Teheiura [Koh Lanta] nous révèle les dessous de ses aventures dans… l’auto-édition !

Teheiura
– Teheiura : aventurier, cuisinier et… auteur auto-édité ! –

Aujourd’hui, je suis heureux d’accueillir Teheiura.

Vous êtes très nombreux à connaître cette figure emblématique de la célèbre émission de téléréalité Koh Lanta diffusée sur TF1.

Teheiura a été finaliste du jeu en 2011, candidat en 2012 survolant les épreuves, et il est actuellement sur vos écrans à l’occasion de l’édition 2014 tournée en Malaisie.

Mais si le capitaine de l’équipe jaune a eu la gentillesse de nous rejoindre aujourd’hui, ce n’est pas pour parler survie, épreuve des poteaux ou dépassement de soi.

Non, car autant Teheiura est un aito (guerrier) hors pair, autant il a de nombreuses autres cordes à son arc…

 

 

Fred : Ia ora na (Bonjour) Teheiura, et bienvenue à toi sur le blog.

Je sais que tu es très sollicité en ce moment, aussi je te remercie chaleureusement de nous accorder de ton précieux temps.

Teheiura : Ia ora na ! Oui, en effet, j’ai pas mal d’occupation en ce moment… Disons que je n’ai pas trop le temps de m’embêter ! (rire)

Fred : Teheiura, tu viens de publier un livre de recettes de cuisine, Aventure culinaire. D’où t’est venue cette idée ? Comment est né ce projet de publier un livre de recettes ?

Teheiura : L’envie de créer un livre de recettes d’inspiration polynésienne m’est venue tout simplement, si je me souviens bien, au début de l’année 2012, dans l’optique de faire découvrir de nouvelles saveurs. Pour moi, ça coulait de source… On connaissait Teheiura l’aventurier, mais je voulais montrer que j’étais cuisinier avant tout !

Fred : J’ai découvert ton livre avec grand plaisir, savoureux voyage au cœur des îles paradisiaques de la Polynésie française, et là, surprise : je constate que tu es également l’éditeur, et donc que tu l’as publié en auto-édition ! Je me réjouis de ce choix 😉 Peux-tu nous expliquer ce qui t’a amené à choisir l’édition indépendante ?

 

« J’ai opté pour l’auto-édition tout simplement
pour la liberté de faire ce que je souhaitais. »


Teheiura
 : J’ai opté pour l’auto-édition tout simplement pour la liberté de faire ce que je souhaitais : liberté dans le choix du contenu et de la mise en page, et liberté dans le temps.

Cependant, avant de me lancer avec ma femme, nous nous sommes beaucoup renseignés via Internet par rapport à ce type de publication.

Finalement, nous étions tous les deux d’accord pour dire que l’auto-édition était la meilleure solution !

Fred : Avais-tu d’abord sollicité des éditeurs traditionnels ?

Teheiura : Oui, c’était le point de départ de mon projet. Quand j’ai eu l’idée en tête, j’ai commencé par répertorier les noms des grandes maisons d’édition.

J’ai par la suite profité d’un voyage avec ma petite famille en Polynésie pour travailler avec un photographe, Philippe Colignon, afin de réaliser différents clichés pour constituer un dossier.

Dès mon retour en France, j’ai envoyé à plusieurs maisons d’édition ce dossier avec la description de mon projet, quelques photos et recettes. Je n’ai pas attendu très longtemps avant qu’Hachette Pratique me contacte… Peut-être une semaine d’attente.

Bref, c’est allé très vite.

Ils étaient très intéressés et voulaient créer une nouvelle collection pour intégrer mon livre. Ils m’ont expliqué qu’un tel projet durerait au moins 1 an.

Cependant, les jours ont passé, et même les mois (rire)… Au bout d’un moment, j’en ai eu assez et j’ai opté pour l’auto-édition pour sortir rapidement mon livre !

Fred : Mais ta femme et toi aviez déjà une première expérience dans l’auto-édition, ou est-ce votre premier livre ?

Teheiura : Absolument pas ! C’était notre premier livre, mais j’avais confiance : on forme un beau duo, car nous sommes complémentaires.

Fred : Alors, raconte-nous, comment tu t’y es pris ? Car j’imagine qu’au début, tu as du être un peu perdu dans le monde de l’auto-édition ? Comment as-tu appris à écrire un livre, le mettre en page… et endosser la casquette d’éditeur ?

Teheiura : Au départ, nous avons tout mis par écrit, notamment le choix des recettes, le nombre de pages…

Et puis ma femme a tout planifié, elle a établi un calendrier avec le nombre de recettes à réaliser par semaine sur un temps imparti, le temps mis à disposition pour la mise en page, les relectures et l’impression.

Finalement, nous avons bien travaillé puisque nous avons sorti le livre 1 mois avant la date que nous avions prévue. En tout, nous aurons travaillé pendant 6 mois sur l’ouvrage (de la conception à l’impression). Soit 3 mois avant le tournage de Koh-Lanta et 3 mois après.

Pour ce qui est de la répartition des tâches, je travaillais pour ma part sur les recettes, et ma femme sur la mise en page et l’écriture.

Fred : Je vois que vous êtes très organisés. C’est très important d’être rigoureux lorsque l’on est auteur/éditeur indépendant, car nous travaillons souvent seuls. Pour être efficace et aller au bout de son projet, une organisation claire et un calendrier précis sont indispensables. Bravo à vous deux.

Le titre du livre, Aventure culinaire, une évidence, ou le fruit d’une longue réflexion ?

Teheiura : Une totale évidence ! On l’a trouvé de suite, tout simplement, car on m’associe à un aventurier ! Et pour moi, la cuisine c’est toute une aventure !

Fred : Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées pour finaliser ce projet ?

Teheiura : Nous n’avons pas forcément rencontré beaucoup de difficultés, mais disons que je pense que la partie la moins évidente, c’est le choix de l’imprimeur.

Nous avons pris notre temps, regardé sur Internet les imprimeries numériques, fait des devis…

Et puis nous avons eu beaucoup de chance, nous avons finalement trouvé une entreprise proche de chez nous (ce qui est plus rassurant !) avec des tarifs moins chers que ceux qu’on nous avait proposés auparavant.

Fred : Tes recettes sont très bien expliquées et donnent instantanément l’envie de les tester.

J’ai aussi remarqué que la mise en page du livre est très soignée, les photos des recettes magnifiques, très professionnelles. Ta femme et toi avez-vous fait appel à d’autres personnes pour vous aider ?

 

« Nous avons tout réalisé nous-mêmes, de la conception à la réalisation,
pour éviter les frais supplémentaires ! »


Teheiura
 : Non, nous avons tout réalisé nous-mêmes, de la conception à la réalisation, pour éviter les frais supplémentaires !

Comme je le disais, nous sommes très complémentaires. Ma femme a d’ailleurs un diplôme de Communication Graphique, donc elle a géré toute la partie conception du livre (mise en page, écriture…).

Nous nous sommes aussi beaucoup renseignés sur la photographie culinaire, et avons investi dans un appareil photo adapté (un canon 600 – objectif 50 mm).

Pour la partie relecture, nous avons fait appel à deux amies et nous avons lu, relu et re-relu (rire) avant le passage à l’imprimerie.

Fred : Aventure culinaire a été publié fin juillet 2014. Comment promotionnes-tu ton livre ? Utilises-tu des stratégies marketing particulières ?

Teheiura : J’ai la chance d’avoir une chargée de communication qui s’occupe de toute la partie promotion.

Puis, je me déplace souvent dans des festivals polynésiens ou pour faire des séances de dédicaces dans différents lieux.

Sans oublier Internet avec mes sites web et surtout les réseaux sociaux.

Fred : Donc tu vas à la rencontre de ton public. C’est un facteur très important pour promouvoir ton livre. Les lecteurs apprécient beaucoup de voir les auteurs « en vrai », de pouvoir communiquer avec eux.

Et surtout, tu as créé ton propre site pour vendre ton livre, ce qui est un atout indéniable pour le mettre en avant, être bien référencé dans les moteurs de recherche comme Google.

Et le succès est au rendez-vous.

Je crois savoir que tu as été contacté par un éditeur. Peux-tu nous en dire plus ?

Teheiura : Oui, je voulais absolument que le livre soit diffusé en Polynésie, mais je ne savais vraiment pas comment faire !

Et puis, dès la sortie de mon livre, nous avons envoyé un email à une maison d’édition de Tahiti, « Au vent des îles », pour avoir leur avis sur l’ouvrage que nous avions réalisé.

L’éditeur a été emballé dès le départ, et en quelques jours nous avions convenu d’un accord. C’est allé vraiment très vite !

Fred : Donc tu as cédé tes droits d’auteurs ?

Teheiura : Pour ce qui est de la 1ère édition du livre, non, je vends moi-même le reste de mon stock jusqu’à épuisement.

Mais pour ce qui est de la 2ème édition du livre, c’est la maison d’édition qui se charge de tout… J’ai signé un contrat et je recevrai un pourcentage sur les ventes. Cette maison d’édition m’a aussi racheté la maquette, les photos… ce qui a pratiquement couvert tous mes frais d’imprimerie. Donc pour moi, c’est que du bonus !

Fred : Mais du coup, ton livre a-t-il subi certaines modifications par rapport à la version auto-éditée ? As-tu du faire cette concession ?

Teheiura : En effet, pour différencier la 2ème édition de la 1ère, il fallait faire quelques modifications. Mais c’est surtout au niveau de la mise en page et de la couverture… Rien ne change au niveau de l’écriture des recettes et des photographies que nous avons effectuées.

Fred : Selon toi, quelles sont les 3 principales qualités que doit avoir un auteur qui se lance dans l’auto-édition de son livre, et qui veut réussir ?

Teheiura : Je dirais qu’il faut déjà avoir une grande motivation, être persévérant et surtout être organisé pour planifier les différentes tâches.

Fred : Pour terminer, quels conseils donnerais-tu aux personnes qui veulent réaliser leur rêve et publier leur livre grâce à l’auto-édition ?

 

« Il ne faut pas avoir peur de se lancer dans l’auto-édition. »


Teheiura
 : Je dirais tout simplement de ne pas avoir peur de se lancer dans l’auto-édition.

De choisir, par exemple, comme moi, le statut d’auto-entrepreneur pour la vente et d’essayer aussi de bien s’entourer si vous n’avez pas de compétences en tant que graphiste… C’est très important.

Fred : Aujourd’hui, as-tu déjà d’autres idées de livre ?

Teheiura : Pour l’instant, non, car je travaille sur d’autres projets !

Et puis je suis en train de finir d’écouler mon stock de la 1ère édition de mon livre avant d’entamer la promotion de la sortie de la 2ème édition. Il sortira en décembre 2014, et on pourra cette fois-ci le retrouver partout dans les librairies en France, en Polynésie et les boutiques en ligne comme Amazon ou autres.

J’ai donc encore pas mal de travail ! (rire)

Fred : Teheiura, j’ai aussi appris que tu es passionné de pirogue polynésienne.

Je ne résiste pas à l’envie de t’apprendre que la Hawaiki nui va’a, la compétition internationale de pirogues la plus difficile au monde, et qui a lieu dans les îles de la Polynésie française, est au cœur de mon dernier ouvrage Ivre d’Absolu !

C’est un grand plaisir pour moi de t’offrir un exemplaire dédicacé de ce livre. 😉

Teheiura : Super, mauruuru (merci) pour cette offre !

Fred : Teheiura, ce fut un vrai plaisir de discuter avec toi. Tu es aussi généreux et disponible dans la vie qu’à l’écran.

Merci d’avoir accepté cette interview et pour tes précieux conseils.

Je te souhaite toute la réussite que tu mérites dans tes beaux et passionnants projets. Nana (Au revoir) ! 🙂

Teheiura : Et bien merci en tout cas, et j’espère que j’aurais pu aider pas mal de personnes ! Nana !

 

Pour découvrir Aventure culinaire et goûter aux délices
des 40 apéros, entrées, plats et desserts polynésiens
que Teheiura vous a concoctés, rendez-vous ici :

Teheiura livre
Et à ce soir pour suivre les nouvelles aventures de Teheiura dans Koh Lanta 😉

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Bonjour Fred,

    Voilà une très belle interview sur le monde de l’édition, ou plutôt de l’autoédition. Vous avez tout à fait raison de mettre en avant avec Teheiura le fait qu’il ne faut pas avoir peur de se lancer dans l’auto-édition. C’est très motivant, dynamique et enthousiasmant pour tous les abonnés de votre blog qui vont, tôt ou tard, auto-publier leur livre.

    Un grand bravo pour ce nouvel article passionnant.

    Vous êtes un vrai et bon professionnel et cela me réjouit pour la formation que vous ne manquerez pas de nous proposer bientôt.

    Bien à vous,
    Eric

  2. Claire Rocco a écrit

    Bjr Fred
    NS sommes encore une fois confortés ds notre choix pr l’autoédition 🙂
    Merci, c’est encore un article très pertinent.

    • Fred a écrit

      Bonjour Claire,

      Ravi de savoir que cette interview vous a plu.
      Et encore merci à Teheiura de nous avoir accordé son temps et son partage.

      Fred

  3. a écrit

    Bonjour Fred,

    Je suis très ravi et rassuré par cette interview très ciblée et pratique. Ce que je retiens c’est le fait qu’il faut avoir le courage de se lancer et les maisons d’Edition pourraient vous courir après. Elles seraient même disposée à vous payer le prix fort après avoir vu de façon très palpable la valeur de votre produit.

    Il faut reconnaitre qu’avec Internet et l’ouverture du marché, il devient de plus en plus difficile pour les éditeurs de prendre des risques.

    La bonne nouvelle c’est qu’avec l’auto-édition, l’auteur n’est plus réduit à un pourcentage parfois ridicule, il vend directement son produit au consommateur sans une intermédiaire et garde tout le bénéfice pour lui.

    Merci encore pour l’article.

    • Fred a écrit

      Bonjour Sinclair,

      Excellent commentaire.

      Oui, tout à fait, l’auto-édition peut servir de tremplin afin de taper à l’oeil des grandes maisons d’édition.
      Et je serais même tenté de dire que pour un auteur anonyme, c’est le seul moyen. Car, comme vous l’indiquez si bien, les grands éditeurs ne prennent plus de risques.

      Les exemples ne manquent pas d’auteurs qui ont rencontré un vif succès grâce à l’auto-édition, et dont les maisons d’édition se sont arrachées un contrat d’édition. Citons par exemple Agnès Martin-Lugand, Jean-Philippe Touzeau ou Alice Quinn en France.
      D’ailleurs, certains grands éditeurs comme Michel Lafon traquent les potentielles perles parmi les auteurs auto-édités, notamment en faisant de la veille sur la plateforme de vente Kindle d’Amazon.
      Et l’effet est d’encore plus grande ampleur aux Etats-Unis (qui ont quelques années d’avance sur nous en matière d’auto-édition) avec EL James (50 nuances de Grey) ou Amanda Hocking. Mais là-bas, les exemples se comptent par centaines !

      Le deuxième point capital que vous abordez : le courage de se lancer. AGIR.
      Avoir des projets plein la tête, c’est bien. Mais avoir des rêves ne suffit pas. Il faut les réaliser.

      Enfin, oui, un des avantages de l’édition indépendante est le plus grand pourcentage perçu par l’auteur à chaque exemplaire vendu. Ce pourcentage peut même atteindre 100% du prix de vente si vous vendez votre produit depuis votre propre blog ou site web.
      Bien sûr, c’est un pourcentage brut, car en amont, peut-être aurez-vous des frais pour créer votre couverture, faire la relecture…
      Dans tous les cas, la différence avec les maisons d’édition est abyssale, où les droits d’auteurs proposés s’élèvent à 5 ou 8%, et encore. Sachant que ce pourcentage est calculé sur le prix HT du livre, et qu’il n’est pas rare que ces droits d’auteur ne soient versés qu’à partir d’un certain nombre d’exemplaires vendus, par exemple 1.000.

      A bientôt,
      Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *