui semble. Je ne tiendrai pas compte de l’inflation monétaire et de la perte des intérêts pour l’auteur.

Dernière précision : l’auteur peut être rémunéré sur la base d’un forfait, c’est-à-dire qu’il reçoit un montant fixe durant un certain nombre d’années. Mais cette méthode est rarement appliquée. Enfin, il peut être prévu à la signature du contrat le versement d’un « à-valoir » c’est-à-dire d’une avance sur les ventes. À nouveau, pour un nouvel auteur, les maisons d’édition ne se risquent généralement pas à verser une avance, à moins que vous ne soyez déjà très connu en dehors du milieu littéraire.

 

Pour cette première simulation, je considère que même en passant par un éditeur, l’auteur a des frais divers (formations, déplacements pour « affaires », dans des salons du livre ou des librairies pour dédicaces ; achat de documentations, achat et entretien des matériels et logiciels informatiques, fourniture bureautique…) à sa charge et en partie non récupérables, même pas aux impôts ! Prenons pour l’exemple des frais s’élevant à 1.000 euros, soit 0,5 euro par livre.

 

Calcul de la rémunération de l’auteur selon l’édition classique et les hypothèses initiales :

  • Droits d’auteur : 5% de 18,69 euros, soit 0,93 euro
  • Frais divers : 0,50 euro
  • Part restante pour l’auteur : 0,43 euro, soit 2,15% du prix TTC du livre

 

Auto-édition

 

Dans le cas de l’auto-édition, ce ne sont pas des droits d’auteur que touche l’auteur, mais des bénéfices.

À contrario du compte d’éditeur, l’auteur auto-édité (tout comme à compte d’auteur) ne cède rien. Il conserve l’intégralité de ses droits d’auteur. Si son œuvre est copiée ou utilisée sans son consentement, il peut prétendre à une indemnisation.

Les frais d’expédition d’un livre physique, estimés à 3,5 euros (courrier prioritaire moins de 500 grammes, enveloppe bulles…) suivant notre exemple, sont à la charge de l’acheteur.

Dans le cas de l’auto-édition, les frais divers sont plus importants. L’auteur devra par exemple créer et tenir un blog et/ou un site web. Pour faire simple, dans les calculs suivants, j’estime les frais divers à 2.000 euros (soit 1,00 euro par livre) que ce soit pour un livre physique ou numérique et quel que soit le canal de vente.

Dans le cas, que je n’aborderai pas, où l’auteur participe à des salons du livre ou des séances de dédicaces en librairies, il aura pour nouveaux frais la fabrication de panneaux publicitaires ou flyers, le ticket d’entrée pour tenir un stand…

 

Vente via un site internet avec paiement en ligne

Nota : je parle d’un site web créé par vous-même pour la promotion et la vente de votre livre.

Cas d’un livre physique :

  • Frais d’impression : 3,20 euros
  • Frais paiement en ligne (exemple Paypal) : 1,05 euro (3,4% de 23,5 euros + 0,25 euro)
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 14,75 euros, soit 73,75% du prix TTC du livre

Cas d’un livre numérique (ebook) :

  • Frais d’impression : 0,00 euro
  • Frais paiement en ligne (exemple Paypal) : 0,93 euro (3,4% de 20 euros + 0,25 euro)
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 18,07 euros soit 90,35% du prix TTC du livre

 

Vente via une plate-forme telle que Amazon

Cas d’un livre physique :

  • Frais d’impression : 3,20 euros
  • Commissions : 4,05 euros
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 11,75 euros soit 58,75% du prix TTC du livre

Livre numérique (ebook) :

  • Frais d’impression : 0,00 euro
  • Commissions : 65%, soit 13,00 euros
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 6,00 euros, soit 30,00% du prix TTC du livre

 

Vente via une librairie physique

  • Frais d’impression : 3,20 euros
  • Commissions : 30%, soit 6,00 euros
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 9,80 euros soit 49,00% du prix TTC du livre

 

Vente via un site d’impression à la demande tel que Lulu.com

Cas d’un livre physique :

  • Frais de production et commissions : 10,37 euros
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 8,63 euros soit 43,15% du prix TTC du livre

Cas d’un livre numérique (ebook) :

  • Frais de production et commissions : 10%, soit 2,00 euros
  • Frais divers : 1,00 euro
  • Part restante pour l’auteur : 17,00 euros soit 85,00% du prix TTC du livre

 

Tableau récapitulatif (données en euros) :

 

Édition trad.

Auto-édition

Livre physique

Livre numérique

Site web

Amazon

Librairie

Lulu

Site web

Amazon

Lib.

Lulu

Total frais

19,57

5,25

8,25

10,20

11,37

1,93

14,00

3,00

Gain auteur

0,43

14,75

11,75

9,80

8,63

18,07

6,00

17,00

Gain total (x2000)

860

29.500

23.500

19.600

17.260

36.140

12.000

34.000

 

Cherchez l’erreur… Les chiffres parlent d’eux-même, je vous laisse les interpréter.

Si l’on cherche bien, il y a même deux erreurs : Amazon et le livre numérique. On aura l’occasion d’en reparler.

 

Nous verrons dans un prochain article qu’un livre, au-delà de sa vente directe, est un excellent outil de promotion. En effet, s’il est diffusé gratuitement et très largement, il pourra promouvoir un autre de vos produits (un autre livre, une formation…) qui lui sera vendu. Votre livre gratuit générera ainsi des revenus indirects conséquents. Il y a différente manière d’exploiter un libre, numérique ou physique, pour générer des revenus.

 

En attendant, édition traditionnelle ou auto-édition ? Ah ah ah, on se marre ! J’espère que la question ne se pose plus maintenant que vous avez lu cet article… Ah, je vous entends de là me dire que que tout ne se décide pas sur la rémunération et que d’autres paramètres rentrent en compte. Par exemple, l’édition classique à un pouvoir marketing bien plus puissant qu’un auto-éditeur, ce qui augmentera le nombre de ventes et compensera en partie la perte en rémunération. Ah oui ? En êtes-vous vraiment sûr ? Voyons cela ensemble dans un prochain article…

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Bonsoir Fred,
    Sympa ton article. Je te suivrai volontiers. J’ai commencé à écrire un bouquin et je me suis arrêté en chemin. Nul doute que je m’y remette. En tous cas, ton analyse me donne des idées…
    Bonne continuation.

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Hello mimego77,
      En effet, je t’encourage vivement à reprendre où tu t’es arrêté. Tu y gagneras sur tout les tableaux, à commencer par ton épanouissement personnel. Qu’il s’agisse d’un roman ou encore plus d’un livre « technique ».
      J’espère que les prochains articles vont te motiver davantage encore.
      Fred

  2. a écrit

    Article intéressant qui remet les pendules à l’heure.
    Quelques petites erreur toutefois ; Notamment avec Amazon
    Livre numérique (ebook) :
    Frais d’impression : 0,00 euro
    Commissions : 65%, soit 13,00 euros
    Frais divers : 1,00 euro
    Part restante pour l’auteur : 6,00 euros, soit 30,00% du prix TTC du livre
    Le coût est de 0 ,il n’y a pas de frais et la marge de l’auteur est de 70 % soit 14 €. En revanche si tu le laisses à ce tarif , il y a peu de chance que tu vendes quoi que ce soit. Le coût conseillé est plutôt de 3 € l’exemplaire , meilleur moyen pour en vendre au moins 7 par semaine(j’ai testé, ceux qui sont plus chers de 0,50 € ne se vendent pas)

    Quand au coûtt de fabrication d’un livre papier, si tu n’en fais pas faire 1000 exemplaires en passant par un imprimeur à conte d’auteur, (déconseillé) çà te revient à 80 % du prix du livre (environ 10 € pour 200 pages en noir et blanc, mais dégressif avec le nombre de commandes . En tout cas c’est ce que je paie chez thebookedition.com

    Bonne écriture
    Bien amicalement
    Jacky

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Re bonjour Jacky !!!

      Je ne suis pas sûr de bien avoir compris, mais concernant les « frais divers », je pars du principe que même pour un ebook, il y a des frais (bureautique notamment, achat de livres servant de sources d’infos, achat de la liseuse pour visualiser le rendu…).

      Attention, la marge de l’auteur n’est pas de 70% pour un ebook vendu à 20 euros, comme dans mon exemple ! Amazon parle d’ailleurs de redevance. De mémoire, 70% de redevance pour un ebook entre 2,70 et 9,70 euros (à vérifier !). Pour le reste, 35% de redevance (« marge de l’auteur »).

      J’ai utilisé les mêmes hypothèses pour chacun des cas de figure afin de comparer ce qui est comparable.
      Mais bien évidemment, comme tu le dis, un ebook à 20 euros sur Amazon se vendra mal, très mal…

      Concernant le coût conseillé, c’est relatif. Car si tu sors des versions papier et ebook d’un même livre, ce sera incohérent de vendre le premier à 20 euros et le second à 3 euros. L’ebook sera donc vendu dans la partie haute de la tranche à 70% de redevance.

      J’ai fait une petite erreur : Amazon calcul la redevance selon le prix HT de l’ebook. Faut retirer 3% (TVA Luxembourg, où est basé Amazon Europe). Prix TTC et HT sont alors presque identiques, cela ne remet pas en question la pertinence de mes calculs. Aussi, Amazon prélève quelques centimes selon le poids en Mo de l’ebook. Encore une fois, à moins d’avoir un ebook de photos à 500 dpi la photo, c’est négligeable.

      Si jamais tu connais des études qui ont analysé les prix qui se vendent le mieux (rapport prix / nbre de ventes) sur Amazon, ça m’intéresse !

      Jacky, jamais je ne passerai par TheBookEdition pour imprimer un lot de livre !!! Leurs tarifs ne sont absolument pas compétitifs (ils prennent leur commission, alors que tu souhaites juste imprimer !) ! Perso, j’imprime mes livres (car oui, j’en ai plusieurs, on en reparlera…) par lot de 300 directement chez un imprimeurs spécialisés dans des petits ou moyens tirages, mais de très bonne qualité à prix compétitifs (j’ai cherché un moment avant de trouver…). Cela me revient à 900, 950 euros pour 300 tirages d’un livre de 200 pages N/B, papier bouffant 80g, couverture couleur cartonnée 320g broché, dos carré/collé, soit un peu plus de 3 euros de frais d’impression par livre…

      Avec 300 livres, le stock n’est pas trop important et risqué. Et les tarifs d’impression très corrects. Je vends mon premier livre à 18 euros TTC, les frais d’impression s’élèvent à 17%, on est loin, très loin de 80%…

      Bon Jacky, la prochaine fois tu m’évites de m’embrouiller les neurones un samedi dès l’aube… 😉

      Bon week-end, Fred

  3. a écrit

    Merci Greg pour tes conseils et désolé de t’avoir embrouillé les neurones à l’aube et en début de week end 😉

    Bon pour les 1 % de frais de conception du « produit » je suis d’accord. (liseuse, doc, matériel informatique, achat de livres ou eooks) bien qu’une fois effectué , ces frais se dissolvent…

    Pour le % d’Amazon, vendant mes livres à 3 € ma redevance perçue est de 70 % (plus exactement autour de 67 % en réalité).

    Pour thebookedition c’est clair qu’ils sont trop chers mais j’avais retenu cette formule au départ pour 3 raisons:
    -Ne pouvant les expédier moi même , je ne suis pas certain de pouvoir écouler 300 livres avant de nombreuses années.(J’ai eu une mauvais expérience avec des 45 tours en 1000 exemplaires qui ont finit par pourrir dans ma cave, il y a quelques centaines d’années 😉
    – j’aime retoucher mes livres au moins une ou 2 fois, (et surtout l’année suivant sa sortie) ce qui est très pratique car il suffit de renvoyer le fichier corrigé pour avoir une version mise à jour et enrichie
    -j’apprécie le fait de pouvoir les commander à l’exemplaire ou tout du moins 5 par 5 pour tester ce qui se vend ou pas. D’ailleurs plus on en commande plus le prix se réduit . (Je n’ai pas les chiffres sous la main mais cela avoisine les 50 % pour 1000 exempliares)

    Bref thebookedition c’est rassurant pour ceux qui ne sont pas sûrs de leur coup (donc qui manquent de confiance en eux 😉 mais pas pour les pros comme toi qui sont certains de réussir. Lla vie étant ce qu’on en fait , çà marche la plupart du temps, lorsqu’on s’en donne la volonté et les moyens, (là c’est le philosophe qui parle).

    A bientôt cher ami

    • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

      Bonsoir Jacky, 😉
      La redevance que tu perçois par Amazon est calculée sur le prix HT de ton livre (TVA de 3%, Amazon Europe étant basé au Luxembourg). La redevance « nette » s’élève normalement à 67,9%.
      Ton expérience sur les 45 tours aura été formatrice, c’est une bonne chose de l’avoir fait ! Le tout étant de ne pas refaire deux fois les mêmes erreurs. Mais cela, tu le sais aussi bien que moi.
      As-tu déjà demandé à des imprimeurs des devis pour des lots de 50 ou 100 exemplaires ? Peut-être que les tarifs seraient plus compétitifs que ceux de TBE, tout en te constituant un stock « léger ».
      Comme tu l’expliques, l’impression à la demande à ses atouts, notamment en terme de flexibilité pour faire des modifications rapidement, ou pour tester un produit. Malheureusement cela se fait au détriment du gain financier.
      Bonne soirée, Fred

      • a écrit

        Salut Freg 😉

        Bon en plus tu as l’air très doué pour les chiffres. il faut donc que tu lances un ebook sur la comptabilité facile 😉
        Ceci explique pourquoi je n’ai jamais 70 %.

        Pour thebookedition j’ai réussi à retrouver leur tableau de réduction qui est de 21 % pour de 25 à 50 ex, 25 % de 50 à 100 et de 35 % de 200 à 1000. A noter que dans le calcul ils cumlent les exemplaires précédent déja achetés. Sachant qu’ils demandent 9,91 € pour 160 pages (format moyen de mes livres bien remplis en rognant sur les marges en gabarit 14,8 X 21) et en soustrayant 25 % pour de 50 à 100 exemplaires , cela revient quand même à 7,43 €.

        Soit plus du double de ce que tu annonces (au fait pour combien de pages et combien d’exemplaires ?).
        Conclusion si je dois me mancer dans l’imprimerie il faut que je sois à peu prés certain des retombées.
        Pour le moment c’est mon bouquin sur le sens de la vie* qui se vend le mieux .
        Alors que mon livre sur le Maroc est pourtant sur un sujet plus porteur. Mais il est vrai que j’en fait davantage de promo.
        La preuve 😉
        * http://jadidalocations.com/blog-maroc/enquetes-sur-le-sens-de-la-vie

        Bonne journée ou soirée cher ami

        • Ecrire... et s'enrichir ! a écrit

          Bonsoir Jacky,
          Je prenais l’exemple suivant :
          950 euros pour l’impression de 300 livres de 200 pages N/B, papier bouffant 80g, couverture couleur cartonnée 320g avec pelliculage brillant, assemblage broché avec dos carré/collé. Soit un peu plus de 3 euros de frais d’impression par livre. Pour 100 exemplaires, j’estime que cela reviendrait à 4 euros par livre chez mon imprimeur, à vérifier.
          Le prix de 5,94 euros pour 100 exemplaires parait encore assez raisonnable (j’ai vu des prix qui allaient du simple au quadruple pour le même cahier des charges, chez différents imprimeurs). Après, tout dépend de ton prix final, et des frais d’expédition.
          Bonne soirée, Fred

  4. prevost a écrit

    Bonjour,

    Peut être avez vous cessez de fonctionner ? Sinon, j’écris actuellement un roman en cours de correction et je cherche un moyen simple de diffusion dans les mois qui arrivent…sans que cela me coute trop chere…

    Je pense avoir trouvé ….mais n’en suis pas sure!

    Cordialement

    laissez moi une réponse pour le cas ou s’il vous plait

    merci

  5. cafouine a écrit

    bonjour, pouvez vous nous donner les coordonnées de l’imprimeur? car j’qai eu beau chercher, je n’ai rien trouvé dans ces prix….

    • Fred a écrit

      Bonjour Cafouine,

      De nombreux imprimeurs proposent des prix intéressants.

      Souvent, il est pratique de trouver un imprimeur à proximité de chez soi, pour aller à sa rencontre, lui présenter votre projet, échanger en direct sur ce qu’il peut vous proposer…
      Mais vous pouvez également choisir de travailler « par correspondance » avec un imprimeur.

      Perso, je travaille avec 3 imprimeurs différents. Chacun ayant ses avantages et ses inconvénients en fonction de ce dont j’ai besoin.
      Commencez par exemple par contacter l’imprimerie CLIP basée à Marseille pour avoir ce qu’ils ont à vous proposer.

      A bientôt, Fred

      • Bongonda a écrit

        Bonjour à tous,

        Je crois que j’ai trouvé L’IMPRIMEUR à moindre coût: Copy Média. J’ai demandé un devis pour 300 exemplaires et cela revient à 2,95 euros le livre.

        Je précise bien que je n’ai jamais travaillé avec eux mais j’ai vu les rendus et cela est super!

        Mon livre sort normalement en novembre et je compte travailler avec eux.

        Heureuse de partager cette découverte avec vous tous car les écrits de Fred m’apprennent plein des choses.

        Francine

  6. a écrit

    Bonjour,
    je viens de lire vos commentaires qui m’ont vraiment ouvert les yeux sur ce métier.
    Un énorme merci à tous ces intervenants et surtout à vous Fred pour votre précision concernant la question.
    Je suis entraine d’écrire un livre sur la biographie d’une jeune personne handicapée mais qui a pu se faire un nom grâce à son passage à la tv dans le monde arabe il y’a quelques mois. Son histoire est passionnante, mais je ne sais pas si cela marchera.
    A vous lire, mon choix à vite était fait. Je compte m’auto éditer, mais pour traduire le livre en anglais et en arabe et l’exporter, je n’en ai aucune idée. Je pense devoir faire appel à de l’aide extérieur, mais à qui?
    Je sais juste que son livre pourra marché dans le monde arabe car deux tv veulent bien me faire la promotion. Espèrons que cela poussera les gens à l’acheter.
    Quels conseils me donnerez-vous svp?.
    Je vous en remercierai infiniment!
    Bien à vous

  7. Bernard a écrit

    Bonjour,

    Votre tableau offre une base intéressante pour comparer les différents canaux, mais il y a tout de même beaucoup de choses que vous semblez oublier dans les frais de l’auto edition. La correction par un professionnel, qui est souvent facturée 1000€ pour ce type d’ouvrage. Elle est nécessaire (typographie, orthographe, etc.). Il y a aussi la couverture et la mise en page, qui si on désire avoir un livre présentable coûte peut-être 1500€ ?

    Ce qui fait tout de même une petite avance de sous. Généralement en tant qu’auto éditeur il faut se déclarer et je crois que les charges à payer sont de 13%, donc sur un livre à 20€, on doit reverser 2,6€ aux organismes sociaux.

    Ensuite, en auto edition on s’écarte d’une grande partie du circuit de distribution des librairies physiques, donc on perd énormément de lecteurs potentiels (en France, les librairies représentent une part importante du marché du livre). Donc comparer 2000 ventes en auto édition à 2000 ventes via un éditeur est un peu biaisé car si on vend 2000 livres en auto edition il y a de forte chances que via un éditeur ce chiffre soit 5 fois plus important.

    Et espérer vendre son livre à l’étranger est très difficile car la traduction est très chère (10 ou 15000€?) et pour faire connaître son ouvrage c’est mission impossible à moins d’être déjà connu. Et trouver un éditeur à l’étranger en tant qu’auto éditeur, c’est complexe. Les éditeurs se vendent leurs catalogues entre eux. Peut-être avec un agent ?

    J’ai plusieurs proches qui ont tenté les 2 (auto edition / édition avec une maison) et ils sont souvent partagés. Par contre ils sont entre 8 et 10% de droits.

    • Fred a écrit

      Bonjour Bernard,

      Je vous remercie pour votre commentaire et vos observations détaillées.

      Mais permettez-moi de revenir sur tous les points que vous évoquez, et de corriger vos propos.

      Vous avez remarqué que j’ai pris en compte des « frais divers » pour le vente via l’édition indépendante.
      Dans mon exemple, en partant sur une base de 2.000 ventes, j’ai estimé ces frais à 2.000 euros (1 euro par livre).
      Ces frais comprennent la correction par un professionnel.

      A noter que les frais de correction par un professionnel existe aussi pour l’édition à compte d’éditeur. En effet, pour mettre toutes les chances de son côté, il n’est pas envisageable d’envoyer aux éditeurs un tapuscrit bourré de fautes.

      Concernant les frais pour la couverture, ils sont également inclus dans les « frais divers ».
      Par contre, je n’ai pas inclus la mise en page comme une source de dépense, car avec un peu de méthode, il est aisé de la faire soi-même.

      Toujours est-il que jamais une couverture + mise en page ne vous reviendra à 1.500 euros !!!

      Pour mes premiers livres, je faisais les couvertures moi-même. Cela me coûtait entre 0 et 5 euros (selon que j’achetais une illustration dans une banque d’images) et aussi du temps.
      Maintenant, je délègue la création de mes couvertures à des professionnels. Chacun son métier 😉

      Et vous savez combien cela me coûte ? Quelques dizaines d’euros. Parfois, 10 euros suffisent.
      Vous doutez du résultat ? Soyez attentif aux prochains articles du blog, et examinez la couverture de ma prochaine publication (parution fin septembre).

      Ainsi, je n’ai oublié ni les de correction par un professionnel ni les frais de création de la couverture ou de mise en page.

      Que l’on soit en auto-édition ou édité à compté d’éditeur, les 2 solutions entraînent le paiement de charges et d’impôts.

      Que se soit en auto-édition ou en édition à compte d’éditeur, se positionner en vitrine d’une librairie est très difficile. A moins de s’appeler Amélie Nothomb, Jean d’Ormesson ou Valérie Trierweiler.

      Et vous savez, se faire éditer dans une maison d’édition traditionnelle n’est pas gage que cette dernière s’occupera de votre livre aussi bien que vous le feriez vous-même en utilisant les bons outils.
      Au contraire…
      Les auteurs anonymes qui s’éditent en maison d’édition doivent souvent s’occuper eux-mêmes de la promotion de leur livre. Ainsi, je ne partage pas votre avis selon lequel « si on vend 2000 livres en auto edition il y a de forte chances que via un éditeur ce chiffre soit 5 fois plus important. »

      10.000 à 15.000 euros pour une traduction ???!!! Mais d’où sortez de tels tarifs, après les 1.500 euros pour la couverture + mise en page ?

      J’ai fait traduire mon premier livre en anglais pour 1.000 euros TTC (1 traductrice aux Etats-Unis + 2 relectrices vérificatrices anglophones) les 30.000 mots.

      Ce qui rend difficile de vendre à l’étranger n’est pas le coût de la traduction, mais la maîtrise de la langue étrangère pour faire la promotion du livre.

      Faire appel aux services d’un agent est très habituel dans les pays anglo-saxons. En France, cela ne se pratique presque pas. Les mentalités sont totalement différentes à ce sujet. Et c’est bien dommage.

      A bientôt,
      Fred

  8. Hamed Mohamed Habib a écrit

    Cher monsieur, le problème c’est qu’en publiant mes romans je n’ai jamais demandé à qui que que soit de parrainer ou de vendre, ni par écrit ni oralement, ni en Tunisie encore moins aux USA et en France; c’est-à-dire que tous ces calculs  » je suis nul en calcul » me donnent un peu le vertige.

    Amitiés

  9. Patrissia a écrit

    Bonjour Fred,

    C’est le seconde fois que j’utilise ce mode de communication ! et pourtant dans ma pratique je communique bcp de choses ! bref, ne croyant pas eu hasard, après avoir étudié l’humain en écoles traditionnelles, j’ai en parallèle utilisé un autre savoir dans le développement personnel à titre d’auto entrepreneur puisque je suis énergéticienne et médium à la demande et oui !

    Vos échanges tombent donc à point, car je viens de terminer un manuscrit témoignage de vie , sur « les pouvoirs de la loi de l’attraction » que je vais faire améliorer ou corriger en collab avec un écrivain public pour un prix très intéressant mais après, n’y connaissant rien je pensais effectivement l’envoyer à certains éditeurs spécialisés, un peu boostée par un auteur déjà bien connu dans le milieu qui veut bien me le préfacer selon…

    Après vous avoir lu, je ne sais vraiment pas quoi faire ! je vais devoir interroger mes oracles !! je comprends que l’auto édition est plus intéressante mais que pour la pub un auteur connu le sera d’avantage non ?
    C’est mon premier ouvrage, j’en ai un autre en chantier ( suis touchée par une maladie auto-immune et suis sur le chemin de la guérison grâce à mes propres investigations !…).

    J’ai peu de moyens que me conseillez vous de faire ?
    Merci infiniment de vos lumières !!

  10. moi a écrit

    Bonjour,

    J’aimerais éditer 1 livre… je travail à côté… faut-il un statut d’entreprise ? (société/ individuelle)… je précise que je ne me destine pas à ce métier… je veux simplement essayer d’éditer 1 ou 2 livres comme i, comme cà.
    Je suis sur ce projet depuis quelque temps.

    Comment ce la se passe alors ?

    Après, j’ai vu les différentes portes ( éditeur, auto-édition).
    On dit souvent que l’auto-édition c’est le compte d’auteur déguisé ?

    Autrement, je ne compte pas éditer tant de livre… je n’ai aucun investissement personnel à faire ou à perdre… vu que ce n’est pas mon métier.

    Donc, je pense me rapprocher soit d’une maison d’édition ou soit dans l’auto-édition en passant par des bases numérique et/ou imprimer mais simplement par commande.

    Ce tableau est bien… mais sert-il vraiment ? car que l’on passe par une maison édition ou en auto-édition… nous avons des frais en tout genre y compris tout le fiscal et en auto-édition je pense qu’il faut ce créer une société et donc là aussi on y perds pas mal avec les charges et tout.

    Donc, pour moi… la maison d’édition et l’auto-édition (sans investissement) sont pareil.

    Merci

  11. Watteau a écrit

    Bonjour.
    Je viens de terminer mon premier essai sur l’environnement . Il fait 169 pages en format A5.
    Ne connaissant pas les sociétés d’éditions et n’ayant pas les moyens de l’éditer moi même, je recherche un éditeur ayant pignon sur rue.
    Je dois mener un combat contre le temps car traitant d’environnement et avec le sommet de la terre en fin d’année, il ne me reste que très peu de temps.

    Cordialement.
    JFAW

  12. Delplace Marc a écrit

    Bonjour Fred,

    Après avoir lu vos commentaires, je pencherai plutôt pour l’auto édition.
    Mon projet est un 1er livre technique plutôt à caractère pédagogique avec photos à l’appui. Un second pourrait être envisagé comme une suite ou un complément au premier.

    Auriez vous des conseils pour un novice en la matière

    merci d’avance
    cordialement Marc

    • a écrit

      Bonjour Marc,

      Mon premier conseil à vous donner est de commencer par bien lire les articles de ce blog !
      Ensuite, posez-moi des questions précises, et j’essaierai d’y répondre.

      Bonne soirée,
      Fred

  13. Yann a écrit

    Bonjour Fred,

    les liens que vous aviez laissé à Patrissia ne fonctionnent pas et je n’arrive pas à trouver les articles en questions dans votre blog:
    « – 8 raisons de ne pas passer par une maison d’édition pour publier vos livres
    – Les casquettes de l’auteur auto-édité »
    Pourriez-vous renouveler les liens?

    Merci

    Yann

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *