Utilisez la symbolique des couleurs pour illustrer la couverture de votre livre

palette couleur
– A chaque couleur sa symbolique –

Quel que soit le sujet de votre livre, sa couverture doit attirer l’œil du public.

Pour ce faire, elle doit véhiculer des émotions, en concordance avec le contenu du livre. Par exemple, la couverture d’un thriller doit faire transparaître du suspens, de l’angoisse. Alors qu’un roman à l’eau de rose doit véhiculer de la passion.

C’est en toute logique que pour illustrer votre couverture, le graphisme et les couleurs choisies doivent être en parfaite harmonie avec le thème abordé. Vous convenez aisément qu’une couleur noire n’est pas adaptée à un roman à l’eau de rose, pour lequel les couleurs rose et rouge sont privilégiées.

Les couleurs parlent aux lecteurs. Et chacune possède sa propre signification, sa propre symbolique. Elles véhiculent des émotions à votre public, et en finalité, elles l’influencent vers l’acte d’achat.

Ainsi, les couleurs ne doivent pas être choisies à la légère. Et encore moins au hasard. Ceci est valable quel que soit le thème de votre ouvrage, qu’il s’agisse d’une fiction ou d’une non-fiction.

Pour choisir les couleurs de votre couverture, vous devez impérativement tenir compte :

  • de l’ambiance que vous désirez créer,
  • du contenu de votre livre, et
  • du profil de votre public-cible.

Retenez bien que si votre couverture n’est pas visuellement cohérente avec le message que vous souhaitez transmettre, elle ne sera pas attractive. Et vous ne vendrez pas votre livre.

Ainsi, découvrons ensemble la symbolique des couleurs.

 

Le Bleu

Couleur du ciel et de la mer, le bleu représente l’évasion, l’infini, le rêve, la pureté, la tranquillité, le calme. C’est aussi la couleur symbolisant la paix, la vérité, la fidélité, la loyauté, le sérieux ou encore la sagesse.

Par exemple, la couleur bleue est très efficace pour illustrer un livre de développement personnel.

- Exemple de couverture où le bleu est utilisé pour symboliser l'espérance, l'espoir -
– Exemple de couverture où le bleu est utilisé pour symboliser l’espoir, le rêve –

 

Le Vert

Par excellence, le vert représente la nature, l’écologie.

C’est une couleur apaisante qui représente aussi la renaissance, la fraîcheur, l’harmonie, les loisirs, la santé.

Elle peut également être utilisée pour les livres de cuisine.

Mais de manière générale, c’est une couleur peu utilisée dans l’édition, car il a été constaté qu’elle vend assez mal.

- Exemple de couverture où le vert est utilisé pour symboliser la nature -
– Exemple de couverture où le vert est utilisé pour symboliser la nature –

 

Le Rouge

Le rouge est une couleur très forte, puissante, excitante.

C’est une couleur fascinante qui attire l’attention et ne laisse pas indifférente. Son impact émotionnel est fort, et ses représentations sont diverses.

En premier lieu, elle représente l’amour, la passion, le désir, la sexualité, la tentation, le feu, la chaleur, le triomphe.

Mais aussi, elle symbolise le sang, l’enfer, le crime, la violence, la colère, la destruction, la haine, l’agressivité, l’interdit, le danger, la luxure.

- Exemple de couverture où le rouge représente la féminité -
– Exemple de couverture où le rouge est utilisé pour s’adresser à un public féminin –

 

Le Rose

Le rose est la couleur de la féminité, comme le bleu est la couleur de la masculinité.

Ainsi, cette couleur représente la sensualité, le romantisme, la séduction, la beauté, la pureté des sentiments, la douceur, l’innocence ou encore le bonheur (voir « la vie en rose »).

Mais le rose est aussi utilisé pour les livres d’enfants.

Attention toutefois à utiliser cette couleur avec modération, elle peut rapidement devenir criarde.

- Exemple de couverture où le rose représente la passion -
– Exemple de couverture où le rose représente la passion –

 

Le Violet

Le violet est une couleur souvent employée dans les domaines du mystique, l’ésotérisme, la spiritualité, le rêve, la méditation ou la magie.

Elle apaise les esprits, amène de la sérénité et calme les émotions.

On la retrouve également pour illustrer des thèmes religieux. D’ailleurs, les vêtements religieux sont souvent ornés de violet.

Le violet peut aussi représenter la mélancolie, la tristesse, la solitude ou encore la musique.

Violet
– Exemple de couverture où le violet représente la spiritualité –

 

Le Orange

Le orange est une couleur très puissante, stimulante et tonifiante. Elle insuffle de l’énergie.

Cette couleur vive symbolise la joie, l’optimisme, la vitalité, le rayonnement, le bonheur et le pouvoir.

Grâce à son dynamisme, on l’associe à la créativité et à l’action, et donc à la décision d’achat. Ce n’est pas un hasard si PayPal a choisi cette couleur pour ses boutons « Acheter ».

Le orange est souvent utilisé dans les domaines du divertissement, du sport et du fitness.

Attention toutefois à ne pas exagérer dans l’utilisation de l’orange, qui peut vite piquer les yeux ! Il peut ainsi être nécessaire de le nuancer avec du jaune, ou du rouge.

Orange
– Exemple de couverture où le orange symbolise l’énergie –

Le Jaune

Le jaune, couleur du soleil, possède plusieurs symboliques.

Son dynamisme, son énergie et sa tonicité représentent la jeunesse, l’énergie, la joie, la fête, la créativité, l’intelligence, la puissance, le pouvoir.

Grâce à sa chaleur, cette couleur stimule, et on l’associe souvent à l’amitié, la fraternité.

C’est la couleur de l’or, et donc de la richesse, de la finance, de l’opulence.

Toutefois, cette couleur peut être mal perçue, car symbolise également la trahison (signe d’identification des Juifs par les nazis lors de la dernière Guerre mondiale), la jalousie, la culpabilité, le mensonge.

Enfin, attention à l’utilisation du jaune pâle, qui véhicule de la morosité, de la tristesse.

Jaune
– Exemple de couverture où le jaune symbolise la richesse –

 

Le Gris

Le gris est une couleur terne, fade.

Elle est ainsi synonyme de tristesse, nostalgie, mélancolie, ennui, malheur, désarroi, solitude ou dépression. On l’associe également à la vieillesse, au manque de vigueur.

Toutefois, le gris est une couleur douce, qui apaise, amène le calme, le silence.

Gris
– Exemple de couverture où le gris représente la tragédie –

 

Le Noir

Le noir, couleur du corbeau, est symbole de valeurs négatives. Cette une couleur oppressante, qui démultiplie les émotions.

Elle renvoie à la mort, l’enfer, les ténèbres, le deuil, la nuit, le mal, la peur, l’angoisse. Ou encore la perte, le vide, l’abandon, le désespoir.

Elle représente également le mystère, mais aussi l’autorité, l’austérité, la rigueur.

Le noir est une excellente couleur pour mettre d’autres couleurs en valeur, comme le rouge (ce qui donne un effet violent) ou le blanc. De manière générale, le noir se marie très bien avec la plupart des autres couleurs.

C’est une couleur idéale pour illustrer un roman… « noir » !

Noir
– Exemple d’une couverture où le noir symbolise une atmosphère angoissante –

 

Le Blanc

Le blanc, symbole de la lumière, représente la pureté, la délicatesse, l’innocence, le mariage.

Il est aussi le symbole de la paix, du calme, de la sérénité, la simplicité.

Le blanc est également idéal pour attirer l’attention du public sur un élément clé et isolé d’une couverture.

Mais il y a un risque en utilisant une couverture dont le fond est blanc. Si elle est affichée sur une page blanche d’un site, il n’est pas possible d’identifier ses contours. Dans ce cas, il peut être nécessaire d’ajouter une fine bordure de couleur.

Blanc
– Exemple d’une couverture où le blanc est utilisé pour mettre un évidence un élément clé –

 

Le Marron

Le marron est une couleur difficile à utiliser pour une couverture, et la moins aimée.

En effet, elle symbolise la saleté, les excréments, la boue, la pauvreté… ce qui n’aide pas à mettre en valeur votre couverture.

 

Mes derniers conseils pour exploiter les pouvoirs des couleurs

Vous devez choisir les couleurs de votre couverture en fonction de la thématique de votre livre, mais aussi, et surtout, en fonction du public que vous visez.

Par exemple, si vous publiez un livre pour les ados, choisissez des couleurs toniques et vivantes, comme le jaune. Des couleurs pastel sont quant à elles plus adaptées aux petits enfants.

Si vous vous adressez à un public féminin, privilégiez des couleurs comme le rose ou le rouge. À l’inverse, pour un public masculin, mettez davantage en valeur du bleu ou d’autres foncées.

Pour les ouvrages de science-fiction ou de fantasy, des couvertures voyantes sont souvent privilégiées. Et pour les livres de cuisine, optez pour des couleurs qui ouvrent l’appétit, comme le jaune, le orange et le rouge. Mettez l’eau à la bouche de votre public !

Si vous utilisez plusieurs couleurs, certains mariages sont de mauvais goût, et certaines règles sont à respecter. Par exemple, il est préconisé de ne pas mélanger le jaune et le vert.

Et si vous utilisez des couleurs froides (bleu, vert, violet) en même temps que des couleurs chaudes (rouge, jaune, orange), ces dernières doivent se situer en haut de la couverture.

Enfin, ne faites pas de votre couverture un feu d’artifice de couleurs ! Sur certains livres, il est pénible de voir toute une panoplie éblouissante de couleurs criardes d’un goût douteux. Il ne s’agit pas de faire du racolage !

Il peut également être risqué d’utiliser des couleurs à la saturation trop élevée, c’est-à-dire des couleurs vives, dont la teinte est très intense, et donc agressive à l’œil. Ainsi, plutôt que d’utiliser un rouge vif, il pourra être nécessaire de l’assombrir un peu (rouge-bordeaux) ou de lui donner une touche orangée.

 

Et dans tous les cas : soyez PRO-FE-SSIO-NEL ! Une couverture amateur ne se vend pas.

 

Aviez-vous conscience du pouvoir des couleurs pour rendre votre couverture attirante ?

 

Partagez cet article avec vos amis :Share on FacebookTweet about this on Twitter

VOTRE LIVRE MÉRITE QU'ON EN PARLE

Le marketing est un raccourci pour que
ça marche vraiment pour vous.

Abonnez-vous à la newsletter
et recevez mon guide 100% gratuit :

Les secrets jalousement cachés
des grands éditeurs pour vendre

(7 plans d'enfer qui feront de vous
un auteur auto-édité heureux)

Commentaires

  1. a écrit

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant.

    Je suis justement dans la phase de création de la couverture de mon premier livre.

    J’ai fait créé plusieurs maquettes avec des couleurs différentes et j’ai lancé un petit sondage en ligne pour récolter les avis de personnes « neutres ».

    Si vous voulez voir les résultats, ou encore mieux, donner votre avis, c’est par ici :
    http://4heros.fr/aidez-moi-a-creer-la-couverture-du-livre/

    Vos avis me seront précieux. Merci d’avance 😉

    A bientôt !

    Xavier

    • Fred a écrit

      Bonjour Xavier,

      Ce n’est pas l’endroit adéquat pour demander des avis sur tes couvertures.
      Je vais cependant te donner mon avis rapide :

      Pour commencer, ton sous-titre est illisible sur chacun de tes modèles. Raccourci-le, affiche le plus grand.

      Couverture 1, le cercle n’apporte aucune plus-value : à supprimer

      Couverture 3, le gris triste est en totale contradiction avec le sujet de ton livre, et le florilège de couleurs rend ta couverture carnavalesque : à supprimer

      Couvertures 4 et 5 : le vert n’est pas la couleur appropriée au sujet de ton livre, et le titre et le sous-titre ne doivent pas être séparés : à supprimer

      Couverture 7 et 8 : ne pas utiliser d’italique dans le texte, cela rend illisible. A moins que tu sois connu, le nom de l’auteur serait à écrire plus petit.

      Je trouve la couverture 6, avec le fond rouge, trop agressive, et pas en accord avec le sujet du livre.

      Ma préférence va pour la couverture 2, la plus lisible.
      Le titre est affiché de manière originale, permettant de bien mettre le chiffre 4 en valeur.
      Je mettrais un peu plus d’espace entre le texte du titre et le bord de la couverture, pour aérer l’ensemble.
      En descendant légèrement le titre, le chiffre 4 aurait cet avantage d’être placé au croisement de 2 lignes de force.
      Aussi, il faut changer la police du sous-titre (les caractères sont trop rapprochés), et attention à l’utilisation de lettres capitales, qui donne un effet « criant ». Tester le sous-titre sans capitales.
      Diminuer un peu la taille de l’illustration, qui rentre en conflit avec les textes du sous-titre et du nom d’auteur.
      Les textes du titre et du sous-titre pourraient être affichés avec 2 couleurs différentes, pour davantage les distinguer.
      Le fond blanc met bien en évidence l’illustration.
      Mais cette illustration est-elle vraiment la plus appropriée, la plus cohérente en relation avec le titre ?
      Ta cible va-t-elle vraiment s’identifier dans ce graphisme ?

      • a écrit

        Merci beaucoup Fred pour ces riches et précieux commentaires ! J’en tiendrais compte, surtout pour la version définitive de la maquette n°2 😉

  2. a écrit

    Très intéressant, cet article sur les couleurs. Mais les secrets d’une bonne couverture restent assez obscurs pour moi… Après une première couverture dont je n’étais pas satisfaite, j’en ai réalisé une différente pour mon deuxième roman qui, d’évidence d’après les retours que j’ai, « marche » mieux. Mais j’avoue que c’est un peu le hasard ! J’ai encore du mal à cerner les éléments qui font une « bonne » couverture.

    • Fred a écrit

      Bonjour Anna,

      Concevoir une couverture qui se vend est un art délicat, qui s’apprend.

      Bien qu’il n’existe pas de formule magique, des règles essentielles sont à respecter.
      Très exactement, j’en ai recensé 17.
      La bonne utilisation des couleurs, selon leur symbolique, est une de ces règles.

      Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’une bonne couverture est capitale pour vendre votre livre.
      Et une bonne couverture, c’est une couverture PROFESSIONNELLE !
      Un livre avec une couverture reflétant l’amateurisme NE SE VEND PAS.

      A bientôt,
      Fred

  3. Squarciafico a écrit

    Décidément aujourd’hui je suis très bavarde.
    Fred, vous parlez toujours des romans pour adultes. Puis-je avoir votre avis pour les contes pour enfants ?
    Je suis franchement étonnée que certaines couleurs favorisent l’achat d’un livre.
    Personnellement, le titre m’attire en premier, puis je lis le résumé, cela si je ne connais pas l’auteur. Mon choix est vite fait, c’est le simple résumé qui va influencer mon achat.
    Si je connais bien l’auteur, j’achète son livre les yeux fermés. Je sais qu’il me plaira.
    La couleur de la couverture… même pas vue !

    Monique

    • Fred a écrit

      Bonjour Monique,

      Il est indéniable que les couleurs parlent, véhiculent des émotions.
      Nous réagissons tous à la vue des couleurs, suivant leur symbolique et le contexte dans lequel elles sont utilisés. Tout se passe dans notre inconscient, sans que nous nous en rendions compte.

      Et oui, les couleurs influencent (en plus d’une multitude d’autres paramètres, dont le titre, le sous-titre…) les consommateurs vers l’acte d’achat. C’est un ensemble.

      Mais il se peut très bien que vous soyez moins « réceptive » que la majorité des autres personnes face à ces émotions.

      Pour autant : une couverture amatrice avec des couleurs criardes, mal choisies, incohérentes vis-à-vis du sujet du livre et de son titre, vous motivera-t-elle à acheter ce livre ? J’en doute.

      En ce qui concerne les couleurs des livres pour enfants, j’en parle très brièvement à la fin de l’article. A noter que je ne traite pas uniquement des romans pour adultes, mais de tous les types d’ouvrages, fictions ou non-fictions.

      Je vous encourage à regarder ce qui se fait par les grands éditeurs dans votre domaine.
      Par exemple, recherchez sur Amazon des livres à succès dans le même registre que le vôtre, et examinez-les. Identifiez les couleurs (et leur tonicité) qui reviennent le plus souvent, quels sont les « codes » utilisés, les harmonies, les mélanges…

      A bientôt,
      Fred

Rétroliens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *